Mercredi 18 septembre 2013 3 18 /09 /Sep /2013 19:46

Mises à jour régulièrement, comme les années précédentes, voici les premières sélections des prix littéraires 2013.

Chaque mise à jour sera notifiée, les titres retenus pour les deuxième sélections seront mis en gras et ceux pour les sélections finales en rouge.

On notera le coup de maître de Pierre Lemaître, présent dans cinq sélections pour le moment (Goncourt, Fémina, Renaudot, Interallié et Jean Giono) avec Au revoir, là-haut chez Albin Michel, de Yann Moix dans quatre sélections (Goncourt, Médicis, Renaudot, Décembre) avec sa Naissance en 1,3 Kg chez Grasset et celui, incompréhensible, de Karine Tuil présente dans trois sélections (Goncourt, Fémina, Interallié) avec son Invention de la vie chez Grasset.

Pas beaucoup de livres lus dans ces sélections exceptés celui de Karine Tuil (article ici), La transcendante de Patricia Reznikov (article ici), Parce que tu me plais de Fabien Prade (article ici), Haute époque de Jean-Yves Lacroix (article ici) et l'excellent Pornographia de Jean-Baptiste Del Amo (article ici).

 

Première sélection

Deuxième sélection

Troisième sélection

Lauréat

 

MAJ 02/10/13 :

- Jean-Baptiste Del Amo remporte le Prix Sade avec Pornographia (Gallimard)

- 2e sélection du prix Goncourt (en gras)

- 2e sélection du prix Médicis

- 1e sélection du Grand prix du roman de l'Académie Française

- 1e sélection du prix du premier roman

MAJ 05/10/13 :

- 2e sélection du prix Fémina

MAJ 09/10/13 :

- 2e sélection du prix Renaudot

- 2e sélection du prix Jean Giono

- 2e sélection du prix de Flore

- 1e sélection du prix des Libraires 2014

MAJ 10/10/13 :

- Alice Munro remporte le prix Nobel de littérature

- Au revoir là-haut de Pierre Lemaître (Albin Michel) élu roman français de la rentrée préféré des libraires

- Canada de Richard Ford (L'Olivier) élu roman étranger de la rentrée préféré des libraires

MAJ 11/10/13 :

- 2e sélection de l'Académie française

MAJ 19/10/13 :

- Pierre Jourde remporte le Prix Jean Giono avec La première pierre (Gallimard)

MAJ 25/10/13 :

- Dernière sélection du prix Décembre

- 2e sélection du prix Interallié

- Christophe Ono-Dit-Biot remporte le Grand prix du roman de l'Académie Française avec Plonger chez Gallimard

MAJ 02/11/2013 :

- Dernière sélection du prix Goncourt

MAJ 04/11/2013 :

- Pierre Lemaître remporte le prix Goncourt avec Au-revoit là-haut chez Albin Michel

- Yann Moix remporte le prix Renaudot avec Naissance chez Grasset

MAJ 12/11/2013 :

- Maël Renouard remporte le prix Décembre avec La réforme de l'Opéra de Pékin chez Rivages

- Olivier Lebé remporte le prix du Premier Roman français avec Repule Bay chez La Grand Ourse

- Patric McGuiness remporte le prix du Premier Roman étranger avec Les cent derniers jours chez Gallimard

- Monica Sabolo remporte le prix de Flore avec Tout ça n'a rien à voir avec moi chez Lattès

- Marcel Cohen remporte le prix Wepler / Fondation La Poste avec Sur la scène intérieure. Faits chez Gallimard, tandis que Philippe Rahmy se voit attribuer la mention spéciale pour Béton armé à La Table Ronde

- 2e sélection du prix des Libraires

- Léonora Miano remporte le prix Fémina français avec La saison de l'ombre chez Grasset

- Richard Ford remporte le prix Fémina étranger avec Canada chez L'Olivier

Déjà cinq prix remportés par Gallimard et deux par Grasset...

MAJ 17/11/2013 :

- Marie Dariessecq remporte le prix Médicis français avec Il faut beaucoup aimer les hommes chez POL
- Toine Heijmans remporte le prix Médicis étranger avec En mer chez Christian Bourgois

- Christophe Ono-dit-Biot remporte le prix Renaudot des lycéens avec Plonger chez Gallimard

- Sorj Chalandon remporte le prix Goncourt des lycéens avec Le quatrième mur chez Grasset

MAJ 23/11/2013 :

- Nelly Alard remporte le prix Interallié avec Moment d'un couple chez Gallimard

MAJ 01/12/2013 :

- sélection du prix du Roman France Télévision


 

 

Prix Goncourt

Décerné à Pierre Lemaître pour Au revoir là-haut chez Albin Michel

Prix Goncourt des Lycéens : Sorj Chalandon pour Le quatrième mur chez Grasset

Jean-Daniel Baltassat, Le divan de Staline (Seuil)
David Bosc, La claire fontaine (Verdier)
Sorj Chalandon, Le quatrième mur (Grasset)
Marie Darrieussecq, Il faut beaucoup aimer les hommes (POL)
Sylvie Germain, Petites scènes capitales (Albin Michel)
Pierre Jourde, La première pierre (Gallimard)
Pierre Lemaître, Au revoir là-haut (Albin-Michel)
Yann Moix, Naissance (Grasset)
Boris Razon, Palladium (Stock)
Thomas B Reverdy, Les Evaporés (Flammarion)
Laurent Seksik, Le cas Eduard Einstein (Flammarion)
Chantal Thomas, L’échange des princesses (Seuil)
Jean-Philippe Toussaint, Nue (Minuit)
Karine Tuil, L’invention de nos vies (Grasset)
Frédéric Verger, Arden (Gallimard)

 

Grand Prix du Roman de l'Académie Française

décerné à Christophe Ono-Dit-Biot pour Plonger chez Gallimard

Moment d’un couple, de Nelly Alard (Gallimard)

Le Pavillon des écrivains, de Claude Durand (de Fallois)

Petites Scènes capitales, de Sylvie Germain (Albin Michel)

Au revoir là-haut, de Pierre Lemaitre (Albin Michel)

La Route du salut, d’Étienne de Montety (Gallimard)

Apollinaria, de Capucine Motte (Lattès)

Plonger, de Christophe Ono-dit-Biot (Gallimard)

Les Évaporés, de Thomas B. Reverdy (Flammarion)

Le Cas Eduard Einstein, de Laurent Seksik (Flammarion)

 

Prix Fémina français

Décerné à Léonora Miano pour La saison de l'ombre chez Grasset

Laura Alcoba, Le bleu des abeilles (Gallimard)
Tristan Garcia, Faber. Le Destructeur (Gallimard)
Brigitte Giraud, Avoir un corps (Stock)
Mikaël Hirsch, Avec les hommes (Intervalles)
Pierre Lemaitre, Au revoir là-haut (Albin Michel)
Charif Majdalani, Le dernier seigneur de Marsad (Seuil)
Leonora Miano, La saison de l'ombre (Grasset)
Céline Minard, Faillir être flingué (Rivages)
Véronique Ovaldé, La grâce des brigands (L'Olivier)

Eric Pessan, Muette (Albin Michel)
Olivier Poivre d'Arvor, Le jour où j'ai rencontré ma fille (Grasset)
Patricia Reznikov, La transcendante (Albin Michel)
Laurent Seksik, Le cas Eduard Einstein (Flammarion)
Jean-Philippe Toussaint, Nue (Minuit)
Karine Tuil, L'invention de nos vies (Grasset)

+ Boris Razon, Palladium (Stock)

+ Philippe Vasset, La conjuration (Fayard)

 

Prix Fémina étranger

Décerné à Richard Ford pour Canada (L'Olivier)

Martin Amis, Lionel Asbo (Gallimard) - Grande-Bretagne
Nadeem Aslam, Le jardin de l'aveugle (Seuil) - Grande-Bretagne/Pakistan
Jaume Cabré, Confiteor (Actes Sud) - Espagne
Junot Diaz, Guide du looser amoureux (Plon) - Etats-Unis
Louise Erdrich, Dans le silence du vent (Albin Michel) - Etats-Unis
Richard Ford, Canada (L'Olivier) - Etats-Unis
Alan Hollinghurst, L'enfant de l'étranger (Albin Michel) - Grande-Bretagne
Eun Ja Kang, L'étrangère (Seuil) - Corée du Sud
Laura Kasischke, Esprit d'hiver (Bourgois) - Etats-Unis
Colum McCann, Transatlantic (Belfond) - Irlande
Patrick McGuinness, Les cent derniers jours (Grasset) - Grande-Bretagne
Anouk Markovits, Je suis interdite (Lattès) - Etats-Unis
Melania Mazzucco, La longue attente de l'ange (Flammarion) - Italie
Sarah Quigley, La symphonie de Leningrad (Mercure de France) - Nouvelle-Zélande

 

Prix Médicis français

Décerné à Marie Darieussecq pour Il faut beaucoup aimer les hommes chez POL

Laura Alcoba, Le bleu des abeilles (Gallimard)
Metin Arditi, La Confrérie des moines volants (Grasset)
Roland Buti, Le milieu de l'horizon (Zoé)
Thomas Clerc, Intérieur (Gallimard)
Delphine Coulin, Voir du pays (Grasset)
Marie Darrieussecq, Il faut beaucoup aimer les hommes (POL)
Tristan Garcia, Faber. Le Destructeur (Gallimard)
Cloé Korman, Les saisons de Louveplaine (Seuil)
Charif Majdalani, Le dernier seigneur de Marsad (Seuil)
Céline Minard, Faillir être flinguée (Rivages)
Yann Moix, Naissance (Grasset)
Philippe Vasset, La conjuration (Fayard)
Frédéric Verger, Arden (Gallimard)

 

Prix Médicis étranger

Décerné à Toine Heijmans pour En mer chez Christian Bourgois

Jaume Cabré, Confiteor (Actes Sud, traduit du catalan par Edmond Raillard).
Joan Didion, Le Bleu de la nuit (Grasset, traduit de l'anglais (USA) par Pierre Demarty)
Toine Heijmans, En mer (Christian Bourgois, traduit du néerlandais par Danielle Losman)
Allan Hollingshurst, L'enfant de l'étranger (Albin Michel, traduit de l'anglais (GB) par Bernard Turle)
Laura Kasischke, Esprit d'hiver (Christian Bourgois, traduit de l'anglais (USA) par Aurélie Tronchet)
Rosa Liksom, Compartiment nº 6 (Gallimard, traduit du finnois par Anne Colin du Terrail)
Marco Lodoli, Les promesses (POL, traduit de l'italien par Louise Boudonnat)
Javier Marìas, Comme les amours (Gallimard, traduit de l'espagnol par Anne-Marie Geninet)
Patrick McGuinness, Les derniers cent jours (Grasset, traduit de l'anglais (GB) par Karine Lalechère)
Joyce Carol Oates, Mudwoman (Philippe Rey, traduit de l'anglais (USA) par Claude Seban)
Edna O'Brien, Fille de la campagne (Sabine Wespieser, traduit de l'anglais (Irlande) par Pierre-Emmanuel Dauzat)
Lance Weller, Wilderness (Gallmeister, traduit de l'anglais (USA) par François Happe)

 

Prix Renaudot

Décerné à Yann Moix pour Naissance chez Grasset

Prix Renaudot des Lycéens : Christophe Ono-dit-Biot pour Plonger chez Gallimard

Etienne de Montéty, La Route du salut (Gallimard)
Chistophe Ono-Dit-Biot, Plonger (Gallimard)
Yann Moix, Naissance (Grasset)
Patricia Reznikov, La Transcendante (Albin Michel)
Philippe Vasset, La Conjuration (Fayard)
Thomas Clerc, Intérieur (Gallimard, coll. "L'Arbalète")
Romain Puertolas, L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa (Le Dilettante)
Pierre Lemaitre, Au revoir là-haut (Albin Michel)
Philippe Jaenada, Sulak (Julliard)
Cloé Korman, Les Saisons de Louveplaine (Seuil)
Frédéric Verger, Arden (Gallimard)
Metin Arditi, La confrérie des moines volants (Grasset)

+ Claude Durand, Le pavillon des écrivains (De Fallois)

+ Chérif Majdalani, Le dernier seigneur de Marsad (Seuil)

+ Véronique Ovaldé, La grâce des brigands (L'Olivier)

 

Prix de Flore

Décerné à Monica Sabolo pour Tout ça n'a rien à voir avec moi chez Lattès

Nelly Alard, Moment d'un couple (Gallimard)
Xavier Boissel, Autopsie des ombres (Inculte)
David di Nota, Ta femme me trompe (Gallimard)
Olivier Lebé, Repulse Bay (La Grande Ourse)
Alizé Meurisse, Neverdays (Allia)
Fabien Prade, Parce que tu me plais (NiL)
Monica Sabolo, Tout cela n'a rien à voir avec moi (Lattès)
Sacha Sperling, J'ai perdu tout ce que j'aimais (Fayard)
Flore Vasseur, En bande organisée (Editions des Equateurs)
Marc Weitzmann, Une matière inflammable (Stock)

+ Emilie de Turckheim, Une Sainte (Héloïse d'Ormesson)

 

Prix Interallié

Décerné à Nelly Alard pour Moment d'un couple chez Gallimard

Nelly Alard, Moment d’un couple (Gallimard)
Olivier Bleys, Concerto pour la main morte (Albin Michel)
Alain Jaubert, Au bord de la mer violette (Gallimard)
Philippe Jaenada, Sulak (Julliard)
Pierre Lemaitre, Au revoir là-haut (Albin Michel)
Arthur Loustalot, La ruche (J.-C. Lattès)
Etienne de Montety, La route du salut (Gallimard)
Judith Perrignon, Les faibles et les forts (Stock)
Monica Sabolo, Tout cela n’a rien à voir avec moi (Lattès)
Karine Tuil, L’invention de nos vies (Grasset)
Philippe Vasset, La conjuration (Fayard)
Flore Vasseur, En bande organisée (Equateurs)

 

Prix Décembre

Décerné à Maël Renouard pour La réforme de l'Opéra de Pékin chez Rivages

Moment d’un couple, Nelly Alard (Gallimard)
La claire fontaine, David Bosc (Verdier)
Faber : le destructeur, Tristan Garcia (Gallimard)
Avoir un corps, Brigitte Giraud (Stock)
Haute époque, Jean-Yves Lacroix (Albin Michel)
Toute la noirceur du monde, Pierre Mérot (Flammarion)
Naissance, Yann Moix (Grasset)
La réforme de l’Opéra de Pékin, Maël Renouard (Rivages)
Les évaporés, Thomas B. Reverdy (Flammarion)
Ormuz, Jean Rolin (P.O.L)
Arden, Frédéric Verger (Gallimard)
Une matière inflammable, Marc Weitzmann (Stock)

 

Prix Wepler / Fondation La Poste

Décerné à Marcel Cohen pour Sur la scène intérieure. Faits chez Gallimard

Mention spéciale attribuée à Philippe Rahmy pour Béton armé à La Table Ronde

Sylvie Aymard, C’est une occupation sans fin que d’être vivant (Grasset)
Nicolas Bouyssi, Les rayons du soleil (P.O.L)
Marcel Cohen, Sur la scène intérieure. Faits (Gallimard)
Brigitte Giraud, Avoir un corps (Stock)
Emmanuelle Heidsieck, À l’aide ou Le rapport W (Inculte)
Thierry Laget, Provinces, Atlas des amours fugaces (Arbre vengeur)
Loïc Merle, L’esprit de l’ivresse (Actes Sud)
Céline Minard, Faillir être flingué (Rivages)
Philippe Rahmy, Béton armé (La Table ronde)
Tiphaine Samoyault, Bête de cirque (Seuil)
Marina de Van, Stéréoscopie (Allia)
Philippe Vasset, La conjuration (Fayard)

 

Prix Jean Giono

décerné à Pierre Jourde pour La première pierre chez Gallimard

Sorj Chalandon, Le quatrième mur (Grasset)
Pierre Jourde, La première pierre (Gallimard)
Pierre Lemaitre, Au revoir là-haut (Albin Michel)
Pierre Péju, L’état du ciel (Gallimard)
Charif Majdalani, Le dernier seigneur de Marsad (Seuil)
Laurent Seksik, Le cas Eduard Einstein (Flammarion)
Frédéric Verger, Arden (Gallimard)
Eugène Nicole, Les eaux territoriales (L’Olivier)
Nelly Alard, Moment d’un couple (Gallimard)
David Bosc, La Claire fontaine (Verdier)

 

Prix Sade

décerné à Jean-Baptiste Del Amo pour Pornographia chez Gallimard

Crâne chaud, de Nathalie Quintane (P.O.L.)
Le Paradis entre les jambes, de Nicole Caligaris (Verticales)
Pornographia, de Jean-Baptiste del Amo (Gallimard)
Eugénie Guillou, religieuse et putain, présenté par Daniel Grojnowski (Pauvert/Fayard)
La Nuit scoptophile, de Stephan Levy-Kuentz (Dumerchez)
Sade, scénario, d'Alain Fleischer (Le Cherche-Midi).
Mira, de Caroline Lamarche (Impressions Nouvelles)
Guillaume Dustan, réédition de son Oeuvre volume 1 (P.O.L)

 

Prix du Livre des Bloggeurs / PriceMinister

Nancy Huston, Danse noire (Actes Sud)
Claudie Gallay, Une part de ciel (Actes Sud)
Véronique Ovaldé, La grâce des Brigands (L'Olivier)
Hélène Frappat, Lady Hunt (Actes Sud)
Serge Bramly, Arrête, arrête (NiL)
Maria Pourchet, Rome en un jour (Gallimard)
Laura Kasischke, Esprit d'hiver (Christian Bourgois)   
Bergsveinn Birgisson, La lettre à Helga (Zulma)
Hélène Grémillon, La garçonnière (Flammarion)
Barbara Kingsolver, Dans la lumière (Rivages)
Sylvie Germain, Petites scènes capitales (Albin Michel)
Leonor de Récondo, Pietra Viva (Sabine Wespieser)

 

Prix du Premier Roman

Décerné à Olivier Lebé pour Repulse Bay chez La Grande Ourse

sélection française :
Julien Delmaire, Georgia, Grasset
Héloïse Guay de Bellissen, Le roman de Boddah, Fayard
Dominique Le Brun, Quai de la Douane, Editions du Télégraphe
Olivier Lebé, Repulse Bay, Editions de la Grande Ourse
Loïc Merle, L’esprit d’ivresse, Actes Sud
Boris Razon, Palladium, Stock
Sophie Van der Linden, La fabrique du monde, Buchet/Chastel
Agnès Vannouvong, Après l’amour, Mercure de France
Fédéric Verger, Arden, Gallimard

 

Décerné à Patrick McGuiness pour Les cent derniers jours chez Gallimard

sélection étrangère :
Patrick Flannery, Absolution, Laffont
Tim Gautreau, Le dernier arbre, Seuil
Patrick Mac Guiness, Les cents derniers jours, Gallimard
Joao Ricardo Pedro, La main de Joseph Castorp, Viviane Hamy

 

Prix des Libraires
Laure Alcoba, Le bleu des abeilles (Gallimard)
Jean-Daniel Baltassat, Le divan de Staline (Seuil)
Isabelle Condou, Un pays qui n’avait pas de port (Plon)
Chahdortt Djavann, La dernière séance (Fayard)
David Fauquemberg, Manuel El Negro (Fayard)
Tristan Garcia, Faber le destructeur (Gallimard)
Valentine Goby, Kinderzimmer (Actes Sud)
Hélène Grémillon, La garçonnière (Flammarion)
Sybille Grimbert, Le fils de Sam Green (Anne Carrière)
Pierre Lemaitre, Au revoir là-haut (Albin Michel)
Déborah Lévy-Bertherat, Les voyages de Daniel Ascher (Rivages)
Charif Majdalani, Le dernier seigneur de Marsad (Seuil)
Céline Minard, Faillir être flingué (Rivages)

Léonor de Récondo, Pietra viva (Sabine Wespieser)
Thomas B. Reverdy, Les évaporés (Flammarion)
Jean Rolin, Ormuz (POL)
Lionel Salaün, Bel-Air (Liana Levi)
Karine Tuil, L’invention de nos vies (Grasset)
Sophie Van der Linden, La fabrique du monde (Buchet Chastel)

+ Jocelyne Saucier, Il pleuvait des oiseaux (Denoël)

+ Emmanuel Venet, Rien (Verdier)

 

Prix du Roman France Télévision
Sylvie Germain, Petits scènes capitales (Albin Michel)
Brigitte Giraud, Avoir un corps (Stock)
Pierre Lemaitre, Au revoir là-haut (Albin Michel)
Léonora Miano, La saison de l'ombre (Grasset)
Jean-Philippe Toussaint, Nue (Minuit)
Philippe Vasset, La Conjuration (Fayard)

Par Sébastien Almira - Publié dans : Monde du livre
DONNEZ VOTRE AVIS ! - Voir les 2 commentaires
Mercredi 18 septembre 2013 3 18 /09 /Sep /2013 17:53

 

7-jours-a-lenvers.jpg

 

Metteur en scène, comédien, auteur pour la jeunesse, Thomas Gormet publie son premier roman pour ados, et c'est pas mal réussi.

L'histoire est assez simple : un collégien de 13 ans perd quelqu'un d'important, il raconte la semaine entière, de l'accident à l'enterrement, sans larmoiement, sans apitoiement.

Le style aussi, est assez simple. À la hauteur d'un collégien de treize ans. Ça n'ennuie pas, ça ne déplaît pas.

 

Ce qui est en revanche très bien dans Sept jours à l'envers, c'est la construction, comme son titre l'indique, à l'envers. Le narrateur raconte sa semaine à partir de l'enterrement (samedi), jusqu'à l'accident lui-même (dimanche), sept jours plus tôt. Le principe est sympa, permet d'ajouter du suspense puisqu'on ne découvre qui est la victime qu'au dernier moment, après quelques indices parsemés ça et là, entre les sentiments et les réflexions de l'adolescent, ses souvenirs avec la personne dont il semblait très proche, et les propositions de réponses à la devinette que ce dernier lui avait posé avant l'accident.

 

Et je dois dire que même si je m'attendais à ressentir de la tristesse, je ne m'attendais pas à être touché au point de pleurer le plus sérieusement du monde. Ce court roman, s'il n'est pas « remarquable », est assez réussi pour nous accrocher jusqu'à la dernière page, et quelle dernière page...

 

 

    7-jours-a-lenvers 7-jours-a-lenvers 7-jours-a-lenvers 7-jours-a-lenvers 7-jours-a-lenvers 7-jours-a-lenvers 7-jours-a-lenvers

 

 

Samedi

« Et tous, tous (je le dis bien deux fois, il n’y a pas d’erreur d’impression), après avoir dit leurs condoléances, ils baissent la tête vers moi et affichent un regard de chien mouillé (une moitié de sourire sur un côté du visage, les yeux qui tombent en gouttes d’eau) et ils me frottent le haut du crâne comme si j’étais une sorte d’animal qu’on ébouriffe machinalement. Et moi je me laisse faire et je me dis qu’à la fin de la journée, je vais avoir la tête comme Michael Jackson. Quand il était petit, les cheveux en l’air et tout frisés.

Pour l’instant, c’est mon cœur qui est tout frisé, emmêlé et serré. Serré comme le col de ma chemise qui me démange de partout. »

 

Mercredi

« Alors je la suis, dans ses « formalités ». On va à la mairie, au commissariat et dans un cabinet d’assurances aussi, à cause de l’accident. Des endroits laids, aux couleurs pastel et aux moquettes usées, avec beaucoup de monde, où on attend très longtemps dans des salles d’attente. Ça fait bizarre de voir autant de gens d’un coup. On est tellement restés tous les trois enfermés à la maison depuis quelques jours. À maman aussi, ça doit lui faire bizarre. Elle reste assise silencieuse à côté de moi. Depuis dimanche, on n’a dû échanger que quelques mots. C’est comme si une fois qu’elle s’était assurée que j’allais bien, que j’étais bien en vie, moi, alors bizarrement je ne comptais plus. »

 

Dimanche

« 2 minutes 5 secondes. Assis sur le banc devant l’entrée de l’immeuble, j’ai les yeux rivés à ma montre. Il arrive toujours à se débrouiller pour être là pile à l’heure. Je le soupçonne d’arriver en avance et d’attendre au coin de la rue pour déboucher dix secondes avant la fin du chrono.

 

1 minute 12 secondes. Une veille dame avec un fichu en plastique passe devant moi. Bizarre. Il fait super beau.

 

55 secondes. Il ne va pas tarder. Dans l’immeuble en face, quelqu’un ouvre une fenêtre et ça me renvoie le reflet du soleil. Je ferme les yeux un moment.

 

13 secondes. Je sens qu’il va rater son pari. Je repense à sa devinette. Qu’est-ce qui est long, vert, et bête comme ses pieds ? Aucune idée. J’ai de toute façon perdu l’habitude d’essayer de trouver les bonnes réponses à ses devinettes.

 

0 seconde. Je regarde au bout de la rue. Rien. Il a perdu. Tiens, on n’avait jamais envisagé ça. Que se passerait-il le jour où il ne tiendrait pas le chrono ? »

 

 

 

Merci à Adèle Leproux des éditions du Rouergue pour ce livre !

Par Sébastien Almira - Publié dans : Littérature jeunesse
DONNEZ VOTRE AVIS ! - Voir les 0 commentaires
Lundi 16 septembre 2013 1 16 /09 /Sep /2013 12:52

haute-epoque-1396587-616x0

 

 

« Je fais un beau métier, sans trop de contraintes, il est vrai, mais les femmes s'y montrent si rares qu'on finit par en croire l'espèce à jamais tarie, et par s'amouracher des mortes. » page 37

 

À vrai dire, c'est pour un mort que va se passionner le narrateur de Haute époque. À la suite d'une arrestation pour conduite en état d'ébriété, un libraire d'ancien croit se retrouver enfermé avec le célèbre et mystérieux philosophe Guy Debord, décédé la veille. Obsédé par le personnage, il se lance dans la folle quête de tout ce qui a trait au défunt. Famille, proches, manuscrits, photographies, témoignages, il ne recule devant aucun indice, aucun détail qui ôterait les mystères du philosophe. Reste pour le bouquiniste à ne pas se prendre pour quelqu'un d'autre.

 

« Les libraires savent toujours tout sur tout, n'est-ce pas, ils en deviennent agaçants, qu'appellent-ils au juste « savoir » ? Un mélange de ce qu'ils connaissent effectivement, de ce qu'ils croient savoir et du reste qu'ils ignorent. » page 46

 

Haute époque se lit rapidement et agréablement. C'est intelligent dans le propos comme dans la forme, c'est parfois drôle et cette biographie déguisée de Guy Debord n'a pas le temps d'ennuyer le lecteur, ponctuée en plus de petites phrases comme « ça doit être ça, au fond, faire l'artiste : commencer sa vie par des mémoires. » (page 52)

 

 

Merci à Carol Menville des éditions Albin Michel pour l'envoi de ce livre !

Par Sébastien Almira - Publié dans : Littérature adulte
DONNEZ VOTRE AVIS ! - Voir les 0 commentaires
Dimanche 15 septembre 2013 7 15 /09 /Sep /2013 19:26

P1050694.JPG

Introduction sur A force de

 

Après la première, samedi 7 septembre à Bercy, et un article mitigé lancé au beau milieu d'un concert d'éloges (lire ici), je suis retourné voir Mylène Farmer hier soir.

 

Passée ma déception, si vous vous souvenez bien, je m'étais dit que ce n'était pas si mal que ça. Mais me restait toujours de l'amertume en pensant à ce qu'elle avait présenté sur scène auparavant.

Il ne faut pas oublier qu'elle accumule les records grâce à ses tournées pharaoniques : première femme à faire (et remplir) Bercy en 1989, tournée la plus chère en France (Mylènium Tour, Tour 2009, vingt millions d'euros), nombre de Bercy en une tournée (13 en 2006, 10 en 2013) et dans sa carrière (elle en sera à 35 samedi prochain), temps de vente de billets (100 000 en un jour pour les salles, deux Stades de France remplis en 1h30 chacun et le Stade de la Praille à Genève le plus rapidement rempli de l'histoire suisse en 2009 ; 156 000 billets en six heures pour Timeless 2013), etc.

Elle fait venir des musiciens et danseurs de l'étranger, elle travaille avec Yvan Cassar, considéré comme l'un des meilleurs pianistes français contemporains, elle débourse des milles et des cents pour avoir la pointe de la technologie sur scène (rideau d'eau, statues en tout genre, robots effectuant des chorégraphies, etc.) et derrière la scène (caméras, technicités, matériaux de pointe), elle travaille avec les plus grands couturiers (Thierry Mugler, Paco Rabanne, Franck Sorbier, Jean-Paul Gaultier), avec la crème des concepteurs de spectacle (Mark Fisher, décédé cette année, qui a notamment conçu les shows de U2, Janet Jackson ou encore des Stones).

 

P1050721-copie-1.JPG

Interlude Schubert / électro


Et voilà qu'on nous annonce une tournée encore plus impressionnante que les précédentes. Avec les prix qui vont avec...

Alors forcément, la déception est de mise quand le résultat n'est pas à la hauteur des attentes.

 

Cela dit, pour revenir sur tout ce que j'ai dit du premier concert, les problèmes de son ont été réglés, la chanteuse est beaucoup plus à l'aise sur scène et avec le public, elle rit, elle parle, elle fait des blagues ("Bon on fait quoi ? (rires) Ceux du premier rang savent déjà !" avant de chanter un peu plus longuement Maman a tort), sa voix est beaucoup plus audible et les fausses notes ont quasiment disparu. Un peu de mal sur Oui mais... non, mais c'est en revanche sur les chansons où elle pousse le plus et où la musique est moins présente qu'elle assure vocalement mieux.

Le chanteur Gary Jules se débrouille également mieux sur la chanson Les mots.

On prend son pied comme pas possible sur C'est une belle journée, Désenchantée (beaucoup mieux que la semaine dernière), Bleu noir, Diabolique mon ange, Sans contrefaçon, Je t'aime mélancolie et XXL (mention spéciale, pour moi, à ces quatre dernières ).

 

P1050741.JPG

Je te dis tout 

 

La setlist ne change pas d'un poil, donc toujours déçu de devoir supporter la présence d'Inséparables et l'absence de Tu ne le dis pas ou A-t'on jamais du dernier album. Et je regrette toujours le peu d'éléments de décor, même si moins d'artifices correspond à plus d'authenticité et de présence.

J'ai beaucoup plus apprécié ce deuxième concert, mais les deux points que je viens de souligner m'ennuient un peu quand même.

 

Pour terminer cet avenant au premier article (lire ici), juste trois détails qui m'ont fait rire hier soir. Mylène Farmer semble reprendre son habitude de faire monter quelqu'un sur scène quelques minutes (un petit garçon mercredi, si je ne me trompe pas sur la date) et demande hier soir "le p'tit bout d'chou là" avant que l'on se rende compte que, si la jeune fille n'est effectivement pas très grande, elle est en revanche bien plus âgée que ce que pensait Mylène. Sur le titre Monkey Me, quelqu'un lui donne un ballon en forme de tête de singe, avec lequel elle chante une partie de la chanson avant de le relancer. Enfin, bravo à Pierre Palmade qui n'a pas hésité à participer à plusieurs tours de ola, à refaire les chorégraphies de Sans contrefaçon et Désenchantée et à se lever à plusieurs reprises !

 

P1050795-copie-1.JPGXXL

 

 

 

 

 

LA SETLIST

 

1. Intro

2. À force de

3. Comme j'ai mal

4. C'est une belle journée

5. Monkey me

6. Slipping away (duo virtuel avec Moby)

7. Elle a dit

8. Oui mais... non

 

Interlude électro

 

9. Mad world (duo avec Gary Jules)

10. Les mots (duo avec Gary Jules)

11. Je te dis tout

12. Et pourtant

 

13. Désenchantée

14. Bleu noir

15. Diabolique mon ange

 

16. Sans contrefaçon

(Maman a tort)

17. Je t'aime mélancolie

 

18. XXL

19. À l'ombre

 

20. Inséparables (version française)

21. Rêver

 

 

affiche music-mylene-farmer-timeless JDM 320235

 

TIMELESS 2013 (de 65 à 140 €)

 

SEPTEMBRE

07 - PARIS Palais Omnisports de Paris-Bercy

08 - PARIS Palais Omnisports de Paris-Bercy

10 - PARIS Palais Omnisports de Paris-Bercy

11 - PARIS Palais Omnisports de Paris-Bercy

13 - PARIS Palais Omnisports de Paris-Bercy

14 - PARIS Palais Omnisports de Paris-Bercy

17 - PARIS Palais Omnisports de Paris-Bercy

18 - PARIS Palais Omnisports de Paris-Bercy

20 - PARIS Palais Omnisports de Paris-Bercy

21 - PARIS Palais Omnisports de Paris-Bercy

24 - LYON Halle Tony Garnier

25 - LYON Halle Tony Garnier

27 - LYON Halle Tony Garnier

28 - LYON Halle Tony Garnier

 

OCTOBRE

01 - MONTPELLIER Park & Suites Arena

02 - MONTPELLIER Park & Suites Arena

05 - MONTPELLIER Park & Suites Arena

08 - NANTES Zénith

09 - NANTES Zénith

11 - NANTES Zénith

12 - NANTES Zénith

15 - STRASBOURG Zénith

16 - STRASBOURG Zénith

18 - GENÈVE Palexpo Arena

19 - GENÈVE Palexpo Arena

27 - MINSK Minsk Arena

 

NOVEMBRE

01 - MOSCOU Olimpiyski

04 - SAINT PETERSBOURG SKK Arena

13 - BRUXELLES Palais 12

15 - BRUXELLES Palais 12

16 - BRUXELLES Palais 12

20 - DOUAI Gayant Expo

22 - DOUAI Gayant Expo

23 - DOUAI Gayant Expo

26 - TOULOUSE Zénith

27 - TOULOUSE Zénith

30 - TOULOUSE Zénith

 

DECEMBRE

03 - CLERMONT-FERRAND Zénith d'Auvergne

06 - NICE Palais Nikaïa

Par Sébastien Almira - Publié dans : Leçons de musique
DONNEZ VOTRE AVIS ! - Voir les 0 commentaires
Jeudi 12 septembre 2013 4 12 /09 /Sep /2013 10:33

lezard-amoureux.gif

 

L'auteur du remarqué Les trois vies d'Antoine Anacharsis publie en cette rentrée un nouveau roman pour ados composé de cinq nouvelles, plus court et plus léger. Roman ? Cinq nouvelles ? Oui, oui !

 

C'est l'histoire de Tobias qui découvre petit à petit l'amour. D'abord le sentiment d'être amoureux (de Zoé), puis la jalousie face à un meilleur ami (Karim) amoureux de la même fille, la déclaration (grâce à une jolie histoire), le premier baiser (dans un champs de coquelicots) et la première fois (attention au cheval !). Chaque palier de l'amour est raconté dans un chapitre qui a l'apparence d'une nouvelle, les cinq nouvelles se suivant chronologiquement, mais pas directement. L'intérêt n'est pas de raconter tout ce qui se passe dans la tête de cet adolescent de seize ans, ni dans sa vie, jour après jour. Ce qui compte, c'est sa découverte de l'amour et, pourrait-on dire, de la vie. D'où des ellipses indéfinies entre les différentes partie du livre.

 

Tout ça est conté par un merveilleux auteur que je découvre à peine, avec une plume travaillée, stylisée, mais très fluide pour autant : le vocabulaire et le style n'enlèvent rien au plaisir et à la facilité de lecture. Et le fait que la découverte du sentiment amoureux se fasse du point de vue du garçon (garçons qui ne devraient pas trop fanfaronner sur la première fois quand on voit comment s'en sort Tobias), est assez rare pour ajouter un intérêt supplémentaire à ce joli Lézard amoureux paru hier !

 

 

Merci à Adèle Leproux des éditions du Rouergue pour ce livre !

Par Sébastien Almira - Publié dans : Littérature jeunesse
DONNEZ VOTRE AVIS ! - Voir les 0 commentaires

Présentation

Le Méritoire

° attention danger ! ne pas approcher !

* à laisser en boutique sans regret

** à emprunter ou acheter d'occasion
*** à acheter et lire avec plaisir

**** à acheter, lire, prêter et relire

***** attention chef d'oeuvre ! à acheter, lire, offrir, relire et noter dans son testament !

à venir...

- L'ange de charbon, Dominique Batraville (Zulma)

- Carter contre le diable, Glen David Gold (Super 8 éditions)


- Cavalcades, Florence Thinard (Thierry Magnier)

- Je suis l'idole de mon père, Arnaud Cathrin (Thierry Magnier)

- Casseurs de solitudes, Hélène Vignal (Rourgue)

 


... à suivre ...

 

Inscrivez-vous à la newsletter pour être au courant des parutions ! 

Article à (re)découvrir !

 

swamplandia

 

Swamplandia

 vient de sortir au Livre de Poche, c'est l'occasion de le lire !

Rechercher

Pour passer le temps...

C'est la gêne (le blog des connards : culture, société, politique)

Mylène.net (Site de référence)

Abomin'Addict (le blog culturel sur l'horreur)

Catherine Foyot (photographe)

Pascal Fioretto (le site très officiel du pasticheur)

Fabien Lazzaret (graphiste)

Analyses sur l'Espagne d'aujourd'hui

EditoWorld (tout savoir sur le monde du livre)

Ygrek Hoan (ses cinés, ses musiques, ses livres, sa vie)

Partager

Editeurs et Librairies

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés