Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kings of Leon comes to boring us down

Publié le par Sébastien Almira

Kings of Leon, Come around sundown, 13 titres, Sony / RCA, octobre 2010, 16 € ***

 

kol1.jpgAprès deux premiers albums que je ne connais pas plus que ça, Because of the time en 2007 devant lequel je me pavane, et Only by night, son digne successeur paru l'an dernier, le groupe aux douze millions de disques vendus sort son cinquième album.

Découvert grâce à Karen (correctrice-relectrice-amie dont vous avez déjà eu vent) (ne faites pas comme elle : le titre de l'article est un jeu de mots avec le titre de l'album, même s'il est grammaticalement incorrect) il y a un an, j'étais loin de soupçonner le groupe d'avoir vendu tant de disques et d'être considéré comme « un des plus grands groupes américains de tous les temps » par le magazine NME. J'étais loin de me douter de l'ampleur planétaire d'un groupe que je pensais confidentiel. Et je me rends compte de tout ça en achetant Come around sundown : la packaging a bien été pensé chez Sony, les arguments de ventes sont là (citation NME, nombre d'exemplaires vendus, comme c'est souvent le cas sur les romans de Marc Lévy).

 

Mais qu'en est-il à l'intérieur ? Le packaging cache-t-il une bonne ou une mauvaise surprise ? Pour Les Inrocks, qui se sont arrêtés au premier extrait, Radioactive, elle est toxique.

« Pour sûr : Radioactive va créer de l'activité sur les ondes radios. Cela dit, la toxicité de cette chanson forte en gueule plus que forte en thème reste à démontrer : festival pyrotechnique scrupuleusement contrôlé plus qu'explosion électrique, ce single confirme le divorce entre ces jeunes Américains hagards et leur réalité, leur passé. Bêtes de foires condamnées au gigantisme, ils écrivent désormais en fonction de ce statut des chansons communautaires, inaudibles à la maison mais taillées pour les chorales viriles de dix mille personnes en nage. » *(JD Beauvallet)

 

Abonné aux Inrocks depuis deux mois, j'ai résilié mon abonnement par mésentente éditoriale et idéologique il y a un mois : chez eux, le cynisme devient rapidement méchanceté et Houellebecq apparaît dans tous les numéros, et ça, vraiment, je ne pouvais plus. Cependant, je continue toujours à recevoir, chaque mercredi, un exemplaire d'un magazine dont je lis de moins en moins d'articles. Le blog C'est la gêne propose un excellent article anti-Inrocks que je ne peux m'empêcher de vous livrer !

 

kol2.jpgTrêve de bavardage, moi aussi, je suis déçu par cet album. Au point d'aller aussi loin que JD Beauvallet ? Non. Le disque n'est pas mauvais, il est tout simplement moins bon, et justement moins gigantesque qu'auparavant. Guitares, basses, batterie, voix, tout dans Because of the time animait une force extraordinaire qui emmenait l'album en des recoins du rock que je ne connaissais pas et que j'ai idolâtrés en les écoutant. Only by night, plus commercial, avec Sex on fire sur toutes les radios, m'avait tout de même ravi. Quelle ravissement devant Closer ou Crawl, quelle puissance, quelle extravagance, quelles voix ! Kings of leon prenait de plus en plus de place dans mes playlist, devançant Muse. Mais là, avec ce cinquième album planplan, je n'ai que des impressions de déjà vu et d'ennui. Tout est plus calme, plus cool, plus « j'me détends en fumant un tarpé et en enregistrant un p'tit morceau sympatoche ». Ça s'écoute, bien entendu, mais sans entrain, sans folie, sans excitation. Où sont passés les sons crus et rauque des débuts, parvenant avec force à nos oreilles ? Où est l'excitation qui m'animait à l'écoute de la seule voix du chanteur et m'emportait dans un autre monde grâce à un rock puissant ?

 En plus de ces treize titres de pop qui pourraient n'en former qu'un seul, le groupe propose un CD bonus avec un titre inédit, Celebration, sans grand intérêt, et deux remixes, Radioactive, où sont simplement ajoutés des chœurs, et l'horripilant Charmer avec ses sons d'otaries.

 

Sinon, l'édition limitée et cartonnée est jolie. Mais elle ne se plie pas dans le bon sens et elle ne sent pas bon. Rabattez-vous sur les anciens, dont je ne saurais que vous conseiller et reconseiller Because of the time et Only by night, des valeurs sûres.

Commenter cet article

Pierre 05/11/2010 18:13


ah ba mince moi qui pensait qu'il serait super..... ba faut que je me fasse mon opinion ^^.


Sébastien Almira 05/11/2010 18:48



Oui, moi aussi je pensais...