Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marine Carteron, Les Autodafeurs, tome 2, Ma sœur est une artiste de guerre, roman à partir de 12 ans, 360 pages, Rouergue, doado, octobre 2014, 14,90 € ****

Publié le par Sébastien Almira

            

« Je n'étais même pas capable de pleurer la disparition de mes grands-parents, car ma colère m'avait asséché au point que les seuls sentiments que j'arrivais encore à ressentir étaient une envie folle, brûlante, obsédante et délirante de vengeance mais aussi une intolérable sensation d'impuissance : les Autodafeurs m'avaient volé ma vie et je ne pouvais rien y faire. » Auguste Mars, page 17

Qu'on se le dise, si Les Autodafeurs perd une étoile avec ce deuxième tome, ce n'est pas qu'il est moins bon, c'est que l'effet de surprise addictive et jouissive du premier tome n'est plus la même.


Je ne vous raconterai rien sur l'histoire de cette suite puisque les personnes intéressées auront pour la plupart déjà lu le premier tome. Il est donc inutile de vous spoiler sur quoi que ce soit.
Ce que vous avez besoin de savoir, c'est qu'il est aussi addictif. L'intrigue se développe dans une avalanche de suspense, de révélations, d'action et d'humour. Vous me direz, jusque-là rien ne change.

« C'est très facile de reconnaître les gens qui travaillent à l'hôpital, car leurs chaussures sont très bizarres ; ce sont presque toutes des gros sabots en plastique avec des trous, qui ne sont pas très jolis et qui couinent sur le sol des couloirs quand ils frottent sur le linoléum. Je déteste ce bruit, ça me résonne dans la tête et ça me fait mal aux oreilles.
Dans la chambre de Maman, je vois différents types de sabots :
Les sabots blancs vont par quatre et viennent tous les matins pour nettoyer la chambre et refaire le lit. Ils appartiennent à deux filles qui sont très bavardes et de demandent toujours de sortir parce que je les dérange. Elles ne sont pas méchantes mais elles m'appellen « ma biquette », ce qui est idiot car je suis une petite fille. » Césarine Mars, page 49

Et vous aurez raison. Ce qui change, c'est la place grandissante de Césarine dans le récit, c'est une plus grande profondeur des personnages principaux et certains thèmes, personnages et lien entre eux se développent.
Les parallèles avec la réalité que Marine Carteron utilisait déjà dans le premier tome pour rendre la guerre entre la Confrérie et les Autodafeurs crédible s’amplifient. Elle réinvente si bien l'Histoire que l'on connaît en la plaçant dans le cadre du roman qu'on finit par y croire. L'air de rien, elle nous amène, avec ce génial second tome, petit à petit vers une brillante uchronie. Vivement la fin au printemps.


« Pour nous, le peuple incompris des ados, les négociations avec les adultes sont toutes du même type : une lutte pour la liberté. » Auguste, page 41

Commenter cet article

trafic organique 13/11/2014 19:48

Merci très beaucoup pour cet article. Merci.