Littérature ado : Méto de Yves Grevet *****

Publié le par Sébastien Almira

Méto, La Maison (Tome 1), 240 pages, Syros, avril 2008, 14,90 €
Méto, L'île (Tome 2), 250 pages, Syros, mars 2009, 14,90 €
Méto, Le Monde (Tome 3), 370 pages, Syros, mars 2010, 15,90 €



Bordeaux, le 22 mai 2010


Cher Yves Grevet,

                                       
Avant de commencer à proprement parler, je dois revenir sur mon adolescence. Promis, ce ne sera pas long !
Je baigne dans les livres depuis mon plus jeune âge mais à la différence d'une Amélie Nothomb qui avait lu tous les classiques à onze ans, je me suis longtemps cantonné aux albums jeunesse, aux BD d'Astérix et aux albums de Tom-Tom et Nana. Au collège j'ai rapidement laissé tomber la littérature ado (Le destin de Linus Hoppe d'Anne-Laure Bondoux chez Bayard Jeunesse et les quatre tomes de Mon prof est un extraterrestre de Bruce Coville chez Pocket, oui, oui, c'est tout... Mais ils étaient très bons !) pour me tourner enfin vers la « vraie littérature », celle des « grands », en commençant par Nothomb mais aussi, malheureusement, par Lévy et Musso. Personne n'est parfait. Pour ma défense, je me suis rattrapé depuis.
Pénétrant toujours plus le monde des livres, je passe deux ans en IUT Librairie-Édition pour devenir libraire. En première année, je dois expliquer le choix de cinquante livres pour un fonds idéal de littérature ado. Je commence à m'y intéresser. Suivant les conseils de Magali, responsable BD/Manga au Virgin Gambetta de Bordeaux et véritable dévoreuse de romans ados, je me découvre une passion pour le genre, débuté il y a bien longtemps avec Linus Hoppe, le roman d'anticipation et/ou de sciences-fiction, mais quasi exclusivement en littérature pour adolescents.
Voilà comment j'en suis arrivé à lire Méto. Je peux donc commencer.

                                       
J'ai accroché dès le début, bien entendu. Impossible de ne pas se laisser embarquer par l'histoire, de ne pas se laisser amadouer par Méto et la bande d'enfants enfermés dans la Maison, surveillés par les César. À la Maison, sous la coupe du mystérieux Jove, la sécurité et l'obéissance sont toutes deux déclinées en diverses règles sacrées, ceux se risquant à les enfreindre étant directement enfermés au Frigo à moins d'avoir à supporter une claque tournante...
Très vite, on se demande où sont cloîtrés les soixante-quatre enfants, qui se cache derrière cet horrible manège, pourquoi les enfants disparaissent lorsqu'ils grandissent trop, pourquoi leurs professeurs ont peur de parler et semblent tous atteints du même handicap, à quoi riment les cours, activités sportives, repas et traitements en tout genre imposés à la Maison.
À la fin du premier tome, les réponses obtenues nous assènent bien d'autres questions. Le voile se lève progressivement à mesure que l'on découvre d'autres personnages, d'autres recoins de l'île1, entre haine et amitié, amour et trahison, feintes et alliés clandestins, aventure et réflexion. Mais le suspense reste entier.

                                       
À force de rebondissements en tout genre et d'une histoire passionnante, vous tenez en haleine enfants de dix ans et adultes supposés être plus sérieux, tout en sensibilisant les plus jeunes (et même les plus âgés) à la sauvegarde de l'environnement, la lutte contre les discriminations et la solidarité.
Vous avancez une trilogie haute en couleurs, en personnages et en retournements de situation que l'on ne peut décemment pas lâcher. Méto a besoin de nous pour poursuivre sa quête de la vérité et ses projets, comme nous avons besoin de lui pour ensoleiller nos journées. Méto nous manque une fois le livre fermé pour aller bosser, pour préparer le dîner, pour dormir. Méto nous manque tout le temps ; on l'emmène partout, en cours, au boulot, à la Poste (absolument nécessaire, un livre, à la Poste !), à la plage, etc. Méto nous devient, au fil de l'histoire, indispensable. Comme, à l'époque, Harry Potter. S'il avait d'ailleurs été publié chez un autre éditeur, plus gros, plus riche, Méto aurait, en plus du bouche à oreilles et de l'engouement de certains libraires, bénéficié d'une publicité plus importante et aurait été victime d'un succès à la hauteur de ses ambitions et de ses capacités.


Méto est une trilogie « époustouflante »2, Méto est un exploit, une merveille, une découverte éblouissante. Et Méto n'est pas finie.
Pitié, Yves Grevet, je vous implore au nom de tous ! Poursuivez l'aventure ! Aidez Méto à changer le Monde, aidez les enfants à lire encore, aidez-nous en nous offrant encore plus de plaisir


 

Sébastien Almira 




Merci à Aude et Charlotte pour m'avoir offert les trois tomes pour mes anniversaires !

 

1 « î » ou « Î » ? Car, si les premier et dernier tomes bénéficient tout au long du titre de capitales, le second doit se contenter de minuscules. Les maquettistes de Syros ne sauraient-ils pas comment agrémenter leurs majuscules d'accent ?

2 Pour une fois, la quatrième de couverture n'a pas menti !

Commenter cet article

Azariel87 27/05/2010


Je ne connaissais pas du tout ces livres, ça à l'air sympa, je vais regarder ça de plus près et ton avis me donne envie :)


Natacha 27/05/2010


Je ne connais pas mais why not ??


Theoma 30/05/2010


C'est un très joli billet qui rend hommage à cette époustouflante, tu as bien raison, trilogie.


Karen 05/06/2010


Comment tu fais tes yeux de chat qui pleure à la fin :p Bref, on dirait la voix off d'un récit en noir et blanc, c'est fun. Bon boulot ;)


Cécile 17/06/2010


En tous points d'accord avec toi.
Quelle trilogie. Je ne pouvais plus non plus m'en détacher.
J'ai adoré. Tellement !
Mais une suite ?! Hum, suis pas sûre ! Il ne pourra jamais sauver le monde ! Non ?


Stephie 21/07/2010


Je l'ai noté, je le lirai à l'automne je pense.


jocelyne 19/05/2011


j'ai lu les 3 tomes du livre et j'adore!!!
Il est juste extra
Les aventures de meto vont beaucoup beaucoup me manquer maintenant que j'ai lu les 3 tomes


jocelyne 20/05/2011


OK.


Online Scams 08/10/2014

Meto is an old novel which was published every week in Meto magazine. The book was hot sellers during that time. It told about the story of a boy named Meto who had to become a superhuman for fighting against the odds.


Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog