Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Timothée de Fombelle, Victoria rêve, roman à partir de 10 ans, 100 pages, illustré par François Place, Gallimard Jeunesse, octobre 2012, 13,50€ ****

Publié le par Sébastien Almira

 

victoria-reve.jpg

 

Honte à moi, grand adorateur de romans pour ados qui n'a toujours pas lu les pourtant très encensés Vango et Tobie Lolness ! En revanche, j'ai le plaisir de vous annoncer que je viens de lire Victoria rêve, le nouveau roman de Timothée de Fombelle, qu'on ne présente plus.

Plus léger, plus court, plus rêveur, l'histoire de Victoria se lit d'une traite. Et non sans plaisir. Victoria est une petite fille déçue par la platitude de la réalité et ses rêves ont l'air tellement plus passionnants qu'elle aimerait bien y passer tout son temps.

 

« Depuis longtemps, Victoria rêvait de dangers, de poursuivants armés, d'amis qui se battraient pour elle à l'épée, de rivières à traverser à la nage traquée par des ours. Oui, des ours. Elle voulait une maison sur pilotis, un bonnet en fourrure, des chevaux sauvages, des missions en Sibérie ou dans l'espace. Elle voulait des parents otages des Pygmées qu'il serait impossible de libérer. Elle rêvait d'un chien qui lui arriverait au menton et la protégerait des lions venue boire dans le lac où elle se laverait une fois par mois, maximum.

Victoria voulait une vie d'aventures, une vie folle, une vie plus grande qu'elle.

Et l'on disait tout autour d'elle : « Victoria rêve. »

Car Victoria habitait rue de la Patinoire, dans la petite ville de Chaise-sur-le-Pont. La ville la plus calme du monde occidental. Elle allait au collège Pierre-Martial, à l'ombre des tours de la cité des Aubépines. Aucun Pygmée n'avait jamais touché à ses parents, qui la forçaient à se laver tous les soirs. Pire encore, aucune créature n'était jamais tombée amoureuse de sa sœur aînée et n'avait eu la bonne idée de l'emmener pour toujours sur sa planète. » pages 7 à 9

 

Jusqu'au jour où des éléments improbables pénètrent sa réalité. Le p'tit Jo la suit la nuit parce qu'il cherche les Trois Cheyennes, la grande horloge du salon disparaît et elle voit son père habillé en cow-boy. Pour Victoria, la grande aventure commence : sa vie devient enfin palpitante !

 

Joliment raconté, joliment illustré, Victoria rêve est un conte pour jeunes et moins jeunes ados rêveurs, qui se lit d'une traite, comme un rêve dont on ne voudrait pas s'échapper. Enchanteur !

Quant à moi, il ne me reste plus qu'à pénétrer le monde de Vango et de Tobie !

 

cheyennes.jpg

Commenter cet article

lasardine 06/03/2013 23:33


je n'ai lu que quelques courtes nouvelles de l'auteur dans le recueuil "Nouvelles contemporaines, regards sur le monde" avec Caroline Vermalle et Delphine de Vigan, ça m'avait beaucoup plu, j'ai
bien envie de le lire un peu plus et ce titre me branche bien!

Sébastien Almira 08/03/2013 13:17



Ses autres romans (Vango et Tobie Lolness) ont vraiment l'air bien aussi !