Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

François Saintonge, Dolfi et Marilyn, roman, 280 pages, Grasset, janvier 2013, 19 € *****

Publié le par Sébastien Almira

 

       dolfi2   P1040720.JPG

 

François Saintonge est un pseudonyme. L'auteur a fait le choix de l'éloignement, nous dit la quatrième de couv'. La curiosité qui me traverse et me démange, de savoir qui il est, est la même que celle qui ronge notre anti-héros dans cet étonnant, haletant et sensationnel roman. Car, ne pesons pas nos mots, ne boudons pas notre plaisir : comme Gérard Collard, j'ai littéralement adoré Dolfi et Marilyn.

 

Dans cinquante, on aura démocratiser le clonage et, bien qu'assez chèrement, il sera néanmoins possible de commander le clone de son choix.

Tycho Mercier est professeur et historien. Récemment divorcé, il a la garde de son fils Bruno, aussi féru d'histoire que lui, qui passerait ses journées à lire des essais sur les relations entre états lors de la guerre Froide ou les mémoires d'Adolf Hitler et à battre ses records sur des jeux de simulation de grandes batailles. Homme aussi intègre que curieux, Tycho va se retrouver avec les clones d'Hitler et de Marilyn Monroe sur les bras. Comble de malchance, l'un est désormais interdit à la vente et l'autre est une contrefaçon.

Tiraillé entre la sérieuse entreprise de s'en débarrasser afin d'échapper au joug de la loi et la curiosité de l'homme d'Histoire qu'il est, Tycho Mercier va vivre bien malgré lui d'étonnantes aventures, pour ne pas vous en dire trop.

 

« Soudain inquiet de l'effet de ces mots sur l'intéressé, je jetai un coup d’œil dans sa direction. Mais A.H.6 ne bronchait pas. Les clones correctement conditionnés sont censés ne pas avoir d'égo ni d'amour-propre. Je ne m'en sentais pas moins gêné de parler ainsi de lui en sa présence. Devait-on faire preuve de respect humain devant un être dont l'humanité même était douteuse ? D'ailleurs il n'était pas certain que le clone sût au juste de qui il était le clone... Je me demandai malgré tout pourquoi une livre de chair de clone, même de ce clone-là, aurait pesé moins qu'une livre de la mienne. Renonçant pour le moment à tenter de répondre à cette question, je lui ordonnai de quitter la pièce : « Sortez... Fermez la porte derrière vous et attendez dan le couloir que je vous appelle... » Il obéit en silence. Je n'avais pu empêcher ma voix de chevroter légèrement. Je n'avais pas à l'Adolf Hitler des photos et des livres. Ce n'était pas l'homme qui avait ravagé son siècle, l'Adolf Hitler de ses contemporains ni même celui des historiens, juste un... un rejeton, une repousse de l'ADN du dictateur récupéré sur ses dents. » page 24

 

beb-deum.jpg

dessin de Beb Deum pour Le Monde (critique de Florent Georgesco dans Monde ici)

 

Voilà, c'est l'histoire d'un homme d'Histoire dépassé par l'histoire de son temps. L'auteur rend à la perfection les pérégrinations intérieures de Tycho et nous emporte dans un tourbillon quasi infernal dont on ne peut nous non plus s'échapper, avec un style riche, soutenu et recherché qui rend le texte encore plus intéressant. Sans avoir l'âme d'un thriller américain, Dolfi et Marilyn se dévore sans temps mort, se déguste avec un plaisir coupable et se referme avec la sensation d'avoir lu quelque chose de dépaysant, d'intéressant, de captivant. Quelque chose qui a du goût, du tempérament et de l'ambition.

 

« L'existence des clones n'était pour moi qu'un aspect du monde moderne, le résultat des percées de la Science. Grâce à elle, l'homme accroît sans cesse son pouvoir, il prend de jour en jour plus de libertés avec la nature. C'est un jeu périlleux, il le sait à présent, mais c'est son jeu. Dès le premier jour il s'est dressé contre elle. Il a commencé par trouver le moyen de se débarrasser de ses ennemis, d'éliminer ou de domestiquer ses concurrents animaux. Puis il a continué à inventer des moyens de faire ceci ou cela, pour sa survie, pour son confort, pour occire son voisin ou pour le simple plaisir d'inventer. En vérité c'est plus fort que lui, rien ne pourra plus l'en empêcher et il n'arrêtera que mort. » page 115

 

 

Merci à Lucie Roblot des éditions Grasset pour l'envoi de ce livre sensationnel !

Commenter cet article