Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Charlie Chaplin, Mon tour du monde, 200 pages, éditions du Sonneur, octobre 2014, 16 € *

Publié le par Sébastien Almira

                        

« J'ai l'âme d'un touriste, car j'aime visiter des endroits où l'histoire s'est écrite. De l'empathie, de la sensibilité pour les choses, voilà ce que je cherche à éprouver. » pages 31-32

Quelle belle idée. Quelle jolie couverture (1ère, dos et 4ème), simple mais esthétique. Quel beau placement pour les éditions du Sonneur. Sur le papier, tout est beau.
Mais dès qu'on ouvre le livre et qu'on se met à lire, on déchante. Certes, Chaplin est cinéaste et pas écrivain. Il ne s'est toutefois pas foulé pour écrire ce livre. Quitte à s'écrire, autant le faire bien. Il s'agit d'ailleurs bien de s'écrire plus que d'écrire sur le monde, contrairement à ce qui est vanté.

Dans ce voyage d'un an et demi, il rencontre nombre de personnalités, qu'elles soient politiques ou du monde du spectacle. Il mange avec elles, boit avec elles, danse avec elle, se rend chez d'autres avec elles, prend le train avec elles, discute parfois, mais jamais très longtemps. En tout cas pas assez longtemps pour intéresser le lecteur.


                       

Nous déjeunons à Postdam, nous devons visiter, je dîne chez Winston Churchill, on m'invite à, nous prenons le thé avec Marlène Dietrich, l'hôtel Carlton !,le professeur Einstein a téléphoné ce matin, nous arrivons à l'hôtel, Londres enfin ! etc.
Combien de phrases commencent ainsi dans Mon tour du monde ? Incalculable. Pour raconter où il est allé, avec qui et ce qu'il a mangé, Chaplin est très fort. En revanche, dès qu'il s'agit d'approfondir sur ses entretiens avec la première femme entrée au Parlement britannique, avec Gandhi ou Einstein, il n'y a plus personne.
« Nous parlons politique et évoquons les perspectives définies par le gouvernement travailliste, la crise et ses raisons. Nous prenons congés alors qu'il est presque l'heure du dîner. » page 29

C'est honnêtement d'une niaiserie surprenante, creux et futile comme un roman de Marc Lévy, manger est vraisemblablement ce qui l'intéresse le plus. Quelques scènes sont dignes d'intérêt, comme celle chez Churchill et il y a chez Chaplin un côté tendrement naïf qu'il a su garder malgré le succès, mais ça ne suffit à rendre la lecture de son tour du monde agréable. Passez votre chemin.

Commenter cet article

artisan serrurier 25/11/2014 09:30

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

Josèphe Marcy 22/11/2014 14:48

Comme quoi on ne peut pas toujours être doué dans tous les domaines !