Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MUSIQUES : Foster the people / Kylie Minogue / Émilie Simon / Sarah W Papsun

Publié le par Sébastien Almira

                           
Foster the people, Supermodel, 11 titres, Sony Music, Colombia *
Après un truculent premier album (Torches, 2011), le groupe phénomène Foster The People n'ont pas vraiment réussi à transformer l'essai avec ce second album mou du gland. L'écoute n'est pas forcément désagréable, les musiciens ne sont pas mauvais, les sons sont sympas, mais qu'est-ce que c'est chiant, pas un mot, pas un son plus haut qu'un autre. Il faut plusieurs écoutes avant que quelque chose pointe le bout de son nez : deux titres finalement très bons, dans la veine pop-rock joueur, punchy et ensoleillé qui a fait la qualité et le succès de Torches.
<3 Are you what you want to be ? / Coming of age


                           
Kylie Minogue, Kiss me once, 11 titres (èd. lim. 13 titres + DVD), Warner, Parlophone ***
Le douzième album original du sex-symbol Kylie Minogue est dans la lignée des précédents : estival, agréable, dansant, kitsch, niais, sexy et bourré de tubes potentiels qui ne marcheront pas. Soyons réalistes, les icônes des années 80, 90, voire 2000 comme Madonna, Mylène Farmer, Cher ou Kylie ont beau s'entourer de la crème de la crème, se démener pour créer des tubes, ils passent quasi systématiquement inaperçus. Navigant entre pop, electro et ballades, l'Australienne réussit tout (sauf que j'aime pas Sexercize) mais ne chamboule rien de ce qu'elle sait faire et qui a fait son succès. Dommage que ça ne prenne plus avec le grand public.

<3 I was gonna cancel (tube electro funky signé Pharell Williams) / Sexy Love et Million Miles (tube dans la veine de Wow, In my arms / Love at first sight / Get outta my way) / Feels so good (magnifique ballade rythmée signée Sia) / If only et Fine (2 titres super fun, j'adooooore !) / Sleeping with the enemy (magnifique)


                           
Sarah W Papsun, Péplum, 10 titres, Diskolandia ****
Bon, au départ, on m'avait un peu forcé la main pour aller voir Von Paryahs à l'EMB à Sannois. On avait gagné les places, alors ma foi... Bon, à écouter deux ou trois titres comme ça, avant, ça m'avait pas trop branché. Mais alors en concert, j'ai carrément détesté (à part un ou deux titres, pour la musique, parce que la voix du chanteur, bonjour les maux de têtes et autres pertes d'audition).

Bon, après eux, il y avait Sarah W Papsun. Et là, la magie opère. D'abord, sur six mecs, y'en a bien la moitié qui sont pas désagréables à regarder. Ensuite, dès les premières secondes (les chœurs de leur hymne, Kids of Guerilla, accapella), tu restes bouche bée et t'attends la suite avec impatience. Tout est génial, les musiques, les mélodies (du genre bon pop-rock qui te rentre dans la tête pour ne plus en sortir), la voix particulière du chanteur principal, le guitariste qui a l'air d'être plusieurs dans sa tête, qui te regarde comme un psychopathe, qui se jette dans le public mais qui tombe au sol parce qu'il n'y a pas beaucoup de monde qui continue de jouer l'air de rien, etc. Et quand tu sors de là, des étoiles plein les yeux, des sons pleins les oreilles, tu les attends devant la table où tu vas leur acheter leur disque, le leur faire dédicacer, l'acheter pour l'offrir et discuter avec eux. Parce qu'en plus, ils sont super sympas et tu te rends compte que le guitariste est un gars normal en fait. Bon, l'écoute du CD est quand même moins épique que le concert, mais ça reste un vraiment très bon disque. Dommage que certains titres soient restés sur l'EP.
Ils font pas mal de concerts, alors foncez, c'est pas cher, c'est pas pris d'assaut, c'est extra et vous pourrez acheter leurs album, vinyle, EPs et tee-shirts en sortant !
<3 At the disco / Lucky Lines Stars / 5'' / Kids of Guerilla (4 pop-rock electro à faire sauter le Stade de France) / Brighton Piers (ballade aux sonorités un peu étranges, mais d'une superbe et d'un intensité folle en concert, et la voix du chanteur, pfiouuu...)


                           
Émilie Simon, Mue, 11 titres, Universal, Barclay *
J'aimais autant quand elle mettait de l'elecro dans ses jolies chansons que quand elle faisait un espèce d'opéra electro en anglais (The Big Machine, 2009) que quand elle allait dans une veine intimiste avec l'album hommage à son défunt producteur et compagnon (Franky Knight, 2011). Avec Mue, elle s'enfonce un peu plus dans la variété française, sauf que ce n'est plus aussi agréable et que c'est très répétitif. Les instruments semblent ne jamais changer : vas-y que je te fous notamment des maracas brésiliennes (je suis pas spécialiste, alors c'est certainement pas ça, et je viens de regarder sur le livret, je ne vois pas ce que ça peut être) dans toutes les chansons, même les lentes histoire de les rendre joyeuses. Les chœurs sont toujours les mêmes : et vas-y que je te pousse des ah ah ah et des oh oh oh partout (ah, pardon, on me dit que ce sont aussi des refrains). À part quelques titres (quatre), Mue est un album vraiment sans intérêt.
<3 Paris j'ai pris perpete (superbe exemple de ce qu'elle peut faire de génial et qui énerveront autant de gens) / Menteur (frais et sympathique) / Perdue dans tes bras (jolie chanson aux influences asiatiques) / Wicked Game (reprise de Chris Isaac à la sauce Emilie Simon, comprendre avec des cris aussi jolis qu'irritants)

Commenter cet article