Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pierre Guyotat, Joyeux animaux de la misère : nouvel attentat à la culture ?

Publié le par Sébastien Almira

 

product_9782070784462_195x320.jpg

 

Alors que Christine Angot, habituée de la catégorie, vient de sortir un nouveau roman (qui a l'air à peu près normal, il faut le reconnaître, mais qui se vend toujours aussi peu), c'est Pierre Guyotat qui annonce le retour après une longue absence des attentats à la culture.

Je vous laisse sans attendre découvrir quelques extraits.

 

D'abord, voilà un extrait de l'argumentaire signé par l'auteur lui-même – sans prétention, vous pourrez le remarquer – sur la quatrième de couverture après un long résumé peu compréhensible :

 

« J'ai écrit ce texte de langue aisée, d'une seule traite et toutes affaires cessantes, comme exercice de détente dans le cours de la rédaction d'une œuvre plus longue, Géhenne, à paraître prochainement : son emportement, son allégresse se ressentent, je l'espère, de cette exclusive heureuse. »

 

Voici maintenant les premières lignes du roman :

 

« Vers une nuit chaude

 

..."...et si je t'y mets ma paume à ta fesse...?" - "mets-z-y que mon strass fluo nous éclaire ton panaris d'entre tes doigts..." - "... de quoi que tu me sais un panaris ?" - "à l'odeur, l'homme !" - "... que, belle croupe courbée, tu nous vomis en décharge pleine nous rendre au couchant rouge ses remugles et tu me flaires un panaris te toucher ta fesse par-derrière ?" - "et toi que tu nous débarques et nous tries, mâles, femelles, et nous comptes, les bestiaux déportés de l'autre courbure du monde, tu me devines mâle ou femelle ?" - "... des longues mèches crasse blondes te poisser aux épaules, des talons hauts verts tes chevilles rouges, fesses et reste de parfum femme... et de la mue sifflante ta gorge, de quoi que tes coudes en arrière, tu nous tiens à dix doigts tes côtes y remonter des fois des seins ?... un beau con bien évasé dans une belle fille bien dressée vers le haut... !" - "attends que j'aie vomi tout mon gros vin ces moussons, là-bas debout les herbes crottées, peiner à me quitter leurs dépôts dans ma chatte, de dessus leurs genoux, jeans, shiorts, pagnes, qu'ils m'en ont faire boire à même dedans leur gorge" - "... ils vont pas te reprendre que c'est nous qu'on te veut !" »

pages 9-10

 

Et enfin un autre extrait, pris au hasard, à la première page ouverte par mégarde :

 

« que moi, que j'y tiens dans ma main le cœur que j'en ai vu des fois la petite devant la porte à nous patienter son beau gars qu'il m'est dessus ou après le père, qu'une fois qu'il s'est retiré de moi et se rajuste jeans et musette il me la nomme et me nomme et "faîtes-vous la bise !", que sa jolie robe bien près du corps nous éclate au soleil ses pois rouges sur fond blanc, que le haut de ses seins y est nu et sent bon le lait qu'on lui voit ses tétons pointer l'étoffe et quelle croupe !... qu'elle : "c'est ça, tout sale que tu me préfères à moi, des fois ?", que je lui vois sa petite chatte bien garnie enfler sous l'étoffe que le courant d'air du père qui nous accompagne son gars déhors nous plaque dessus, que moi, ma main sur la braguette de son homme : "à plus sale qu'il y va dessus, ton petit mari !", que j'y mets ma main à la fesse du père qui nous lèche d'une langue quasi blanche la bouche à vin de son gros qui mène les mouches (...) »

page 219

 

 

Pour les courageux – et les fêlés du cerveau – :

Pierre Guyotat, Joyeux animaux de la misère, roman, 410 pages, Gallimard, mars 2014, 21,50 €

 

3124502-un-grand-prof-de-francais.jpg

 

 

 

Et la quatrième de couv' entière :

 

«Une mégapole intercontinentale et multiclimatique constituée de sept mégapoles dont l'une au moins est en guerre. Vaisseaux spatiaux, drones occupent l'espace céleste. En bas, animaux, monstres, fous de "dieu".

En bordure d'un district "chaud" de l'une de ces sept mégapoles, de climat chaud, à proximité de grands ports et de grands chantiers, et dans un reste d'immeuble (rez-de-chaussée, escalier, deux étages), un bordel mené par un maître jeune qui l'a hérité de son père, et qui se pique.

Trois putains y traitent un tout-venant de travailleurs – époux souvent trompés, pères prolifiques –, de fugitifs, d'échappés d'asiles, de meurtriers : deux mâles, un "père", son "fils", Rosario, une femelle en chambre à l'étage et qui ne sort jamais – un chien la garde. Les deux mâles sont renforcés, en cas d'affluence, d'un "appoint", époux abandonné avec enfants ; la femelle est le but sexuel mais il faut passer par l'un des mâles, le tarif comprend les deux prises.

Vie domestique ordinaire dedans, et au dehors immédiat : toilette, à l'étage, des putains, leur exposition, en bas, à l'entrée contre le mur (la montre), prises disputées, conflit "père" / "fils", saillies de putains à putains d'autres bordels pour renouvellement des cheptels.

Aventures extérieures, surtout pour Rosario dont la "mère" survit dans un battage mi-urbain mi-rustique, climat humide, très lointain dans la mégapole. Il la visite à intervalles réguliers : le trajet d'aller, en camionnette ou fourgon locaux d'abord puis en bahut intercontinental, dure plus d'une journée, de nuit à nuit, la visite, quelques heures à l'aube, où, entre autres, la mère reprise le mowey, court vêtement, toujours redécousu, du "fils".

La fiction avance sous forme de comédie, crue et enjouée, de dialogues, de jactances, de "direct" sur l'action en cours.


J'ai écrit ce texte, de langue aisée, d'une seule traite et toutes affaires cessantes, comme exercice de détente dans le cours de la rédaction d'une œuvre plus longue, Géhenne, à paraître prochainement : son emportement, son allégresse se ressentent, je l'espère, de cette exclusive heureuse. Le monde qui s'y fait jour n'est ni à désirer ni à rejeter : il existe aussi, en morceaux séparés par la distance, dans l'humanité actuelle ; et je ne suis ni le premier ni le dernier à vouloir et savoir tirer connaissance, beauté et bonté de ce qui peut nous paraître le plus sordide, voire le plus révoltant, à nous tels que nous sommes faits.»

Pierre Guyotat.

Commenter cet article