Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'affaire DSK : avant, après ?

Publié le par Sébastien Almira

 

16 H / C'est un exercice difficile que je commence puisque pour la première fois je vais écrire sur quelque chose qui ne touche pas à la culture. Il s'agit de politique. Ce blog n'a aucune visée politique habituellement et, même si je m'y intéresse pas mal, je n'en avais jamais parlé jusque là.

Premièrement, parce que je ne voyais pas l'intérêt sur un blog culturel. Deuxièmement, parce que je ne veux pas soulever de débat houleux sur ce sujet « dangereux ». Dernièrement, parce que je ne le souhaite pas. J'en parle volontiers avec mon entourage, je ne cache pas mes opinions, mais je ne souhaitais pas les exposer ici.

Pourtant aujourd'hui, l'envie m'en est venue.

 

DSK1.jpg

 

Le 14 mai 2011, Dominique Strauss-Kahn est arrêté avant le décollage de l'avion qui devait le ramener en Europe où il avait rendez-vous avec Angela Merkel le lendemain. Il est accusé de tentative d'agression sexuelle sur une femme de ménage de l'hôtel Sofitel où il résidait à New York.

La scène aurait eu lieu à 13h, la plaignante serait entrée dans la chambre de DSK pour faire le ménage. Lorsque celui-ci serait sorti de salle de bain nu, elle se serait excusé et aurait tenté de sortir de la chambre. C'est alors que DSK aurait tenté d'introduire son sexe dans sa bouche avant de l'enfermer dans la salle de bain. Alors il serait parti précipitamment de l'hôtel, oubliant son téléphone portable. Et la jeune femme aurait été vue sortant en pleurs de la chambre par une caméra de vidéo-surveillance.

Mais ce que la victime ne savait pas, c'est que DSK n'était pas dans la chambre lors de l'agression. Ce dernier avait un alibi, il était en train de déjeuner avec sa fille. La victime change alors de version : un serveur présent dans la chambre lui aurait affirmé qu'il n'y avait personne, le directeur du FMI aurait introduit son sexe dans sa bouche et aurait tenté de la violer après l'avoir poussée sur le lit. De plus, la direction affirme n'avoir pas de caméra dans les chambres et les couloirs de l'hôtel et Dominique Strauss-Kahn a appelé l'hôtel pour demander qu'on lui apporte l'un de ses sept téléphones portables oublié dans sa chambre.

 

Sue le net, ce fût l'effervescence. Pourquoi la femme de ménage était-elle dans la chambre à cette heure-là ? Pourquoi ne s'était-elle pas assurée avant d'entrer qu'il n'y avait personne ? Pourquoi a-t-elle changé de discours ? On lui donne un nom, une origine ; on en change le lendemain.

Les médias ont répété et amplifié tout et n'importe quoi sur ce scandale. D'un côté se formaient les rangs pro-DSK criant à la machination, d'un autre les fervents défenseurs des droits des femmes et de la droite française. Je n'étais sûr de rien mais je voulais croire que cette affaire était un coup monté, que ce fût de l'Élysée ou de la victime présumée, que la vérité éclaterait et que l'éléphant du Parti Socialiste démissionnerait du FMI pour présenter sa candidature aux primaires du parti.

Car à cette époque, je croyais dur comme fer qu'il serait candidat et qu'il l'emporterait, comme une majorité de Français.

Malheureusement, on trouva des traces de sperme sur le chemisier de la victime présumée et sur le sol de la chambre. DSK fut incarcéré à la prison de Rikers Island et rendez-vous fût pris pour tirer l'affaire au clair le 6 juin au tribunal.

Je pensais bêtement que le 6 juin marquerait également la fin du procès (ne me demandez pas pourquoi !) et qu'on saurait si DSK serait reconnu coupable ou blanchi. Qu'il n'était pas trop tard pour la bataille qui s'annonçait en France.

 

DSK2.jpg

 

Dominique Strauss-Kahn se retrouva avec les sept chefs d'accusation suivants sur le dos :

Acte sexuel criminel au premier degrés

Acte sexuel criminel au premier degrés (son sexe étant entré en contact par deux fois avec la bouche de la victime présumée, cette charge est retenue deux fois, soit 2 fois 25 ans...)

Tentative de viol au premier degrés (pour tentative de pénétration vaginal. 15 ans)

Agression sexuelle au premier degrés (7 ans)

Emprisonnement illégal au second degrés

Attouchements non consentis (il lui aurait touché la poitrine. 1 an)

Agression sexuelle au troisième degrés (contact sexuel sans emploi de la force. 3 mois)

Pour n'avoir pas réussi à violer une femme, Dominique Strauss-Kahn risque donc plus de 74 ans de prison.

 

 

En quelques jours, l'affaire était devenue un véritable feuilleton télé à suspense. Et les faits étaient là : le procès devait durer des mois, DSK ne se présenterait pas aux élections présidentielles 2012 en France et sa carrière politique était morte.

Les socialistes doivent se débrouiller sans leur char d'assaut. François Hollande et Martine Aubry prennent de l'ampleur dans le champs médiatique. Même si cette dernière n'avait pas déclaré sa candidature, elle faisait tout pour écraser ses concurrents potentiels, n'hésitant pas à traiter Ségolène Royal de folle et François Hollande de nul.

 

Et en quelques jours, comme à ses débuts, le feuilleton s'emballa de nouveau. Dès l'ouverture officielle des dépôts de candidatures socialistes le 28 juin, Martine Aubry se déclare candidate. Et aujourd'hui, 1er juillet, le New York Times annonce (avec des sources provenant de l'enquête) un rebondissement de taille. Le témoignage de Nafitassu Diallo pourrait être réduit en cendres. Elle aurait téléphoner à celui qu'elle présente comme un ami, voire son fiancé quelques heures après l'arrestation de DSK et aurait parlé explicitement des avantages qu'elle pourrait tirer des poursuites contre le présumé coupable. L'homme avait été arrêté en possession de 180 Kg de marijuana et lui a versé à plusieurs reprises des sommes d'argent laissant soupçonner une implication de la jeune femme dans des activités criminelles (trafic de drogue et blanchiment d'argent). Depuis deux ans, ce sont 100 000 dollars versés par plusieurs personnes qui lui permettaient notamment de payer les factures de cinq lignes téléphoniques. Presque autant de lignes que DSK, c'est étrange pour une femme célibataire avec un enfant, censée être pauvre et sans problème.

 

DSK3-copie-1.jpg

Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair à la sortie du tribunal

 

L'agence Reuters parle de « rebondissement spectaculaire avec la mise en cause de la crédibilité de la jeune femme ». le New York Times avance carrément que « les procureurs n'accordent plus beaucoup de crédibilité à ce que l'accusatrice leur a dit, ni sur les circonstances (de l'agression présumée), ni sur elle-même ».

Le New York Post va encore plus loin : « Les procureurs travaillent sur trois scénarios qui pourraient chacun détruire les accusations de viol contre DSK :
- Ils ont eu des rapports sexuels consentis
- Strauss-Kahn l'a payée pour avoir des rapports sexuels
- La femme de chambre l'a piégé dans un complot d'extorsion. »

Depuis le début de l'affaire, les avocats de Dominique Strauss-Kahn affirment qu'il s'agissait d'une relation sexuelle consentie et tentaient de démontrer que la plaignante était animée par des intentions cachées et tentait de profiter de la position d'influence de leur célèbre client.

 

18H30 / Dominique Strauss-Kahn a été libéré sur parole par le juge Michael Obus et la caution pour sa remise en liberté sous surveillance en mai lui a été remise.

Lors d'une audience destinée à examiner les conditions de la liberté conditionnelle de Dominique Strauss-Kahn, les procureurs ont déclaré que des doutes existaient désormais sur la crédibilité de la femme de chambre.

 

L'espoir revient parmi les sympathisants du Parti Socialiste et de la gauche. Le candidat présumé peut même ravir un paquet de voix au centre et à la droite. Alors reste à savoir, dans le cas où il serait blanchi, si l'ancien favori des sondages (pour les primaires socialistes et les élections présidentielles) présentera sa candidature ou non.

Tandis que Martine Aubry « espère de tout coeur que la justice américaine établira dès ce soir toute la vérité et permettra à Dominique de sortir de ce cauchemar », Jack Lang pense que la gauche ne peut se passer d'un candidat tel que lui et Julien Dray, ayant lui-même eu des démêlés avec la justice, affirme : « Moi, je crois connaître un peu son caractère, je pense que quand on sort de ça, on a envie de manger le monde ».

Et bien, je ne demande que ça.

 

« Les bons apôtres, j'les mange ! » (Mylène Farmer, C'est dans l'air)

 

DSK4.jpg

Commenter cet article

Karen 18/07/2011 20:41


Oh bordel, quelle belle conclusion !


Sébastien Almira 19/07/2011 11:06



Est-ce ironique ?!