Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean-Luc Coatalem, Nouilles froides à Pyongyang, récit de voyage, 230 pages, Grasset, janvier 2013, 17,60€ **

Publié le par Sébastien Almira

 

coatalem.jpg

 

Écrivain-voyageur, journaliste, auteur du Dernier roi d'Angkor, Jean-Luc Coatalem s'est fait passé pour un promotteur de voyage afin de pouvoir pénétrer en Corée du Nord. Dans Nouilles froides à Pyongyang, il relate cette expérience unique, qu'il a vécu avec un ami en mal d'émotions et de voyage.

 

D'après Noémi du blog Pop-Corn et Marque-Page (article ici), on n'apprend rien avec ce livre si on a déjà lu des témoignages sur le sujet. Je n'en avais pas lus, j'avais seulement entendu par-ci par-là quelques infos saugrenue sur ce bout de pays qui l'est tout autant, si ce n'est plus.

Car ce que j'ai lu dans ce récit-roman de voyage est à la limite de l'absurde. Même en connaissant un peu le sujet, je n'ai pu m'empêcher d'être surpris par les anecdotes aberrantes de Jean-Luc Coatalem. Entre le programme officiel qui ne supporte aucun changement, les autoroutes à huit voies sur lesquelles aucun véhicule ne circule, les restaurants gastronomiques qui servent des quarts de champignons bouillis ou des algues et les agents du gouvernements se faisant passer pour des religieux afin d'arrêter les croyants qui se rendraient en catimini, il y a de quoi, au choix, rire ou s'offusquer de la politique et de la vie nord-coréennes.

L'écriture est agréable, sans lourdeur, elle accompagne comme il faut cet incongru voyage. Mais pour autant, je n'ai pas accroché autant que je l'espérais. Je pensais être emballé par un expérience de lecture à laquelle je ne suis pas habitué (les récits de voyage), qui plus est à la destination plus qu'intéressante. Mais j'ai même allègrement sauté quelques dizaines de pages, passée la première centaine, par désintérêt.

 

À lire si le sujet vous intéresse sans que vous en sachiez déjà beaucoup. Je ne le vous déconseille pas vraiment, mais je ne vous le conseille pas vivement non plus.

 

 

Merci toutefois à Lucie Roblot des éditions Grasset pour l'envoi de ce livre.

Commenter cet article

Noémi 21/03/2013 22:41


Ouh, je suis flattée, tu parles de moi =P


En tout cas je suis d'accord avec toi, même si j'ai quand même passé un bon moment! Le seul truc à la limite que j'ai découvert, c'est que la nourriture manque aussi pour les touristes...