Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Arnaud Tiercelin, Mon frère est une sorcière, roman à partir de 9 ans, pages, Rouergue, Dacodac, octobre 2013, 7,80 € ***

Publié le par Sébastien Almira

mon-frere-est-une-sorciere.jpg

 

Arnaud est en CM2 et il adore son maître. Aussi, quand ce dernier disparaît une semaine pour formation et qu’il est remplacé par une certaine Viviane, il n’aime pas du tout ça. Viviane, c’est un prénom de sorcière, lui apprend son frère Hugues, qui vient d'entrer au lycée et qui écoute du rock à fond pour faire ses devoirs parce que ça « déchire la tête et vide l'esprit ».

De jour en jour, Arnaud a de plus en plus peur d’elle, au point de se rendre malade. Son frère lui donne alors des conseils pour démasquer la sorcière, mais ce n'était peut-être pas une bonne idée...

 

« Je me retourne et je vois une grande femme. Je lève les yeux et j’ai l’impression qu’elle touche le ciel. Elle est grande, plus grande que mon maître. Elle a des cheveux longs qui lui tombent dans le dos. Et ils sont tout noirs. Ils brillent alors que le soleil ne brille même pas, lui. Ses yeux sont bleus, très profonds. Et ses ongles sont tous recouverts d’un vernis noir comme si elle avait trempé ses doigts dans du goudron. Elle porte sur son pull un collier avec un pendentif noir qui brille comme une étoile.

Moi ? Rien. J’attends Lucie.

C’est tout ce qui me vient en tête.

Tu es dans quelle classe ?

CM2.

Et comment tu t’appelles ?

Arnaud.

Arnaud ? Tiens, comme mon fils. En plus, il doit avoir à peu près ton âge…

Et tout en souriant, elle replace ses cheveux doucement, comme Monica Bellucci, l’actrice de cinéma.

Puis, je la vois rejoindre les maîtresses et c’est là que je réalise.

C’est elle.

Mme Vernon. Viviane, quoi ! » page 7

 

En plus, il y a Lucie, son amoureuse d'un jour, qui le suit à la trace. Et ça non plus, il n'aime pas trop, Arnaud. Il demande aussi à son frère comment c'est quand on est amoureux :

 

« – Bon, en fait, y a trois signes quand tu es amoureux :

1. Quand la fille est là, t’as mal au ventre.

2. Quand elle est pas là, t’as encore plus mal au ventre.

3. Quand t’es près d’elle, tu parles de la météo, sans savoir pourquoi, juste pour pas qu’il y ait de silence.

(...)

Je n’ai pas mal au ventre, enfin, ça pique juste un peu et je n’ai pas d’amoureuse. Mais il me fait peur avec ses signes. J’ai dit Lucie parce qu’elle est toujours collée à moi. Et elle veut toujours être à côté de moi dans le rang et me demande toujours si je l’aime.

Mais ce n’est plus mon amoureuse.

Bon, il y a eu le voyage en Dordogne mais notre histoire n’a duré que sept heures vingt-deux minutes et trois secondes.

Ça compte comme histoire d’amour, ça ? » (pages 16-17)

 

C'est un roman drôle autour d’un garçon de dix ans qui se laisse emporter par ses peurs, sa trop grande imagination et celle de son frère ! C'est mignon tout plein et c'est très bien adapté à la tranche d'âge qui correspond (9-12 ans), ce qui n'est pas toujours le cas niveau vocabulaire et manière de s'exprimer dans les romans jeunesse pour cet âge.

 

220px-Arnaudportraitrouergue2.jpg

 

Allez, un dernier pour la route :

« La sonnerie retentit et j’avance péniblement jusqu’au rang. Et puis, on m’attrape par le bras ! Je fais un bond de quatre mètres.

Je sens une respiration, on dirait un fauve. Je ferme les yeux.

On me secoue par la manche, je bouche mes oreilles, je ne veux rien entendre.

On me tient encore plus fort !

Alors, je dresse à toute vitesse dans ma tête la liste de mes ennemis possibles.

 

Est-ce que ça pourrait être Guillaume ?

C’est vrai qu’une fois j’ai osé lui dire que je trouvais sa copine Joanna super belle.

 

Est-ce que c’est Nicolas ?

C’est vrai que je n’arrête pas de lui dire qu’il est aussi con que son con de père qui est aussi le maire de notre ville. (Je sais qu’il est con son père, c’est mon père qui n’arrête pas de le dire lorsqu’il lit le journal.)

 

Et si c’était Jonathan ?

C’est vrai qu’une fois je l’ai traité de pauvre parce qu’il avait des baskets trouées, tellement foutues qu’on voyait ses chaussettes au bout.

Alors, qui ?

Guillaume, Nicolas ou Jonathan ? » page 7

 

 

Merci à Adèle Leproux des éditions du Rouergue pour ce livre !

Commenter cet article

Les Perroquets de la place d'Arezzo 23/10/2013 13:02


Il commence bien à être intéressant. Je n'ai qu'à finir la lecture!