Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marco Varvello, Oublie Les mille et une Nuits, roman ado, 260 pages, Bayard Jeunesse, 2009, 11,90 € ****

Publié le par Sébastien Almira

                        

Il m'arrive de lire un livre, voir un film ou aller à un concert ou une pièce de théâtre sans en parler sur ce blog. Parfois par flemme, je l'avoue. Mais parfois aussi parce que je veux profiter d'un moment de plaisir sans devoir prendre des notes, sans réfléchir à ce que je pourrais écrire dessus. Simplement, lire, voir, écouter.
Parfois, par flemme, il m'arrive de ne pas tenir mes promesses, de ne pas écrire certains articles prévus (Articles à venir sur la colonne de droite), comme ce fut le cas pour le dernier roman de Laurent Gaudé, Ouragan (parce que je ne l'ai toujours pas lu) ou l'album Happiness du groupe anglais Hurts (parce que je ne sais pas quoi dire à part un bête « j'ai adoré, c'est vraiment génial ! »), ou le concert de Zucchero à Juan Les Pins le 13 juillet (et quel concert !).
Et parfois, je parle de choses dont je ne voulais pas parler. La semaine dernière, ce fut le cas de l'affaire DSK. Aujourd'hui, il s'agit d'un roman ado paru en 2009, que je lis donc avec deux ans de retard et qui doit être introuvable en rayon. Alors si vous êtes tenté, faites marcher les commandes clients en librairie !

Marco Varvello est journaliste et correspondant à Londres pour la télévision italienne. Lorsqu'il arrive à Londres, la princesse Diana vient de mourir, l'Angleterre est en deuil. Il vit ce qu'il appelle un « phénomène d'hystérie collective ». Alors qu'il travaille sur « l'interminable saga que sa mort a engendrée, les thèses sur un complot destiné à la tuer, le drame de ses enfants qui ont découvert par les journaux ce qu'ils n'auraient probablement jamais appris autrement, la mélancolie refoulée de son ex-mari Charles, la trahison de tous ses faux amis et admirateurs » depuis sept ans, il décide d'écrire sa propre histoire de mariage arrangé.

                                                   

C'est sous ce prétexte qu'il commence à raconter l'histoire de Salima, lycéenne anglaise dont la famille, pakistanaise, est bien ancrée dans ses traditions. Les prières, la Mosquée, le Ramadan, les vêtements et l'attitude discrète des femmes, le mariage arrangé, l'obéissance au père, tout puissant sur sa famille, des règles de vies saines et strictes constituent son quotidien à la maison. Mais à l'extérieur, à Luton, Salima vit comme une anglaise. Elle va en cours, boire un verre (sans alcool) dans un vieux pub avec ses amies, aime faire les magasins, souhaite s'inscrire à l'université, choisir un mari aimant, respectueux et intéressant.
Mais lorsque ses parents lui apprennent que leur vieil oncle est à l'article de la mort et qu'un voyage au Pakistan aura lieu dans quelques semaines, les doutes s'emparent d'elle. Ses parents seraient-ils en train de lui jouer un mauvais ? Salima est autant excitée qu'inquiète à l'idée du voyage. Bien que ses parents lui aient assuré qu'il n'y aura pas de mariage (même si on ne sait jamais, peut-être, inch'allah, elle trouvera un bon mari là-bas) et que si mariage il y a, elle aura le dernier mot, Salima commence à craindre qu'une fois au Pakistan, les vieilles traditions prennent le pas sur des droits de l'homme civilisés.

Et elle a raison ! Marco Varvello nous entraîne, après la découverte d'une Angleterre aux quartiers indo-musulmans aux couleurs vives, dans un petit village pakistanais où la population forme une seule et même famille, pour préserver le sang et l'honneur. Des plats épicés aux enfants qui courent pieds nus dans la rue, des réunions familiales aux violentes disputes, l'auteur italien brinquebale le lecteur dans une aventure humaine riche en émotions où les milles couleurs des paysages sont parfois submergées par une bien sombre réalité.
Malgré un style journalistique aux phrases assez courtes, de celles qui ne parlent pas inutilement, Marco Varvello prend le temps de s'attarder sur les états d'âme des personnages comme sur les paysages traversés et les différences de modes de vie et de pensées. En ressort un très beau roman initiatique, mêlant habilement suspense, rapports familiaux, poids des traditions, descriptions réalistes. L'auteur ne franchit guère la limite du supportable mais le lecteur est souvent mis à mal par le récit, ce qui n'est toutefois pas déplaisant.
Je tenais à vous en parler car il s'agit d'un véritable coup de cœur ! (à partir de treize ans)

                                                     


Extrait pages 173, 174 et 175 :
- Shazia, réveille-toi !
   Salima la tira par le bras, la poussa, la fit rouler au bas du matelat. Shazia ouvrit finalement les yeux, mais sans parvenir à comprendre où elle était et pourquoi.

- Ehi, qu'est-ce qu'il y a ?
   Elle se réveilla brusquement au contact froid du carrelage.
- Écoute-moi bien, commença Salima sur un ton décidé qui alerta sa sœur : il ne s'agissait pas d'un jeu. Abba et Amma veulent que je me marie...
- Ah... bien ! Répondit Shazia sans réfléchir, encore vaseuse. 
   Elle avait toujours entendu faire des compliments en pareille circonstance. Elle trouvait juste étrange que sa sœur lui annonce avec cet affreux visage.
- Non, tu n'as pas compris ! ILS veulent que je me marie, mais MOI je NE veux PAS ! Ils ont déjà organisé les noces, ils m'obligent à épouser Rashid. Tu as compris maintenant ?
- Eh bien, ce n'est pas si mal...
   Shazia avait saisi que les félicitations n'étaient pas de mise, mais elle avait toujours entendu les femmes encourager les fiancées qui n'étaient pas très enthousiastes.
- Shazia, écoute-moi bien... Je ne veux pas me marier de cette manière. Pas avec lui, pas maintenant. Je ne suis pas prête, je veux étudier, c'est trop tôt. Je ne veux pas, et je ne me marierai pas.
   Sa petite soeur ouvrit grand la bouche : elle venait de comprendre que ça sentait le roussi.
- Et que vont dire papa et maman ?
- Shazia ! hurla Salima, exaspérée. Tu as encore le cerveau farci de fables. Tu crois aux princes mystérieux, aux fils d'émirs, califes et vizirs qui débarquent incognito pour épouser de pauvres et très belles jeunes filles ? Oublie
Les mille et une nuits, les preuves d'amour, les histoires romantiques, les garçons courageux qui se battent pour un rêve ! Mais tu ne comprends pas que, si je cède, tu auras droit au même traitement que moi ? Ils y songent peut-être déjà, ici, là, maintenant ! Abba et Amma veulent sûrement notre bien, sauf que ce ne sont plus eux qui décident ! Ils ne pensent pas avec leurs têtes, mais avec celles de leurs ancêtres et des ancêtres de leurs ancêtres. Notre vie est différente. Et là, si j'accepte, elle serait finie. La mienne en tout cas. Dans les bras d'un homme dont je ne sais rien et qui n'a rien en commun avec moi ! Et ta vie finira de la même manière. Si je cède, ils feront pareil avec toi ! Tu comprends, là ? cria Salima, sans se soucier des voisins qui pourraient l'entendre.
   Totalement vidée, elle se laissa tomber sur le matelas, à côté de sa petite sœur. Elles échangèrent un regard terrorisé. Il était inutile d'en rajouter.

Commenter cet article

Ramiro de Maeztu 07/08/2011 11:46


"La Maison verte" ? "La Guerre de la fin du monde" ?


Sébastien Almira 08/08/2011 10:24



Je ne me souviens pas, je regarde demain au boulot, et je te dis ça par mail



Ramiro de Maeztu 31/07/2011 16:11


C'est une sorte d'auto-fiction qui dépeint les aventures d'un jeune homme qui s'oriente vers la radio, puis vers la littérature, comme Vargas Llosa lui-même ^^


Sébastien Almira 07/08/2011 11:26



Oui, j'ai regardé là où je bosse, il ne m'a plus intéressé plus que ça. En revanche, il y en a deux autres de lui qui me tentent mais je n'ai pas noté les titres...



Ramiro de Maeztu 31/07/2011 13:06


Tu as lu "La Tante Julia et le scribouillard", de Vargas Llosa ?


Sébastien Almira 31/07/2011 16:05



Non, qu'est-ce que ça raconte ?



Ramiro de Maeztu 29/07/2011 20:37


C'est pas mal de faire la critique de livres étrangers traduits en français - disons, de livres autres que britanniques ou américains. Je peux toujours te rencarder sur des sorties en Espagne ou
des livres qui pourraient te plaire et existent en version française, qu'en dis-tu ? :)


Sébastien Almira 31/07/2011 13:05



Propose ! Daphné disparue de José Carlos Somoza figure parmi mes livres préférés. Mais je suis assez difficile : paradoxalement, j'adore conseiller, mais je suis rarement ceux des autres
^^



Eloo 27/07/2011 10:09


Comme tu as pu le lire, j'ai été beaucoup touchée par cette histoire. Elle est fictive, mais elle aurait pu être vraie...
Très bel article!

Et merci pour ta visite! A bientôt :)


Vincent 27/07/2011 09:06


Merci pour ces éclaircissements...
L'auteur raconte une histoire vraie ou une invention de sa part, inspirée de celle de Diana ?


Sébastien Almira 27/07/2011 11:07



Inventée mais on se doute et on a la confirmation à la fin du livre, avec un épilogue et une post-face assez équivoque, que c'est malheureusement la même histoire que toutes les histoires vraies.



vincent 26/07/2011 09:22


Je ne vois pas vraiment l'intérêt de l'histoire autour de Diana, mais il faudrait sûrement que je lise le livre avant de pouvoir m'en rendre compte. L'histoire semble banale au premier abord. A
voir.


Sébastien Almira 26/07/2011 20:37



Peut-être que je n'ai pas su retranscrire le plaisir de lecture. Il est vrai que la trame semble banale, mais on est loin du documentaire multi-rediffusé sur Arte ou diffusé en pleine nuit sur
France 2 pour les insomniaques. L'écriture de l'auteur nous embarque et nous fait vivre les scènes contées, sans cacher la misère et la violence, mais avec tendresse quand même. C'est très beau à
lire et même si on connait toutes ses histoires, on finit par "wouah...", et pas pour s'exclamer joyeusement.


 


Pour la princesse Diana, je ne comprenais pas du tout le sens de la préface non plus. C'est tout simplement ce que j'explique au début de l'article : Marco Varvello est journaliste, il a
travaillé pendant sept ans sur l'affaire Diana, qui a fait face, elle aussi, à un mariage arrangé. C'est une affaire qui a beaucoup intéressé l'auteur et il a voulu écrire une histoire, certes
différente, mais en lien avec Diana.


 


Coup de coeur à la Librairie Mollat il y a deux ans et lauréat du prix Ado-Lisant 2011.