Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Daniel Glattauer, Quand souffle le vent du nord, roman épistolaire, 340 pages, Grasset, mars 2010, 18 € ***

Publié le par Sébastien Almira

Roman traduit de l'allemand par Anne-Sophie Anglaret.

Gut Gegen Nordwind, publié par Deutick en 2006.

 

 

Glattauer webLorsque je l'ai vu envahir le panneau "nouveautés" habituellement consacré aux évènements littéraires au Virgin de Bordeaux, je me suis demandé d'où sortait ce roman bleu traduit de l'allemand, laissant apparaître une jeune femme en culotte et débardeur assise sur un lit encore défait. Daniel Glattauer ? Connaissais pas. Quand souffle le vent du nord ? Jamais entendu parler. Cette couverture ? Jamais vue. Etrange pour un livre aussi bien mis en avant.

Puis la semaine dernière j'ai lu, comme toujours, avec retard, le dernier Lire et le début de l'extrait proposé (les premières pages du roman). J'ai été conquis et quelques heures avant mon départ pour Londres, je suis retourné à Virgin pour l'acheter.

J'avoue avoir eu peur de tomber sur une nouvelle Pancol. Je ne voulais pas réitérer ma perte de temps adolescente passée à lire du Musso et du Lévy (entre autres, je vous rassure ; si le reste peut effacer ces deux-là...). Je l'ai lu et je confirme : Glattauer est tout de même d'une autre trempe.

 

L'histoire ? Assez simple : une certaine E. Rothner se trompe d'adresse mail en voulant résilier son abonnement au magazine Like. C'est alors qu'avec une parfaite innocence commencent les liaisons dangereuses du net. Si Jacqueline Harpman, avec Le passage des éphémères, avait déjà réinventé l'oeuvre par le mail (en beaucoup moins bien), là n'est pas le but de l'écrivain allemand. Ici pas d'échange de partenaires, pas de tactique désabusée pour corrompre l'autre, seulement une amitié naissante dont les contours deviennent flous peu à peu et dont les règles changent chaque jour.

Emmi file le parfait amour avec Bernhard (et les enfants, la maison, le chat qui vont avec) tandis que Léo, professeur et spécialiste du langage, comprend que Marlene ne répondra pas à ses mails lorsqu'il reçoit, plein d'espoir, un message de résiliation au magazine Like.

"Elle s'appelait Marlene. Il y a trois mois, j'aurais écrit : elle s'appelle Marlene. A présent, elle s'appelait. Après cinq ans de présent sans futur, j'ai enfin trouvé l'imparfait."

 

Ensemble, ils sortent du cadre, tissent une vie imaginaire sur la toile et nourissent une relation exclusive qui prend de plus en plus d'ampleur dans leur vie. Très vite, ils ne peuvent plus se passer l'un de l'autre, se jetant sur leur ordinateur une fois la porte franchie, attendant fièvreusement une réponse de l'autre comme un drogué sa marchandise. Sans presque rien savoir de l'autre, leur échange de mails est devenu un moyen de survivre dans un univers qui, même semblant parfait, n'est fait que de faux-semblants.

"Chère Emmi, avez-vous remarqué que nous ne savons absolument rien l'un de l'autre ? Nous créons des personnages virtuels, imaginaires, nous dessinons de l'autre des portraits-robots, illusoires. Nous posons des questions dont le charme est de ne pas obtenir de réponses. Oui, nous nous amusons à éveiller la curiosité de l'autre, et à l'attiser en refusant de la satisfaire."

 

9782246765011.jpgTout en douceur et tout en violence, en toute logique et contre toute attente, les mois passent et les liens, qui se défont par moment, ne se refont que plus solidement. Avec un humour savamment distillé, Daniel Glattauer, dont c'est le premier roman traduit en français, parvient à créer deux personnages que tout oppose : Emmi la redoutable, la sanguinaire, la classe incarnée ; Léo, au charme désabusé, à l'humour incertain. On se laisse avoir par l'auteur, par les protagonistes, si attachants, et par le plaisir de tomber dans la légèreté sans sombrer dans la médiocrité, ni même dans la facilité (pourtant très facile avec le roman sentimental, comme en témoignent les stars du genre).

Quant à savoir si les deux tourteraux virtuels se rencontreront ailleurs que dans ce bar bondé où ils n'avaient que le droit d'essayer de se reconnaître, si cette meilleure amie qu'Emmi pousse dans bras de SON LEO n'attisera pas sa jalousie, si ce mari dont elle ne partage plus la chambre se doutera de quelque chose et, enfin, si l'amour naissant de cette idylle a une chance de subsister dans la vraie vie... Gageons que le bouche-à-oreilles vous donnera plus l'envie de lire le livre que des réponses concrètes.

Commenter cet article

Leyla 30/05/2010 16:41


J'avais déjà entendu parler de ce livre et j'en avais eu même des échos positifs . En tout cas une chose est sûre , l'histoire donne vraiment envie et je crois même que je rajouterai volontiers ce
livre dans ma LAL qui finira certainement dans ma PAL ( Ô PAL monstrueuse ) .

En plus chacun peut un peu s'identifier à cette histoire . Qui n'a jamais , ou du moins l'espace d'un instant , entretenu une relation " virtuelle" avec quelqu'un ? Il est certain que dans ce roman
, ça doit prendre de plus grandes proportions que dans la réalité mais ça reste tout de même une expérience que beaucoup d'entre nous ont vécu .

A lire donc !


calypso 27/05/2010 16:56


C'est vrai qu'on lit beaucoup d'avis positifs ces derniers temps sur ce roman... c'est tentant !


100choses 27/05/2010 12:54


un livre dont on a beaucoup parlé sur la blogosphère dernièrement. Il me tente vraiment.


Vincent 05/05/2010 20:16


Ha ! L'amour naissant...^^