Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Eric-Emmanuel Schmitt, Concerto à la mémoire d'un ange, nouvelles (+ journal d'écriture), 220 pages, Albin Michel, mars 2010, 18 € *

Publié le par Sébastien Almira

Après avoir publié quatre articles en moins d'une semaine, voilà que j'ai de nouveau délaissé ce blog. Mais je reviens, je suis là ! Avec plusieurs articles en tête, dont le premier sera consacré à un des auteurs français qui vend le plus de livre, l'un des quelques (pourtant si nombreux...) block-busters d'Albin Michel, j'ai nommé... Eric-Emmanuel Schmitt.

 

 

On parle souvent de la régularité de métronome d'Amélie Nothomb, mais qu'en est-il de Schmitt ? Schmitt le romancier (en septembre-octobre), Schmitt le dramaturge (en janvier), Schmitt le novelliste (en mars-avril). Avec des plages de publications quasi métronomiques et deux livres en moyenne par an, l'écrivain pourrait faire vivre à lui seul sa maison d'édition. Mais Francis Esmenard, PDG des éditions Albin Michel ne saurait s'en contenter et, grâce aux succès d'autres Amélie Nothomb, Christophe Grangé, Bernard Werber, Patricia Cornwell, Patricia MacDonald, Mary Higgins Clarck, il se classe 234e fortune française, dix rangs derrière Antoine Gallimard.

 

schmitt.jpgD'être aussi prolifique n'empêche cependant pas Schmitt de publier de bons romans, de belles nouvelles ou d'excellentes pièces de théâtre, comme en témoigne respectivement La part de l'autre, le reccueil La rêveuse d'Ostende et Le visiteur. C'est avec l'impression de qualité de La rêveuse que j'ai acheté Concerto à la mémoire d'un ange, non pas par masochisme après avoir essayé de lire les désastreuses nouvelles qui composent le reccueil d'Odette Toutlemonde, bas de gamme à souhait. Et j'aurais mieux fait de me méfier car avec quatres nouvelles de cinquante pages chacune, ce Concerto est à la hauteur d'Odette Toutlemonde.

 

Une vieille femme raconte au tout jeune nouveau curé de son village qu'elle a empoisonné ses maris, crime dont elle avait été lavée, afin qu'il ne prête attention qu'à elle. 

Un marin apprend par télégramme que sa fille est morte. Jusqu'à son arrivée au port, il se demande laquelle des quatre est-ce, laquelle il préfèrerait perdre. Puis il se rend compte que ce n'est pas bien et une fois à terre il se souvient que sa femme était enceinte, apprend sa fausse couche et décide de bien s'occuper de ses filles.

Un musicien en laisse mourir un autre pour remporter un concours. Vingt ans plus tard, il a changé de vie, s'ocuppant de jeunes en difficulté pour laver ses pêchés lorsqu'il se retrouve nez à nez avec ... celui qu'il avait cru mort et qui le cherche depuis plusieurs années pour se venger. Finalement, tout finit bien et les deux hommes meurent enlacés.

La première dame de France s'ennuie, elle n'aime plus son mari. Mais pour se venger, elle décide de rester avec et de lui pourrir la vie. Il essaie de la tuer et lorsqu'elle meurt d'un cancer, il se rend compte qu'il l'aime plus que tout. De plus, il est très heureux de voir que le livre qu'elle écrivait à l'hôpital et qu'il essayait à tout prix de récupérer n'était pas le brulôt où elle lui avait promis de dénoncer tout ce qu'il a fait pour rester au pouvoir, mais un véritable ode à son mari. Parce qu'elle aussi, elle a changé, sur son lit de mort, se rendant compte de son amour pour lui.

Le tout est lié par Sainte Rita, la rédemption et la pardon. Certains décident de changer, de se faire pardonner, d'autres non.

 

Voilà, tout est dit. Les quatorze lignes qui précèdent vous résument le livre à merveille. Si Schmitt vous avait enchanté par ses grand romans, ses délicieuses pièces de théâtre telles Le Visiteur, Petits crimes conjugaux ou La tectonique des sentiments, NE LISEZ SURTOUT PAS CONCERTO A LA MEMOIRE D'UN ANGE. Contentez-vous de théâtre ou de romans. Car s'il parvient à un véritable tour de force en chassant sur tous les tableaux, il n'en reste pas moins qu'il ne peut être bon partout et à chaque tir. Pour celui-ci, il est particulièrement mauvais. Et ne parlons même pas de la première de couverture...

 

On remarquera par ailleurs le sérieux des vendeurs Fnac qui donnent leur avis sur des livres qu'ils n'ont pas lus . En effet, le résumé livré au site Fnac.com parle de six nouvelles, alors qu'à la publication il n'en restait que quatre. Emilie, de la Fnac Croix-Blanche donne son avis : Eric Emmanuel Schmitt revient avec ce recueil de six nouvelles. Six histoires liées entre elles et traversées par les thèmes de la rédemption et du destin. "Concerto à la mémoire d'un ange" s'inscrit dans la lignée d' "Odette Toulemonde" et de "la rêveuse d'Ostende".

Apparemment, elle ne s'est pas rendu compte qu'il manquait deux nouvelles et son maigre commentaire ne laisse de toute façon aucune trace d'une quelconque lecture.

Quant à moi, je m'apprête à envoyer mon exemplaire à mon price-acheteur.

Commenter cet article

François 23/01/2012 16:59


Quand on se pique d'être un critique littéraire, on peut au moins respecter l'orthographe : cf un curée (!) ocupper (!) - Il y a pourtant un correcteur orthographique qui souligne les erreurs ...

Sébastien Almira 24/01/2012 14:53



Vous n'avez rien d'autre à faire que laisser des commentaires futiles et désagréables ?


Les fautes fautes ont été corrigées. Continuez votre lecture du blog, vous en trouverez certainement d'autres et ça occupera vos journées.



noann 26/07/2010 01:08


Je n'ai pas raffolé moi non plus de cet EE Schmitt.
J'ai trouvé les idées intéressantes mais le ton trop excessif et insistant.
Je partage donc votre avis. Pas mauvais je dirais, mais pourrais faire mieux.
Et comme vous le dites bien on ne peut pas être bon dans tout, et je préfère le Schmitt romancier au Schmitt nouvelliste. Ses nouvelles sont d'ailleurs de courts romans.

Si je puis me permettre, un lien vers mon avis :

http://livrogne.com/2010/06/concerto-a-la-memoire-dun-ange-eric-emmanuel-schmitt/


Stephie 21/07/2010 22:51


J'ai bien aimé cette lecture quant à moi. Même si je vous suis sur un point, on est loin du Visiteur ou de ses grands romans. Quant à la couverture, en effet, elle est affreuse. Je découvre votre
blog par cette occasion, voilà au moins un mérite à accorder à cette lecture, rires !


Sébastien Almira 21/07/2010 23:32



Effectivement, ce sera au moins la découverte de deux blogs ^^


Espérons que les prochains Schmitt nous mettront d'accord !



Flo_boss 16/06/2010 15:15


Aouch, moi qui aime tellement Schmitt, j'ai pourtant toujours hésité à attaquer ses nouvelles, de peur d'être déçu. Je n'en ai donc lu aucune, et d'après ton article, je crois que c'est mieux
ainsi... Je vais donc rester sage et attendre un prochain roman à la hauteur de ses précédents!


Sébastien Almira 16/06/2010 17:44



Et bien, si tu veux des nouvelles, lis La Rêveuse d'Ostende. Il est bien, enfin, d'après ce que m'en rappelle. En roman, évite le prochain ! 1er septembre paraitra une nouveau mini roman de 100
pages assez léger, pas dans la veine de ses grands romans...