Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tom Rachman, Les Imperfectionnistes, roman, 390 pages, Grasset, janvier 2011, 20 € ****

Publié le par Sébastien Almira

 

Picture-42578008.jpgAutant commencer par là : je suis loin d'être friand des vastes étendues romancées, des grandes fresques historiques, de la vie d'un homme ou d'un entreprise qui court sur des décennies. Je ne suis pas friand des grands romans américains, si vous préférez, qu'ils viennent du nord ou du sud. À l'étranger, on dit que les écrivains français sont nombrilistes. Et bien je les préfère bien souvent aux donneurs de leçons outre-atlantique qui changent à chaque roman de personnages et de lieux pour finalement raconter la même histoire.

Pourtant, en janvier, j'ai été tenté par un de ces romans. Et voilà que je viens de lire Les Imperfectionnistes, premier roman d'un journaliste de trente-six ans, fresque d'un journal international basé à Rome qui court sur une cinquantaine d'années.

 

 

L'aventure commence en 1953 lorsque Cyrus Ott propose à Betty et Léo de s'embarquer avec lui dans la création d'un journal qu'il veut indépendant, international et de qualité, et s'étend jusqu'en 2006. La plus grande partie du livre se passe d'ailleurs de nos jours, où Tom Rachman centre chacun de ses onze chapitres sur un des collaborateurs du journal. Entre chaque fragment de vie, un fragment de l'histoire du journal, de sa naissance à nos jours. Aujourd'hui, la vie d'un journal en crise, comme n'importe quel journal, à cause de la télévision, d'internet, de la presse gratuite.

C'est alors l'occasion pour l'auteur de crayonner le portrait d'hommes et de femmes que tout oppose.


rachman.gifC'est un vieux correspondant parisien délaissé par ses enfants et par sa femme, de vingt ans sa cadette, qui couche ouvertement avec le voisin d'en face. Il a bien eu son heure de gloire, mais ne parvient plus à décrocher le moindre scoop.

C'est une rédactrice en chef qui décide de tout, au boulot comme à la maison, et qui vient de se faire tromper par un mari un peu bennêt. Alors lorsqu'elle rencontre son ancien petit ami, conseiller au bureau de Berlusconi, le dilemme s'empare d'elle.

C'est un jeune pigiste au Caire qui ne sait par où commencer un travail de journaliste et qui se fait bouffer par un grand reporter imbus de lui-même qui débarque chez lui à l'improviste « Il a le don étrange de me marcher dessus tout en m'obligeant à me sentir redevable. » (page 212)

C'est une secrétaire de direction là depuis un stage non rémunéré vingt ans auparavant, « avec un moins d'entrain et un peu plus de kilos, même si elle continue de s'habiller comme en 1987. » (page 230)

C'est le responsable de rubrique nécrologique, très certainement le titre le plus honorifique du journal, qui doit interviewer une vieille féministe sur le point de mourir en faisant croire à un simple portrait. « Son but ultime au journal est de ne rien faire, de publier le moins possible, et de partir en douce quand tout le monde a les yeux tournés. Ambitions professionnelles jusqu'ici réalisées de manière spectaculaire. » (page 45-46)

C'est une vieille lectrice dont la fidélité sans faille a failli coûter vingt ans de retard sur l'actualité.

Ou encore, c'est un héritier de l'empire Ott qui se retrouve à la tête du journal, comme un fonctionnaire au placard, et qui n'y connait strictement rien au journalisme, ni à rien d'autre qui touche de trop près au monde du travail.

 

 

rachman2.jpgEn somme, c'est la vie d'un journal indépendant, international et de qualité qui subit les affres de notre temps, ceux-là même racontés au sein de ses pages économie. Une grande épopée journalistique, une vibrante galerie de personnages aussi ternes que hauts en couleurs, une belle promenade à Rome, un extraordinaire roman-fleuve qui représente quasiment tout ce que je n'aime pas en littérature et que j'ai pourtant trouvé bien écrit, assemblé et titré. Et, de surcroit, avec un humeur subtilement cynique.

 

 

 

La première photo (paysage) est la création de Catherine Foyot, photographe dont vous pouvez accéder au site officiel en cliquant sur la photo ou dans la rubrique liens "Pour passer le temps".

Commenter cet article