Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le cinéma de juillet 2014 (Albert à l'ouest / Zero Theorem / Sous les jupes des filles / Xenia)

Publié le par Sébastien Almira

                                       
Albert à l'ouest, de et avec Seth MacFarlane, 2h ****
La couardise d'Albert au cours d'une fusillade donne à sa fiancée volage la bonne excuse pour le quitter et partir avec un autre. Une belle et mystérieuse inconnue arrive alors en ville et aide le pauvre Albert à enfin trouver du courage. Des sentiments s'immiscent entre ces deux nouveaux alliés, jusqu'au jour où le mari de la belle, un hors-la-loi célèbre, découvre le pot-aux-roses, et n'a plus qu'une idée en tête : se venger. Albert aura-t-il le courage nécessaire pour venir à bout du bandit ?
Fabuleuse farce western,comique et anachronique, Albert à l'ouest se boit comme du petit lait, c'est drôle sans être (trop) poussif, c'est original dans la forme et ça déménage.



                                                 
Zero Theorem, de Terry Gillam, 1h40 *
Londres, dans un avenir proche. Les avancées technologiques ont placé le monde sous la surveillance d’une autorité invisible et toute-puissante : Management. Qohen Leth, génie de l’informatique, vit en reclus dans une chapelle abandonnée où il attend désespérément l’appel téléphonique qui lui apportera les réponses à toutes les questions qu’il se pose. Management le fait travailler sur un projet secret visant à décrypter le but de l’Existence – ou son absence de finalité – une bonne fois pour toutes.
Sans queue ni tête sur le fonds, Zero Theorem est en revanche réussi sur la forme. Ce futur Londres, mi-technologique, mi-pouilleux, est pétrifiant. Christoph Waltz fait du Christoph Waltz, et Terry Gillam signe un film perché qui peine à trouver un public.



                                                  
Sous les jupes des filles, d'Audrey Dana, 1h50 **
Film de femmes et pour femmes, Sous les jupes des filles emploie une brochette d'actrices plus ou moins star et plus ou moins bien utilisées. Vanessa Paradis est insupportable tant physiquement que dans son rôle de connasse, Isabelle Adjani grimée en Cher fait de la peine à voir tant elle a du mal à bouger les muscles de son visage, Sylvie Testud est sous-exploitée, Alice Taglioni est bonasse de chez bonasse, Marina Hands et Géraldine Nakache sont parfaites, Julie Ferrier est extraordinaire et a dû prendre son pied à jouer son rôle de névrosée, Laetitia Casta est inutile et gonflée comme un hamster.
C'est drôle (de temps en temps), toutes ces histoires de femmes ne se valent pas, mais l'ensemble est sympathique à regarder, si on se met bien dans la tête que c'est un film de femmes visant un public majoritairement féminin, tranche d'âge 25-40 ans.



                                                      
Xenia, de Panos H. Koutras, 2h ****
À la mort de leur mère, Dany et son frère Odysseas, 16 et 18 ans, prennent la route d’Athènes à Thessalonique pour retrouver leur père, un Grec qu’ils n’ont jamais connu. Albanais par leur mère, ils sont étrangers dans leur propre pays et veulent que ce père les reconnaisse pour obtenir la nationalité grecque. Dany et Ody se sont aussi promis de participer à un populaire concours de chant qui pourrait rendre leur vie meilleure.
Le réalisateur a tenu à ce que les deux rôles principaux soient joués par des non-acteurs, qui connaissent la situation puisqu'ils sont étrangers dans le pays où ils sont nés. Xenia est un superbe road trip grec avec certains plans d'une beauté surréaliste, quelques bonnes idées de mise en scène poétique (ah ! Le coup du lapin !), des personnages savoureux et une dure réalité entre la crise, la montée des extrêmes et les problèmes de nationalité des deux frères. J'ai failli m'ennuyer vers le milieu et ai finalement regretté que le film ne soit pas plus long, ne nous fasse pas visiter la Grèce plus longtemps, et qu'on ne reste pas plus avec ces deux frères auxquels on s'est attachés.

Commenter cet article

melanie 11/08/2014 16:07

Oh le titre bidon "Albert" en français... bah nous on a trouvé ça rigolo mais bien lourd!

Sébastien 12/08/2014 22:46

Ha, moi un peu quand même, mais pas trop !

Karen 07/08/2014 10:49

"Film de femmes et pour femmes" : euh, pourquoi "pour femmes" ? Parce que tous les personnages principaux sont des femmes ? Parce que ça parle des vies de plusieurs femmes ? Parce que c'est réalisé par une femme ?
Parce que si on part de ce principe là, la majorité des films qui sortent sont des films "pour hommes"...

Sébastien Almira 07/08/2014 13:12

Parce que l'homme lambda se foutra complètement de ce film.