Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dominique Resc, C'est qui Catherine Deneuve ?, récit, 180 pages, Autrement, août 2012, 15€ ***

Publié le par Sébastien Almira

resch.jpgDominique Resch est prof dans un lycée professionnel des quartiers nords de Marseille. C'est pas la joie, me direz-vous. Et bien figurez-vous que si ! Il s'efforce, dans ce roman-témoignage, de raconter son expérience et les raisons qui le poussent à continuer. Dis comme ça, ça a l'air chiant, hein ? Et si en plus je vous dis qu'il y a une visée sociologique ou, au moins, humaniste ? Je vous ai déjà perdus, c'est ça ? Revenez vite car vous auriez tort de rester sur votre première impression.

 

Pas barbant du tout, c'est drôle, c'est fin, ça se lit sans faim ! En une succession de tableaux, du jour de la rentrée au séjour au festival de Cannes en passant par les devoirs sur table, il pointe du doigt tout ce qui fait la difficulté et donc l'intérêt de son métier.

Lorsqu'un des élèves du collège privé pour gosses de riches où il intervient lui demande si il aime son métier, pourquoi il reste dans les quartiers nords, il ne sait plus quoi répondre alors que c'est justement tout le propos de son livre. Ça peut paraître utopiste, mais s'il y reste, c'est surtout parce qu'il se sent utile.

 

Après avoir détruit en quatre pages la réputation des quarts de feuille de présentation en début d'année, il raconte comment être un bon prof, respecté de ses élèves. Et la réponse n'est pas si évidente que ça. Je suis sûr que vous n'avez pas pensé au test de lancer de papier dans la poubelle. Si vous ne parvenez pas à viser la poubelle, à quatre mètres, avec une boule de papier froissé, si vous n'êtes pas capable d'arrêter du pied un ballon qui roule vers vous sans y jeter un oeil, pas la peine de passer le concours de prof, vous avez raté les premières épreuves !

 

La leçon de parler marseillais, à mourir de rire, reste mon passage préféré (pages 73 à 85), dont voici un extrait en cadeau :

« Il a donc fallu que je m'intéresse de près aux tics ainsi qu'au lexique de mes élèves pour qu'on puisse éviter les incompréhensions. J'ai donc appris le marseillais spécial quartiers nords. L'argot local.

Une des spécificités de cette langue du grand Nord, c'est l'existence de certains verbes curieux qui ont la particularité de ne pas connaître de conjugaison.

Rayave signifie « manger ». À l'infinitif, c'est donc le verbe « rayave ». Jusqu'ici tout va bien. Mais tout se complique (ou se simplifie, disons) dès le présent de l'indicatif :

Je rayave

Tu rayave

Il (elle, on) rayave

Nous rayave

Vous rayave

Ils (elles) rayave

Cette singularité de la langue marseillaise nordique ne s'arrête pas là, puisqu'on obtient au passé composé, au futur et à l'imparfait :

Hier, je rayave.

Demain, tu rayave.

L'année dernière, il rayave à la cantine tous les jours, mais plus cette année.

(…)

mars2.jpgOn notera, pour être complet, que le verbe manger est devenu, entre-temps, pronominal et qu'il possède, pour sa part, une signification tout à fait différente de sons sens original : on se mange la route, lorsqu'on tombe de scooter. On se mange le trottoir.

Le sens premier de ce verbe commence donc à disparaître. L'évolution de la langue est une chose passionnante. Et si le Larousse suit bien, dans 50 ans, on devrait obtenir ceci :

Manger, v. pr., du latin manducare. 1. Se fracasser sur le bitume. Se mettre la tête au carré. S'ouvrir le crâne. 2. Fam. Absorber, avaler un aliment. »

 

En gros, voilà un livre bien sympathique, qui se rayave en deux temps trois mouvements, même si on pourra sauter un ou deux chapitres répétitifs ou ennuyeux et si on se rend bien compte que l'auteur est prof de français (il étale adverbes, adjectifs, virgules sur le papier comme pour mieux nous expliquer un cours non compris).

Commenter cet article

Vincent 24/09/2012 13:23


Ha ces marseillais, ils se croient tellement au centre du monde qu'ils se permettent de recréer le Petit Larousse ! ^^


 

Sébastien Almira 24/09/2012 13:42



http://www.lexilogos.com/marseille_massalia.htm


http://www.marseille.fr/sitevdm/jsp/site/Portal.jsp?page_id=557


 


Marseille, berceau de la civilisation française, ne se permet pas seulement de réinventer le petit Larousse, mais a inventé le langage ! Faut pas minimiser notre importance.


(^^)



Noémi 16/08/2012 00:40


Je l'avais vu parmi les sp, mais j'avais peur que ça fasse trop cliché sur le prof et ses élèves...visiblement je me suis bien trompée :D


En tout cas ça donne envie de le lire, merci ;-)

Sébastien Almira 25/08/2012 10:30



Et bien, tu peux le lire ! Et revenir me donner ton avis, bien sûr ! ;-)