Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Kylie Minogue en déesse de l'amour...

Publié le par Sébastien Almira

Kylie Minogue, Aphrodite, 12 titres, Emi, juillet 2010, 15,99 € ***

 

Kylie-Minogue-Aphrodite.jpgIcône phare des années 80, Kylie est alors une véritable machine à tubes (I should be so lucky, The loco-motion, Je ne sais pas pourquoi, It's no secret, Got to be certain, Turn it into love [rien que sur son premier album !], Espacelly for you [un million d'exemplaires !], Better the devil you know, etc). La décennie suivante, elle perd son statut de princesse de la pop et enchaîne les flops. Si ses deux premiers albums se vendent à respectivement plus de six et trois millions d'exemplaires, le troisième dépasse à peine le million dans le monde entier et les suivants ne passent même pas la barre des 500 000. Pourtant, elle propose des titres comme Confide in me, Cowboy Style ou encore Put yourself in my place.

Il faut attendre le passage à l'an 2000 et le single Spinning around pour que Kylie Minogue se refasse un nom, abandonnant « Minogue » au profit d'un seul prénom, à la Madonna. L'album Light Years est une réussite et sa carrière est relancée. 2001 s'inscrit dans la continuité avec le tube planétaire Can't get you out of my head. L'album Fever atteint les chiffres du premier album ! Kylie a trouvé son nouveau crédo : puisque la dance et l'electro lui ont réouvert les portes de la gloire, elle en devient une des meilleures représentantes.

L'album Body Language dans lequel elle rend hommage à Brigitte Bardot est plus doux, ainsi que son succès, et ne comporte pas vraiment de tubes. X renverse la tendance et le public en 2007 avec une flopée de mélodies entrainantes (Two hearts, In my arms, Wow) et des collaborations de prestige (Scissor Sisters, Calvin Harris).

 

kylieaphrodite.jpgDu haut de son mètre cinquante-deux et de ses tournées pharaonniques, voilà qu'elle nous revient avec son onzième album studio, Aphrodite, disponible depuis le 5 juillet dans lequel elle se proclame déesse de l'amour.

Au programme, douze tubes pour passer l'été au chaud où que vous soyez ! Kylie vous entoure de ses mélodies accrocheuses, vous étreint de ses sons electro efficaces et vous caresse de sa voix de velour. Le premier extrait, All the lovers, peut paraître empreint de légèreté voire carrément guimauve, comme le reste des textes qui touchent quasiment toujours à l'amour, mais l'ensemble est à la hauteur de ce qu'on peut attendre de la diva (talons aiguilles compris). Un Fever restera néanmoins meilleur. Un subtil mélange des derniers albums aux sonorités electro et des premiers, plus pop, nous balance entre deux époques sans savoir d'où sort ce petit bout de femme capable de nous faire danser sur une piste de danse et dans la rue. Petit coup de chapeau aux tubes All the lovers, Get outta my way, Put your hands up, Aphrodite et au magnifique Closer.

Préparez-vous à une vague de fraicheur qui vous enivrera tout l'été !

 

 

Regardez sa prestation sur All the lovers avec les Scissor Sisters !

 

Voir les commentaires

Avis de tempête (calme) : Rentrée littéraire septembre 2010

Publié le par Sébastien Almira

 

Avec plus de sept-cent romans en cette rentrée, l'actualité littéraire s'annonce plus que chargée. Si les premiers romans avaient une grande importance l'an dernier, cette fois les éditeurs ont préféré miser sur des auteurs connus et/ou reconnus afin de relancer des ventes qui s'affaissent lentement, presque l'air de rien.

 


Plus de Français, plus de poids lourds

                 Production totale          romans français          romans étrangers          premiers romans

2010                               701                               497                                204                                 85

2009                              659                               430                                229                                 87


rentree1.jpgQuarante-deux romans supplémentaires par rapport à septembre 2009.  A qui profite le crime ? Aux Français bien sûr ! Les premiers romans sont légèrement en baisse, les romans étrangers plus largement (-25) et les romans français se taillent la part du lion avec 67 romans de plus.

Du côté français, les éditeurs ont sorti l'artillerie lourde. Si certaines petites maisons (Les Allusifs, Au Diable Vauvert, Blanche, Jacqueline Chambon, Cambourakis, Le Dilettante, Philippe Rey, Liana Levi et Moisson Rouge) ont pris le parti de ne publier que des premiers romans, les grosses structures ont pris cellui de ne prendre aucun risque en jouant la carte de la sobriété et de l'assurance.

Côté français sont attendus Amélie Nothomb (Une forme de vie, Albin Michel), Michel Houellebecq (La carte et le territoire, Flammarion), Philippe Claudel (L'enquête, Stock), Jean d'Ormesson (C'est une chose étrange à la fin que le Monde, Robert Laffont), Laurent Gaudé (Ouragan, Actes Sud), Marc Dugain (L'insomnie des étoiles, Gallimard), Virginie Despentes (Apocalypse bébé, Grasset) et Olivier Adam (Un coeur irrégulier, L'Olivier). Certains succès seront à confirmer, comme pour Claudie Gallay, plus de 300 000 exemplaires des Déferlantes (L'amour est une île, Actes Sud), Mathias Enard, Prix Inter pour Zone (Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants, Actes Sud), Jean-Marie Blas de Roblès, Prix Médicis pour Là où les tigres sont chez eux (La montagne de minuit, Zulma) et Jean-Baptiste Del Amo, Goncourt du premier roman avec Une éducation libertine (Le sel, Gallimard).

Côté étranger, Philip Roth (Indignation, Gallimard), Jim Harrison (Les jeux de la nuit, Flammarion), Monica Ali (En cuisine, Belfond), Kate O'Riordan et Hanif Kureishi seront de nouveau mis en avant, aux côtés d'Amitav Gosh, Anita Nair, Don DeLillo (Oméga, Actes Sud), Barbara Kingsolver, Elif Shafak (auteure de La bâtarde d'Istambul), J. M. Coetzee et Joyce Carol Oates. À noter le retour de Salman Rushdie avec Luka et le feu de la vie chez Plon, Paolo Coelho avec Brida chez Flammarion et après cinq ans d'absence depuis Lunar Park, celui de Bret Easton Ellis, l'enfant terrible des États-Unis, avec Suites impériales chez Robert Laffont.

 


Sujet de prédilection contre attentat sexuel

Deux grandes problématiques seront à l'honneur cette année. Pas de surprise pour la Seconde Guerre mondiale que Grasset met particulièrement à l'honneur en publiant cinq romans qui y touchent, soit près de la moitié de leur production automnale ! On retrouvera Antoine Sénanque, Marc Dugain (qui n'écrit toujours pas sur autre chose...), Elie Wiesel, Mathilde Tournier, Laurent Cohen entre autres. La surprise réside donc ailleurs : nombre de romans auront en effet une dimension « sombre, souvent social(e) », jusque-là pas de grande révolution, mais ceux-ci seront souvent « éclairé(s) par un imaginaire fortement sexué » (Livres Hebdo). Là, nous auront affaire à Virginie Despentes, Eric Jourdan, Jacques Abeille, Maria Luna Vera, Vincent Bernière, Robert Alexis, Karine Tuil ou encore Xavier Deutsch.

 


Les huit plus gros tirages

rentree2.jpg220 000 Amélie Nothomb, Une forme de vie, Albin Michel

Encore plus haut cette fois pour la reine de la rentrée dont les premiers tirages « plafonnaient » jusque-là à 200 000 !

150 000 Ken Follet, La chute des géants, Robert Laffont

Premier volume d'une nouvelle trilogie historique, à paraître en octobre.

120 000 Michel Houellebecq, La carte et le territoire, Flammarion

Qui repasse chez Flammarion après un transfert médiatique, critiqué et inutile chez Fayard en 2005.


100 000 Philippe Claudel, L'enquête, Stock

100 000 Jean d'Ormesson, C'est une chose étrange à la fin que le Monde, Robert Laffont

100 000 Paola Coelho, Brida, Flammarion

85 000 Laurent Gaudé, Ouragan, Actes Sud

70 000 Claudie Gallay, L'amour est une île, Actes Sud


 

Bingo pour Flammarion, Actes Sud et Robert Laffont qui placent deux de leur nouveautés dans les plus gros tirages. Ils devront néanmoins faire attention aux premiers romans et sorties décalées de Gallimard et à la stratégie Albin Michel qui espace ses grosses sorties d'un mois afin de figurer dans les meilleures ventes jusqu'à la fin de l'année (Amélie Nothomb pour lancer la rentrée, les polars de Jean-Christophe Grangé, Patricia Cornwell, Patricia MacDonald, Mary Higgins Clarck qui prennent le relais laissant la place au terroir de Christian Signol en octobre, à la philosophie romancée d'Eric-Emmanuel Schmitt et à la fantaisie de Bernard Werber en novembre).

Gageons que les ventes de cette rentrée seront supérieures à celle de 2009. Pour faire le poids, beaucoup de grands auteurs et de bons vendeurs et quinze livres dépassant un premier tirage de 50 000 exemplaires contre dix l'an dernier.

 


Quelques livres à lire et à chroniquer

Amélie Nothomb, Une forme de vie, Albin Michel

Laurent Gaudé, Ouragan, Actes Sud

Jean-Marie Blas de Roblès, La montagne de minuit, Zulma

Mathias Enard, Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants, Actes Sud

Bernard Quiniry, Les assoifées, Seuil

Jean-Baptiste Del Amo, Le sel, Gallimard

Siddhart Dhavant Shanghvi, Les derniers flamants de Bombay, Editions des deux terres

.........................................................................................................................................

Voir les commentaires