Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le cinéma d'avril 2014 (Divergente 1 / I am Divine / Her / Rio 2)

Publié le par Sébastien Almira

DIVERGENTE.jpgDivergente, de Neil Burger, 2h20 ****


Je n'attendais pas grand chose de Divergente, ça avait l'air pas mal, c'est un phénomène en littérature adolescente, je n'ai pas lu le livre (trois tomes de Veronica Roth chez Nathan), je voulais me faire une idée. D'aucuns diront sûrement que le film ne vaut rien par rapport au livre, mais ce que je peux vous dire c'est que ça déménage !

Dans cette dystopie, la ville de Chicago vit en autarcie complète, la société est divisée en cinq factions et, comme dans Hunger Games, chacun doit rester à sa place. Les Audacieux protègent et défendent, les Érudits possèdent le savoir et créent, les Sincères possèdent la sagesse et la vérité, les Altruistes aident et les Fraternels cultivent. Il est extrêmement rare que le test passé à seize ans ne soit pas décisif. Tris n'a pas de chance, elle est Audacieuse, Altruiste et Érudite à la fois : c'est une Divergente et, comme tout ce qui n'est pas dans la norme fait peur au pouvoir, elle doit se cacher. Mais vous vous doutez bien que ça va se découvrir...

Beau casting, super scènes d'actions (avec le moins d'effets spéciaux et de doublures possibles), scénario en béton, film plus réussi et plus original que Hunger Games, BO originale et géniale (par Junky XL, avec Ellie Goulding, Woodkid, Skrillex, etc.), quelques dialogues d'une niaiserie à mourir (dus au doublage français?) : le nouveau phénomène littéraire et cinématographique pour adolescents et jeunes adultes vaut le détour sur le fond comme sur la forme !

 

 

divine.jpgI am Divine, documentaire de Jeffrey Schwarz, 1h25 ***


Je ne suis pas branché documentaire. Je n'avais pas vu la bande-annonce de I am Divine. Je ne savais pas que I am Divine était un documentaire. J'ai failli sortir de la salle au bout de cinq minutes, mais je ne savais pas quoi faire en attendant le film suivant. Je suis donc resté.

Et j'ai bien fait, parce que l'histoire atypique de Divine, alias Harris Glenn Milstead, un jeune homme en surpoids de Baltimore devenu drag queen de renommée internationale (grâce à sa collaboration avec John Waters), est super intéressant. Faisant fi des idées préconçues à propos des convenances en matière d’apparence physique, d’identité sexuelle et de sexualité, Divine est le symbole absolu du marginal devenu égérie underground.

Montage parfois irritant et souvent répétitif mais documentaire intéressant et pertinent.

 

 

her.jpgHer, de Spike Jonze, 2h *****


Los Angeles, dans un futur proche. Theodore Twombly (Joachin Phoenix), un homme sensible au caractère complexe, est inconsolable suite à une rupture difficile. Il fait alors l'acquisition d'un programme informatique ultramoderne, capable de s'adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, il fait la connaissance de 'Samantha' (voix sexy en diable de Scarlett Johansson), une voix féminine intelligente, intuitive et étonnamment drôle. Les besoins et les désirs de Samantha grandissent et évoluent, tout comme ceux de Theodore, et peu à peu, ils tombent amoureux.

Original, surprenant, merveilleux, émouvant, intelligent, joué et filmé à la perfection. Le mot « beau » a rarement été aussi juste que là : c'est beau, vraiment.

 

 

rio2.jpgRio 2, de Carlos Saldanha, 1h40 ****


Blu et Perla, le célèbre couple de Hara bleus (les derniers de l'espèce) ont désormais trois enfants tout bleu ! Quand Tulio et Linda partent en Amazonie à la recherche d'autres spécimens rares, la famille de perroquet décide de les rejoindre afin de montrer à leurs enfants d'où ils viennent. Ils ne sont pas prêts d'imaginer quelle aventure ils vont vivre et les conséquences qu'elle aura sur leur vie.

Vraiment pas mal, toujours drôle et rocambolesque, ça se regarde avec beaucoup de plaisir, même si c'est légèrement en dessous du premier volet.

Commenter cet article