Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sébastien Lapaque, Les identités remarquables, roman, 160 pages, Actes Sud, août 2009, 18 € ***

Publié le par Sébastien Almira

Les identités remarquables ou comment un résumé sur le net m'a emballé, une quatrième de couverture m'a fatigué, un roman m'a transporté et une une fin m'a perturbé.

"Tu vas mourir aujourd'hui, et tu ne le sais pas encore. Le sauras-tu jamais, même à l'ultime moment ? L'idée d'un terme irrévocable s'éloigne de toi à mesure que tu t'en approches. A trente-deux ans, tu n'es pourtant pas un garçon insensible."
"Dans la vie, c'est souvent ce qui t'a manqué, l'armement, le mouvement, le moral."
"Il y avait beaucoup de filles dans ta vie, tu t'es efforcé de ramener cette multitude à l'unité même quand cela t'es apparu un sacrifice."
"Tu es heureux de vivre ici. Tu habites cette ville depuis presque cinq ans. Une cité ceinte de remparts et baignée de soleil du mois d'avril au mois d'octobre, à six kilomètres de l'océan."
"Tu n'as pas d'idées politiques, aucun jugement sur la ligne éditoriale des journaux. Laroque, qui est peut-être entré dans le monde par hasard mais qui n'y est pas ersté à la légère, se moque de toi." C'est ton meilleur ami, celui qui a un avis éclairé sur toute chose et qui a tout fait pour que tu sortes avec la fille la plus merveilleuse qu'il ait rencontrée.
"Caroline. Deux ans que tu l'aimes, que tu vides dans ses bras le côté obscur de tes matins d'angoisse. Tu ne mourras pas tout de suite, tu vas jouir une dernière fois."
"Tu ignores que tu as fait ta toilette de condamné."

Tu commences à t'intéresser à ce roman. Ca te tracasse ce résumé fait de citations, ça te travaille cette histoire de mort imminente. Et tu as raison. Le résumé donné par Actes Sud (sur la quatrième de couverture) m'a rudement donné envie, même si j'avoue n'avoir pas tout compris, le catalogue de la consommation courante, les arpèges, les harmoniques, les andantes et les mirages des satisfactions éphémères. Je ne vois d'ailleurs toujours pas ce que tout ça a en rapport avec le roman... Je me suis demandé quel genre de livre j'allais pénétrer. J'ai eu peur.
Et puis j'ai commencé. J'ai tout de suite été pris. Nul besoin ici de parler de l'écriture, tu en as plein le résumé pour t'en faire une idée. Nul besoin non plus de te parler de la fin, tu verras toi-même si elle te surprend, si elle te déçoit, ou si elle te laisse, comme à moi, une boule au ventre.

"Ils sont venus chez toi vendredi matin, un peu après dix heures. Sans effraction. Ils s'étaient procuré les clefs. C'est elle qui les a demandées au concierge. Il les lui a données sans poser de questions, les yeux baissés, le corps tremblant."
"Dans ton petit appartement du cinquième étage, ils ont pris leur temps. Ils savaient ce qu'ils cherchaient. Ni bijoux, ni valeurs. Elle répétait qu'il lui fallait des preuves. En inspectant attentivement le fauteuil aux pieds cannelés, elle s'est dit qu'elle avait vu le même quelque part."
"Pour rester concentrée, elle a besoin de faire du sport. Dans cette ville où elle t'a retrouvé, elle a repéré en arrivant un club de sport où l'on peut payer à l'heure."
"Elle n'aime pas les hommes, elle ne les a jamais aimés..."

Commenter cet article