Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

26e Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil : du 30 novembre au 6 décembre 2010

Publié le par Sébastien Almira

Site du salon :

http://www.salon-livre-presse-jeunesse.net/accueil.html

 

 

salon.jpgAucun article la semaine dernière à cause du vingt-sixième salon du livre et de la presse jeunesse à Montreuil qui avait pour thème en 2010 "Princes et Princesses". Salon menacé d'extinction après une baisse de l'aide accordée par le Conseil Général. Qu'on se le dise : la culture, c'est bien beau de s'en occuper, d'y investir, mais ça ne rapporte pas grand chose. Alors pourquoi ne pas baisser le financement de 2,6 à 1,6 millions d'euros ? On passera sur la leçon politique et les multiples solutions pour gagner de l'argent sans détruire la culture, pour s'intéresser à ce salon.

 

 

Comme tout libraire, payé au lance-pierre, on passera également sur le demi-SMIC touché pour une semaine de soixante-dix heures. Il ne faut pas se leurrer, ça nous ennuie beaucoup d'être sous-payé. Mais bon, travailler sur un salon, c'est quand même sympa. On y fait des rencontres en tout genre : anciens camarades (comme quoi, le monde du livre n'est pas si grand que ça !), libraires, éditeurs, auteurs, illustrateurs. On se rend compte que sur le stand Actes Sud Junior où on travaille, le « libraire-responsable-de-tout a fait le même IUT que vous quelques années plus tôt, que la représentante d'Actes Sud sur le stand (responsable promotion et salons), elle aussi, a fait le même IUT ! Mais qu'à l'époque (désolé, Cathy, pour l'expression !), on parvenait bien plus vite à ses fins. Stage chez Bayard, embauchée huit ans chez eux au sortir de l'IUT, et depuis quinze ans dans une de plus importantes maisons d'éditions françaises, alors que pour atteindre un tel poste aujourd'hui, il faut un DUT, une licence pro, un master, de la chance, des contacts et beaucoup de patience.

 

 

Quand l'heure n'est pas aux cars d'enfants déversés sans ménagement sur le stand (attention aux distributions de bracelets, amis libraires !), c'est l'occasion de feuilleter, voire lire, quelques livres du stand et de ceux alentours.

 

oups.jpgC'est ainsi que j'ai pu découvrir chez Hélium l'album Oups de jean-Luc Fromental et Joëlle Jolivet ou l'histoire rocambolesque d'un départ en vacances et chez Sarbacane des éditeurs passionnés et passionnants qui m'ont conseillé Zone Cinglée dont vous pourrez lire ma chronique d'ici quelques jours.

 

Bon, je l'avoue, mes découvertes n'ont pas été très éclectiques puisqu'elles ont été majoritairement faites sur le stand d'Actes Sud Junior. Du côté des ados, ce sera Blog de jean-Philippe Blondel, coups de cœur général des libraires, dans lequel un garçon découvre que son père lit son blog. Il se referme alors sur lui-même jusqu'au jour où son père lui donne à lire le journal intime qu'il tenait à l'âge de son fils. Le second est La piscine était vide de Gilles Abier, ou l'histoire d'un amour inconditionnel qui finit en comédie shakespearienne.

 

Dans la collection Benjamin, ce fut J'ai peur du monsieur, Gabriel s'inquiète pour le Père-Noël et La princesse qui n'aimait pas les princes. Tous basés sur un sujet de société, plus ou moins bien traité, les trois ont des vertus pédagogiques sous couvert d'une histoire assez fun pour ne pas rebuter les enfants. Le premier, de Virginie Dumont, traite de l'exhibitionnisme et autres petits désagréments auxquels les enfants peuvent malheureusement avoir à faire face. Je regrette que la fin soit un peu trop aseptisée de sorte qu'on croirait qu'il n'y a finalement pas de problème. Le second, de Jo Hoestlandt, raconte comme beaucoup d'autres l'histoire d'un garçon amené à douter de l'existence du gros bonhomme rouge dans un court roman illustré assez plaisant.

princesse.jpgEnfin, le troisième, écrit par Alice Brière-Haquet et illustré par Lionel Larchevêque, est un conte à mettre entre toutes les mains ! La collection Benjamin dans laquelle il paraît s'adresse aux enfants de six à huit ans et là, Actes Sud prend des risques car les auteurs nous présentent une princesse qui ne veut aucun prince de ceux que son père lui présente. Personne ne l'intéresse. Jusqu'au jour où le roi fait appel à la fée. Là, c'est une fée métisse qui apparaît sur son cheval blanc, une fée d'une pure beauté. Et la princesse « la vit, rougit, pâlit à sa vue. » Dans une phrase très racinienne, voilà que l'auteur (qui préfère paradoxalement ne pas avoir de e) apprend à nos petits bouts que cette princesse tombe amoureuse d'une fille, que ça existe et que ce n'est pas « caca ». Alors moi je dis : Chapeau ! Aux auteurs d'avoir proposé un tel livre, attrayant et agréable à lire pour des tout petits, et à Actes Sud d'avoir osé publié un bijou, choquant pour certains, dans cette collection. Voilà une belle manière d'amener les enfants à comprendre que l'homosexualité existe et que ce n'est pas sale, avec beaucoup d'humour. (blog d'Alice Brière-Haquet : http://le-wonderblog.blogspot.com/)

 

Restons dans l'enfance en passant par les albums. La sœur du Soleil de Bahiyyih Nakhjvani et Sandrine Thommel est la très jolie histoire de la Lune qui tombe amoureuse d'un prince et se laisse faire un enfant. Lorsque le Roi Soleil l'apprend ça, il entre dans une colère noire et refuse que la Lune soit enfanté par un mortel. Un très beau conte sur les forces de l'amour et la culpabilité.

chant.jpgRecommandé par l'éducation nationale pour le cycle 2, le conte traditionnel du Sahel Le chant des génies est repris par Nacer Khémir pour le texte et Emre Orhun pour des dessins glaçants. Un pauvre paysan désespéré de ne pas trouver de travail décide de cultiver le champs des génies, pour son bonheur, puis son malheur. Mais ça, il ne s'y attendait pas ! Terriblement beau, terriblement moral et terriblement terrible !

Enfin, Thomas Scotto et Olivier Tallec proposent depuis l'an dernier Jérôme par cœur, un album sur l'amour et l'amitié chez les enfants. Les très beaux dessins de Tallec mêlés au texte innocemment mignon de Scotto rendent humaine l'histoire d'un petit garçon qui en aime un autre, à un âge où l' « on aime une personne et non pas le sexe de cette personne » (Thomas Scotto, sur le salon).

 

« En fait,

il me tient toujours la main.

Très accroché.

 

Les jours de sortie au musée des tableaux,

c'est moi qu'il choisit pour être bien en rang.

 

C'est pour ça que je l'aime, Jérôme.

 

Ça ne me dérange pas.

Raphaël aime Jérôme,

je le dis. Très facile. »

 

 

JEROME-PAR-COEUR-THOMAS-SCOTTO.jpg

 

Alors oui, nous avons été sous-payés ; oui, nous avons eu mal aux jambes, des bourdonnements dans la tête (ah ? Les enfants, ça fait du bruit ?) des heures durant, des rhumes à cause des portes ouvertes à dix mètres de notre stand ; oui, nous avons fait plus de surveillance que de conseils. Oui...

 

Mais ce fut une belle aventure humaine !

Ça ne me dérange pas, je le dis. Très facile.

Commenter cet article