Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bergsveinn Birgisson, La Lettre à Helga, roman traduit de l'islandais par Catherine Eyjolfsson, 130 pages, Zulma, août 2013, 16,50 € *

Publié le par Sébastien Almira

 

livre_hd_572074.jpg

 

Ah ! La lettre à Helga ! Vous aussi, vous en avez entendu un bien fou en librairie, à la télé, dans la presse, chez des amis ? Face à ce terrible complot, j'ai été bien obligé de lire cette merveille. Et ce fut également l'occasion de participer pour la seconde fois aux matches de la rentrée PriceMinister.

Et comme avec Limonov d'Emmanuel Carrère, je suis encore à la bourre pour rendre ma critique. Mais, cette fois, ce n'est pas juste pas fainéantise. Non, cette fois, c'est parce que j'avais du mal à avancer dans le livre, pourtant très court. Mais que voulez-vous, quand rien ne vous donne envie de continuer la lecture...

 

C'est donc l'histoire d'un homme, Bjarni, qui écrit une lettre, vous l'aurez compris, à Helga. Une longue lettre à la seule femme qu'il ait vraiment aimée. C'est l'occasion pour le brave Bjarni de nous parler d'Unnur, sa femme qui vient de mourir d'une longue maladie. Elle qui avait bien compris (« C'est elle que tu aurais dû prendre. Et pas une brebis stérile comme moi. C'est elle que tu as toujours voulue, pas moi. » page 13). L'occasion de nous parler de son élevage de moutons, des pêches solitaires, de son travail de contrôleur du fourrage ou encore de son neveu Marteinn. L'occasion de découvrir comment il est devenu l'amant de cette Helga. Quelle idée saugrenue, d'ailleurs, que de raconter cette histoire à la principale intéressée, comme si elle n'était pas au courant qu'un jour ils ont été les derniers à descendre des pâturages et que tout le monde en a profité pour lancer la rumeur qui a changé leur vie : ils étaient amants. Sous les regards accusateurs et les paroles en douce, Bjarni se dit que, quitte à souffrir de cette situation jusque dans le lit conjugal, autant que la rumeur soit fondée. Et à partir de là, Helga gagna son cœur.

 

On m'avait vendu ça comme un roman magnifique, une histoire merveilleuse, une lettre touchante, un homme avec de l'humour. Et autant vous le dire sans détour : je me suis ennuyé ferme. Ce n'est pourtant pas un mauvais livre. L'écriture est intéressante, agréable, mais le propos m'a laissé de marbre. Cependant, je ne doute pas que cette Lettre à Helga continuera d'enchanter nombre de lecteurs et de lectrices.

 

Birgisson.jpg

 

 

Merci à Olivier Moss et aux Matches de la Rentrée PriceMinister pour l'envoi de ce livre.

Commenter cet article