Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Brève de Comptoir : Quand Beigbeder raconte l'année littéraire qui s'annonce...

Publié le par Sébastien Almira

Article posté sur L'express, drôle et (peut-être) intéressant :

 

 

beigbeder-bebeNB.jpg 

 

Moi, je fais beaucoup plus fort que Lire (qui élit les 20 meilleurs livres de 2010) : voici en exclusivité la liste des dix meilleurs livres de l'an prochain.

1) Le nouveau Sollers chez Gallimard. Sans trop se tromper, on peut prédire que ce sera un roman d'amour dont l'héroïne sera une sorte d'agent secret sexuellement incorrect, et le narrateur un écrivain incompris mais fier de l'être. Il y aura des phrases courtes, des suites de mots en rafales comme des notes de musique. Ça se passera soit à Venise, soit à l'île de Ré, soit à New York. Le titre sera : Trésor d'amour. Une chose est sûre : le roman se fera assassiner par les ennemis de Sollers et encenser par ses amis.

2) Jean-Luc à la street de Jean-Luc Delarue (Grasset). A la rentrée de septembre, on devrait enfin découvrir la confession littéraire du célèbre animateur trash. Dans une prose fluide et digressive inspirée de son colocataire François Weyergans, il racontera son ascension, son désir avide de reconnaissance, les conséquences de la gloire sur sa vie sexuelle, son insatisfaction chronique liée à des frustrations d'enfance, puis sa désintoxication en Suisse. Un grand texte de réhabilitation impudique.

3) Le nouvel Angot. Publié en janvier chez Flammarion, il s'intitulera Les petits. Le communiqué précise : "Les petits les réunissent et les divisent." C'est l'histoire d'un couple (Hélène et Billy) qui se déchire pour ses enfants et/ou à cause d'eux. Angot y affronte un nouveau tabou (après celui de l'inceste) : nos enfants ne sont-ils pas la cause de tous nos problèmes ? Un roman au rythme scandé, plus durassien que jamais, qui se fera assassiner par les amis de Christine Angot et encenser par ses ennemis.

4) Le Nothomb de la mi-août 2011 sera un excellent cru : Transcendance des champignons (Albin Michel) réunira douze récits dictés à son magnétophone par la sorcière belge sous trip psychédélique (LSD, ecstasy, peyotl, psilocybes, mescaline, etc.). Le résultat évoquera Castaneda et Burroughs, dans un style plus humoristique et accessible à un public de bourgeois non toxicomanes. Favorite du Goncourt, Amélie se le verra chiper en novembre par...

5) La disparue de Tombouctou d'Olivier Adam (L'Olivier), un road-book où un technicien de surface breton part sur les traces de sa femme ayant fichu le camp en Afrique après une fausse couche sur son lieu de travail. Il proposera "un regard poétiquement engagé sur la destruction de l'humanité par la mondialisation entrepreneuriale" (dixit le futur dossier de presse). Eric Naulleau et Philippe Besson en raffoleront.

6) Le nouveau récit familial d'Alexandre Jardin, Des gens très bien (Grasset) sera cette fois focalisé sur la figure de son grand-père Jean (directeur de cabinet de Pierre Laval sous le régime de Vichy), et fera scandale dans sa famille. On se souvient que son père Pascal avait déjà brossé un portrait intime du "Nain Jaune" en 1978. Ce sera le récit d'un fardeau, d'une honte et d'un silence, en plus naïf toutefois (et plus grosse police de caractères) que Ramon de Dominique Fernandez.

7) Du pur amour et du saut à l'élastique de Frédéric Pagès (Libella-Maren Sell) est le nouveau roman du célèbre Botul, devenu récemment un penseur très en vogue. Burlesque et métaphysique, il narre les amours d'un olibrius qui devient violent dès qu'il entend une chanson de Julio Iglesias. Entre Marcel Aymé et Shining, ce texte original sera probablement snobé par Bernard-Henri Lévy.

8) La vie très privée de Mr Sim de Jonathan Coe (Gallimard) sortira aussi début 2011. Comme tous les romans de Coe, il mérite (avant même lecture) sa place dans tout classement annuel.

9) La vie c'est tout de même quelque chose de Jean d'Ormesson (Robert Laffont) tentera une fois de plus de comprendre les mystères de l'univers et de vaincre la mort, tout en racontant les baignades de l'auteur en Grèce.

10) Premier bilan après l'apocalypse de Frédéric Beigbeder (Grasset) : mon prochain livre sortira peut-être en avril, si je parviens à le terminer. Comme vous le constatez, mon immense humilité me conduit à ne lui donner que la dixième place.

Commenter cet article

Marco 17/12/2010 09:42


Au moins ça confirme que B., à défaut d'être un écrivain profond, n'est pas dupe de grand-chose.


constance93 06/12/2010 17:49


lu aussi : intéressant, je ne sais pas ; drôle, sans aucun doute.