Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hamid Jemaï, 2 jours pour faire des thunes, roman, 190 pages, Sarbacane, Collection EXPRIM', mai 2011, 14 € ***

Publié le par Sébastien Almira


hamid

 

Micklo a 23 ans. C'est un glandeur, un flambeur et un farceur de première. Et c'est lui qui l'dit ! Le problème c'est que, même si c'est agréable, ben ça peut être dangereux. Et Micklo, il s'rend pas bien compte du danger. Genre il va jouer au poker, comme ça, avec 200 €. Genre on lui offre du Jack Daniel's et il se saoule jusqu'à plus en pouvoir. Genre il sort de là avec une ardoise de 20 000 €.

Et là, c'est le drame. Mr Goulag, il est pas content. Mr Goulag, il envoie son meilleur gars, genre armoire à glace. Et l'armoire à glace, elle lâche pas Micklo jusqu'à ce qu'il trouve les 20 000. Et Micklo, il a deux jours.

 

Et là, on se fait embarquer dans un thriller gitano-russe aux allures de Pulp Fiction, Casino et Snatch avec 113, Massive Attack, les Pixies, Ennio Morricone et Nirvana en bande-son. De la grosse tuerie, quoi ! Des tontons gitans aux affaires louches pour aider le p'tit farceur, des russkoffs mafieux de grande envergure dont il convient de se défaire au plus vite. Des braquages, des courses-poursuites, des matchs de boxe. Et surtout, surtout, des rebondissements en tout genre, et à tout bout de champs !

 

hamid

 

Hamid Jemaï, auteur de Dans la peau d'un youv (Exprim Sarbacane), ne s'arrête jamais ! D'abord, il écrit un roman urbain aux allures de scénario. Jeux de mots, verlan, langage familier, façon de parler (beh oui, c'était fait exprès d'écrire comme ça mon article !). Ensuite, il écrit un polar mafieux aux allures de série télé. Hyper visuel, avec flash-back, mouvements de caméra, anticipation, rebondissements et sans temps morts (bon, les mouvements de caméra, j'avoue, j'ai pas réussi à les faire...). Enfin, il écrit un roman d'aventures calibré pour plaire à ceux qui aiment les romans ados, à ceux qui aiment les histoires de mafieux, avec de la castagne à toutes les pages et aux ados qui n'aiment pas trop lire.

Parce qu'on se laisse entrainer comme dans une série policière (américaine) et jusqu'au bout, on n'a pas le choix, pas le temps de décrocher. Tout s'accélère et on ne voit pas venir la fin. Ni la première, ni la deuxième, ni la troisième !

Par contre, la couv', on la voit. Et ça, c'est dommage.

 

Je ne vous en dis pas plus, à vous de sauter dans le train, « qui mène à grande vitesse », et d'espérer ne pas vous écraser sous le poids de la vitesse et des révélations !

 

hamid

 

Voir les avis de :

- Aurélie sur Batifolire

- Laetitia

- Déborag sur 123Otium

- Estelle sur Romans entre deux Mondes

- Le Parisien (Val de Marne)

Commenter cet article