Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #coups de coeur tag

Le meilleur de 2014

Publié le par Sébastien Almira

Le meilleur de 2014


Quand vient la fin de l'année, il y a une chose que j'adore faire, outre acheter des cadeaux, en recevoir et bouffer pour deux, c'est écrire mon article de mon meilleur de mon année dont tout le monde se fout.
Pourtant, je le peaufine toute l'année durant (voir plus bas ma liste brouillon) et j'y mets un peu de tout (Romans adultes, romans ados, albums jeunesse, bandes dessinées, disques, films, auxquels je rajoute cette année une catégorie humour).

Mais bon, c'est pas grave, j'aime vous dire quand même ce que j'ai préféré et, une fois n'est pas coutume, voilà donc ce que vous auriez dû lire, voir, écouter, si vous aviez suivi mes conseils avisés.
Heureusement, je passe un tiers de mes journées en librairie, histoire de recevoir de la gratitude, de la reconnaissance, des pourboires pour les paquets cadeaux à Noël, du chocolat et même une bouteille de vin.
Allez, je ne vous en veux pas plus longtemps et vous remercie une fois de plus d'avoir suivi avec assiduité et attention le blog Culturez-Vous et vous souhaite bien entendu encore une superbe année ! À bientôt ;-)


ROMANS ADULTE

1/ F, Luis Seabra (Rivages) (article)
2/ Oona & Salinger, Frédéric Beigbeder (Grasset) (article)
3/ Quatre murs, Kéthévane Davrichéwi (Sabine Wespieser) (article)
4/ La malédiction du bandit moustachu, Irina Teodorescu (Gaïa)
5/ L'île du Point Némo, Jean-Marie Blas de Robles (Zulma)

(que je n'ai toujours pas fini, mais que je ne pouvais pas ne pas mettre, tellement le début est bon)
Les déceptions : Le village évanoui, Bernard Quiriny (Flammarion) (article) / Histoire de ma sexualité, Arthur Dreyfus (Gallimard)
Les bouses de l'année : Pour en finir avec Eddy Bellegueule, Edouard Louis (Seuil) / Athènes ne donne rien, Léonard Vincent (éditions des Équateurs) (article)


ROMANS ADO

1/ Les Autodafeurs, tomes 1 et 2, Marine Carteron (Rouergue) (article ici et ici)
2/ Tant que nous sommes vivants, Anne-Laure Bondou (Gallimard Jeunesse) (article)
3/ Sujet : tragédie, Elizabeth Laban (Gallimard Jeunesse) (article)
4/ Les trois sœurs et le dictateur, Élise Fontenaille (Rouergue) (article)
5/ L'été où Papa est devenu gay, Endre Lund Eriksen (Thierry Magnier)
La déception : y-n-en-a-pas !
La bouse de l'année : y-n-en-a-pas-non-plus !


BD
          
                                  
1/ Max Winson, tomes 1 et 2, Jérémie Moreau (Delcourt)
2/ Un océan d'amour, Lupano et Panaccione (Delcourt)
(article)
3/ Chamisso, Daniel Casanave et Vandermeulen (Lombard)
4/ Ernest et Rebecca, T6, La boîte à blagues, Bianco et Dalena (Lombard)
5/ Les vieux fourneaux, tomes 1 et 2, Lupano et Cauuet (Dargaud)
Un très très bon cru BD pour moi cette année auquel il convient d'ajouter Edwin (Lambert, Textoris), Tourne-Disque (Beuchot et Zidrou), Shelley (Casanave et Vandermeulen), Une affaire de caractère (Ayroles) et la découverte des éditions FLBLB.
La déception : Premières vendanges, Wandrille et Nalin (Delcourt)
La bouse de l'année : quelques BD que je n'ai pas terminées ou que j'ai fini par trouver mauvaises, mais pas de là à les pourrir autant.


HUMOUR
                       
                             
1/ L'atlas des préjugés, Yanko Tsvetkov, adapté par Jean-Loup Chifflet (Les Arènes)
2/ L'anthologie du Franponais, Florent Gorges (éditions Komikku)
3/ Cent titres, Clémentine Mélois (Grasset)
4/ Le Tout Va Bien, édition 2015 (Le Tripode)
5/ Géorama, Julien Blanc-Gras et Vincent Brocvielle (Robert Laffont)



ALBUMS JEUNESSE
 
1/ C'est l'histoire d'un hippopotame, Agnès de Lestrade et Guillaume Plantevin (Sarbacane)
2/ Kiki a un kiki, Vincent Malone et Cornalba (Seuil, L'Ours qui pète)
3/ La Déclaration, Philippe Jalbert (Seuil Jeunesse)
4/ Rébellion chez les crayons, D. Daywatt et Oliver Jeffers (Kaléïdoscope)
5/ Mon ami le zombi, Vincent Malone et Miré (Seuil, L'Ours qui pète)
6/ Le chevalier noir, Michaël Escoffier et Stéphane Sénégas (Frimouse)
7/ Combien de terre faut-il à un homme ?, Annelise Heurtier et Raphaël Urwiller d'après Tolstoï (Thierry Magnier)

La déception : pas de déception, mais plus de top !
Les bouses de l'année : Brutus, Laura Vaccaro Seeger (École des Loisirs) / J'ai entendu le savant astronaute, Walt Witman et Loren Long (Gallimard Jeunesse)


DISQUES

1/ Her Greatest Performances Live, Whitney Houston (Sony Music) (article)
2/ Chaleur humaine, Christine & The Queens (Because Music) (article)
3/ Sound of a Woman , Kiesza (Island Records) (article)
4/ Come out, It's beautiful !, ALB (Sony) (article)
5/ I never learn, Lykke Li (LL Recording, Warner) (article)
Top 5 hyper difficile à faire qui laisse sur le bord de la route les supers albums de Kadebostany, Fink, MO, Owlle, Lenny Kravitz, Disclosure, Macy Gray, U2 et les BO de God save the girl et Pride.
Les déceptions : Mue, Émilie Simon (Barclay) / Trouble in Paradise, La Roux (Polydor) (article)
Les bouses de l'année : Blonde, Alizée (Jive Epic) (article) / Solitaire, Shy'm (Warner Music)


FILMS
    
    
1/ Pride, Matthew Warchus (article)
2/ American Bluff, David O Russell (article)
3/ Mommy, Xavier Dolan (article)
4/ Her, Spike Jonze (article)
5/ How I live now, Kevin Macdonald (article)
6/ Les Boxtrolls, Graham Annable et Anthony Stacchi (article)
Les déceptions : Astérix le Domaine des Dieux, Louis Clichy et Alexandre Astier (article), Zero Theorem, Terry Gillam (article)
Les bouses de l'année : Nymphomaniac 2/2, Lars Von Trier (article) / Nos pires voisins, Nicholas Stoller (article)

Le meilleur de 2014

Voir les commentaires

Le meilleur de 2013, les vœux, les remerciements, tout ça...

Publié le par Sébastien Almira

 

   cartes-carte-postale-bonne-annee-2014--5744023-1385664-3681.jpg

Carte postale créée par Art-de-livre, disponible à la vente sur le site alittlemarket.com



Alors, bien entendu, je vais commencer par vous souhaiter une bonne année. Et pas seulement, j'espère que vous aurez aussi tout ce qu'on a l'habitude de se souhaiter : le bonheur pour avoir envie de lire, d'écouter de la musique et d'aller au ciné, la santé pour en être capable, l'amour et l'amitié pour partager vos découvertes, la réussite professionnelle pour payer toute cette culture, et donc de magnifiques découvertes littéraires, musicales et cinématographiques !
Histoire de fêter ça, je vous dévoile mon palmarès de l'année passée. Un an en quelques découvertes, de confirmations, de bouses et de déceptions. Le meilleur et le pire de 2013 en tentant d'être objectif tout en restant forcément subjectif !
Bon, j'ai pas réussi à me tenir à cinq choix par catégories pour les disques, les films et les romans ado. Ça finira par ne plus vous étonner – de toute façon, les règles sont faites pour être contournées.
N'hésitez surtout pas à nous conseiller également vos coups de cœur et coups de gueule de l'année dans la partie commentaires et, encore une fois : merci d'être de plus en plus nombreux à lire le blog, passez une excellente année 2014 !!
 

cécile coulon le rire du grand blesséROMANS ADULTES :

LE RIRE DU GRAND BLESSÉ, Cécile Coulon, Viviane Hamy (article)
DOLFI ET MARILYN, François Saintonge, Grasset (article)
MON PÈRE M'A DONNÉ UN MARI, Emmanuelle Bayamack-Tam, POL (article)
PORNOGRAPHIA, Jean-Baptiste Del Amo, Gallimard (article)
ITINÉRAIRE D'UN POÈTE APACHE, Guillaume Staelens, Viviane Hamy (article)

Les déceptions : Le culte de la collision, Christophe Carpentier, POL (article) / La nostalgie heureuse, Amélie Nothomb, Albin Michel (article)
Les bouses : À toi pour l'éternité, Daniel Glattauer, Grasset (article) / L'invention de nos vies, Karine Tuil, Grasset (article)


 

A comme aujourd'huiROMANS ADOS :

A COMME AUJOURD'HUI, David Levithan, Les Grandes Personnes (article)
JE SUIS SA FILLE, Benoît Minville, Sarbacane (article)
MAX, Sarah Cohen-Scali, Scripto Gallimard (article)
SWEET SIXTEEN, Annelise Heurtier, Casterman (article)
BELLES DANS LA JUNGLE, Libba Bray, Gallimard Jeunesse (article)
LE CŒUR DES LOUVES, Stéphane Servant, Rouergue (article)
À COPIER CENT FOIS, Antoine Dole, Sarbacane (article)

La déception : Après, Francine Prose, Seuil Jeunesse (article)


 

861308 10200585861229045 2141723875 oALBUMS JEUNESSE :

LES FANTASTIQUES LIVRES VOLANTS DE MORRIS LESSMORE, William Joyce, Bayard jeunesse
LA GRANDE FABRIQUE DE MOTS, Agnès de Lestrade, Valeria Docompo, Alice éditions
ESCARGOT RÊVE, Béatrice Fontanel et Céline Caneparo, Sarbacane
LA TISSEUSE DE NUAGES, Ingrid Chabbert et Virginie Rapiat, Des ronds dans l'O
FRISSON L'ÉCUREUIL, Mélanie Watt, Bayard Jeunesse

album-cover-large-18973.jpgBD :

LE DÉCALAGE, Marc-Antoine Mathieu, Dargaud
LES IGNORANTS, Etienne Davodeau, Futuropolis
ERNEST ET REBECCA, TOME 5, L'ÉCOLE DES BÊTISES, Guillaume Bianco et Antonello Dalena, Le Lombard
ZOMBILLÉNIUM, TOME 3, CONTROL FREAKS, Arthur de Pins, Dupuis
SOUVENIRS DE L'EMPIRE DE L'ATOME, T. Smolderen et A. Clérisse, Dargaud

La déception : La colère de Fantomas, William Joyce, Dargaud
La bouse : Astérix chez les Pictes, J.-Y. Ferri et D. Conrad, éd. A. René


affiche-mudFILMS :

MUD, de Jeff Nichols (article)
9 MOIS FERME, d'Albert Dupontel (article)
LE MONDE DE CHARLIE, de Stephen Chbosky (article)
TRANCE, de Danny Boyle (article)
THE LONE RANGER, de Gore Verbinski (article)
ILO ILO, d'Anthony Chen (article)

Les déceptions : Les amants passagers, de Pedro Almodovar (article) / Les garçons et Guillaume, à table !, De Guillaume Gallienne (article)
Les bouses : Only God forgives, de Nicolas Winding Refn (article) / Fonzy, d'Isabelle Doval (article)


MS MRALBUMS :

SECONDHAND RAPTURE, Ms Mr, Columbia Records (article)
HERE'S WILLY MOON, Willy Moon, Universal Island Records (article)
DARK EYES, Half Moon Run, Indica Records
BIG TV, White Lies, Big TV, Polydor (article)
THE BELT, In the Valley Below, Sony (article)
THE HEIST, Macklemore & Ryan Lewis
TRUE, Avicii, PRMD
HALCYON DAYS (réédition), Ellie Goulding, Interscope / Polydor
(pas d'ordre, tellement ils sont tous excellents !)

La bouse : Phoenix, Bankrupt, Atlantic Records UK (Bon, et Zaz, Recto Verso, Warner Music, parce que même si j'ai pas vraiment tout écouté, je peux m'en empêcher)



Et vous, qu'est-ce qui vous a ébloui, déçu, fait pleurer, mourir de rire, donné envie de jeter un livre à travers la pièce, etc. ? Qu'est-ce qui a rempli votre année ?!


                         Legossip.net-bonne-annee-2014.jpg

Voir les commentaires

La Grèce dans tous ses états

Publié le par Sébastien Almira

Trois semaines après mon retour de Grèce, après vous l'avoir promis, je vais vous en parler.

Pas un article conventionnel du genre “le premier jour, nous sommes allés à... où nous avons fait...”. Ni du genre “lundi 6 mai 2013, 9h43 : visite du... 8€”. Ni du genre “En raison de la guerre de..., le site de... a été partiellement détruit, ce qui subodore que...”

Non, je suis plutôt du genre « putain, c'était trop génial ! Un truc de ouf, j'te jure ! Oh la la, t'aurais vu les trucs qu'on a visités ! Et la bouffe qu'on s'est tapée ! Et le temps qu'il a fait ! J'en reviens pas... Et, putain, qu'est-ce que ça nous a fait chier de revenir en France... Déjà, le samedi soir, on était dans un hôtel de fou avec piscine sur le toit, au vingt-et-unième étage, alors t'imagines comment on n'avait pas envie de partir dimanche midi après avoir écrit les cartes postales en maillot, sur un transat, entre deux plongeons ! Alors en plus, quand on a dû monter dans le RER B pour rentrer à la maison et qu'on a eu besoin de mettre sweat et veste, alors qu'on se baladait en short et en tongs en Grèce... »

 

Voilà, déjà, ce serait plutôt comme ça que je le raconterai tellement c'était super comme vacances. Mais comme on est pas autour d'un dîner sympa entre potes, avec une bonne bouteille de vin, je vais vous faire un petit compte-rendu de ce qui nous a le plus émerveillés, surpris,effrayés et déçus ! Vous êtes prêts à embarquer pour la Grèce dans tous ses états ?!

 

 

Les 7 merveilles

 

L'Acropole (un peu bâteau, mais bon).

P1040947.JPG  P1040924.JPG

 

Nauplie (Nafplie), une petite ville de 15000 habitants qui ressemble à un village du sud de la France, avec le côté touristique fêtard d'une grande ville, le tout au bord de la mer. Désolé, mes photos ne reflètent pas vraiment l'ambiance qui se dégageait de cette ville, mais je vous assure que si vous allez en Grèce, vous ne serez pas déçus de vous arrêter à Nauplie !

P1050119.JPG P1050110.JPG P1050109.JPG

 

La citadelle Palamède à Nauplie, une des trois cités défensives de la ville. Au sommet d'une falaise, cernée par la mer, le cadre est magnifique et plein d'histoire.

P1050075.JPG  P1050071.JPG

 

Alipa Beach, la plage d'un minuscule bled (Nyfi) paumé au milieu de la région la plus reculée (le Magne) du Péloponnèse. Un petit coin de paradis au milieu de nulle part où vous ne serez pas écrasé par les touristes !

P1050172.JPG P1050173.JPG

 

Les routes du Péloponnèse, à plusieurs dizaines, voire centaines de mètres de hauteur, dans des gorges ou au dessus de l'eau. La mer et la montagne en même temps, jamais fait une balade en voiture aussi belle. Inconvénient : les épingles en montagnes avec la mer en bas, ça ralentit vachement le trajet.

P1050187.JPG P1050156.JPG P1050195.JPG

 

La cuisine grecque. La palme revient pêle-mêle au restaurant Tzitzikas & Mermingas à Athènes (fromage pané au bacon nappé de miel et sésame, oignons farcis notamment au bacon et aux épinards, poisson aux légumes croquants... Partenariat avec un vigneron pour avoir un très bon vin au nom du resto!), au pub Pur Bliss à Athènes (photo 1) (supers coktails dont le Kiss me Kate qui a enchanté ma soirée et en-cas dont une très bonne tarte poulet, poivrons, feta), à l'Antica Geleteria di Roma à Nauplie (un glacier artisanal tenu par des Italiens, et je peux vous dire que les glaces y sont tellement succulentes que j'y suis retourné ! La Zuppa, miam miam!) et au restaurant gastronomico-romantique Mythos à Patras (photo 2) (on s'en est sortis à moins de 30€ avec une grosse salade grecque, la délicieuse tarte Mythos, une fricassée de cèpes et du vin).

P1050011.JPG P1050277.JPG

 

La piscine et le bar du President Hotel à Athènes, au vingt-et-unième étage ! Trés agréable après une semaine de rêve, mais harassante.

P1050330.JPG P1050331.JPG

 

 

Les 6 insolites

 

Ne pas jeter de papier aux toilettes ! Les canalisations étant trop petites, ça risque de les boucher, alors on jette tout à la poubelle...

P1050284.JPG

 

Les gens roulent n'importe comment. Sans clignotant, ils doublent par la gauche, par la droite, par la bande d'arrêt d'urgence, la plupart roulent continuellement dans la bande d'arrêt d'urgence (même sur autoroute!) pour laisser les autres les doubler (on a déjà vu quatre voitures au même niveau sur une deux voies).

P1050274.JPG P1050301.JPG

 

Vu un seul McDo en huit jours et 1400km parcourus.

P1050345.JPG

 

Nombre de maisons délabrées et laissées à l'abandon, ou commencées d'être construites et laissées à l'abandon. Sur la première photo, vous pouvez voir le village traditionnel de Vathia, entièrement abandonné !

P1050213.JPG P1050344.JPG

 

Pour dire « oui », on bouge la tête de gauche à droite en disant « né », et pour dire « non », c'est de haut en bas en disant « ochi » ou faisant « tss ».

 

Les horaires de la vie grecque : on ne petit-déjeune quasiment pas, on déjeune entre 14 et 17h, on dîne largement après 22h, on va au bar après 23 et on fait la fête jusqu'au petit matin sans distinction entre la semaine et le week-end ! (photo prise vers 2h du matin un dimanche soir dans une des rues pleines de monde à Athènes)

P1050012.JPG

 

 

Les 5 frayeurs

 

Le premier rentrage à pieds en pleine nuit dans Athènes, sans métro, avec un plan parfois approximatif et des noms de rues parfois écrits uniquement en lettres grecques...

 

Le pas trouvage du passage qui menait du parking à la domatia (commerce florissant de particuliers qui louent des chambres, à plus ou moins grande échelle) à Nauplie, pourtant expliqué sur plan par le patron de l'établissement. En pleine nuit, à l'orée d'une foret flippante (la domatia est peu chère, au sommet de la ville et jouit d'une visibilité unique sur l'ensemble de la ville), sans luminosité, à une heure de fatigue extrême. Flip + fatigue = nerfs à vif.

 

La descente en voiture de routes hallucinantes dans le Péloponnèse et surtout dans le Magne, pas du tout dangereuses (je kiffe les épingles au bord d'une falaise!). Sur la deuxième photo, on ne dirait peut-être pas, mais le GPS, dans sa grande bêtise, nous a fait passer par les minuscules routes pavées qui montaient comme pas possible avec des virages ahurissants dont un a failli nous être fatal (impossible de tourner en une manoeuvre, et le démarrage en côte infaisable qui a fait reculer la voiture d'un mètre à côté d'un précipice...) dans un village où une route en gouron toute neuve permettait d'éviter ces mêmes ruelles...

P1050296 P1050252.JPG P1050239

 

La presque panne d'essence en plein Magne (je le refais pour les poissons rouges : le Magne est juste le coin le plus reculé d'une région pas très développée dans un pays en crise. On trouvait des bleds de 50 habitant tous les 5km et un supermarché tous les 50km). En revanche, ça ne manquait pas d'animaux...

P1050183.JPG P1050190.JPG P1050198.JPG

 

Le je-sais-pas-comment-ça-s'appelle à l'aéroport de Genève (escale) qui voulait pas nous laisser entrer du côté français avec les trois bouteilles d'alcool achetées au Free Duty. Non mais oh !

 

 

Les 4 déceptions

 

Les trajets en montagne qui se sont révélés plus longs que je ne pensais et qui nous ont fait perdre pas mal de temps.

Pas avoir visité l'ancienne Olympie parce que le guide disait qu'ils fermaient à 19h30 alors qu'à 17h15 c'était déjà fermé...

Pas avoir fait le train à crémaillère entre Diakofto et Kalavryta (un des rares trains de la sorte au monde, un trajet apparemment superbe).

Ne pas être resté plus longtemps dans ce pays de rêve parce que, oui, c'était des vacances de folie et maintenant vous êtes dégoûtés et vous m'en voulez à mort et vous avez trop envie d'aller en Grèce. Ouais ben moi aussi j'ai trop envie, alors pas la peine de râler...

Voir les commentaires

Le meilleur de 2012 (rien que ça !)

Publié le par Sébastien Almira

          Bonne-Annee-2013-Lapins-Cretins


Cette année, contrairement à l'année dernière, je ne m'y prends pas avec un mois de retard parce que j'ai toujours pas fini ma pile de livres de la rentrée de septembre !
Cette année, contrairement à l'année dernière, il n'y a qu'un  livre de la rentrée que je n'ai pas lu (La vallée des masques de Tarun Tejpal chez Albin Michel) et un livre ado que je n'ai pas fini, mais qui commence très bien (Brigades des crimes imaginaires et autres histoires fantastiques et déglinguées de Daniel Nayeri chez Hélium).
Cette année, contrairement à l'année dernière, j'ai aimé beaucoup de romans et le choix a été difficile non plus par manque de livres, mais par abondance de livres. J'ai également eu du mal à choisir les films et les romans ado qui remporteraient le graal. Pour ces derniers, je ne me suis pas embarassés, je les ai tous gardés ! Hé ho ! Je vous entends critiquer, mais je m'en fous, parce que cette année, contrairement à l'année dernière, je n'avais pas assez d'albums jeunesse à mettre, alors ça équilibre !
Cette année, comme l'année dernière, vous pouvez retrouver les articles écrits sur les livres, CD, films qui vous intéressent grâce au petit lien (ici) après chaque titre chroniqué.
Mes énormes coups de coeur, que je vous balance comme ça, sont Chapardeuse, Le faire ou mourir, L'école est finie, La maison en petits cubes, Ernest et Rebecca, Batchalo, Peter et Sally, Pool Party de Ponderosa et tous les films cités.

Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter, comme l'année dernière, une excellente année 2013, pleine de belles découvertes et d'énormes coups de coeur (n'hésitez pas à piocher dans les miens pour ça ^^) !
Merci d'être de plus en plus nombreux sur le blog et à très bientôt pour de nouveaux articles et de nouveaux échanges car, je le répète : le blog se nourrit de votre avis autant que du mien !


LITTÉRATURE

chapardeuse-copie-1 orcel1 monenembo1-copie-1 001324477 swamplandia
1. Chapardeuse, Rebecca Makkai (ici)

2. Les Immortelles, Makenzy Orcel (ici)
3. Le Terroriste Noir, Tierno Monénembo (ici)
4. Les ficelles du pantin, Yack Rivais (ici)
5. Swamplandia, Karen Russell (ici)
la déception : Crépuscule, Michael Cunningham (ici) / Géographie de la bêtise, Max Monnehay (ici)
la bouse : Oh..., Philippe Djian (ici) / Une semaine de vacances, Christine Angot (ici)


LITTÉRATURE JEUNESSE

le faire ou mourir-copie-1 grevet max1 percin3 la-fugue-dalexandre-raimbaud-26-07-PLAT1-1 - copie  9782748512892
1. Le faire ou mourir, Claire-Lise Marguier (ici)

2. L'école est finie, Yves Grevet (ici)
3. Max, Sarah Cohen-Scali (ici)
4. Comment devenir une rock star (ou pas), Anne Percin (ici)
5. La fugue d'Alexandre Raimbaud, Rose Philippon (ici)
6. Nox, Yves Grevet (ici)


ALBUMS JEUNESSE

maison elephant.jpg feng.jpg
1. La maison des petits cubes, Hirata Kenya et Katô Kunyo
2. C'est l'histoire d'un éléphant, Agnès de Lestrade et Guillaume Plantevin
3. Feng, Thierry Dedieu


BANDES DESSINÉES

ernest-et-rebecca-bd-volume-4-simple-40412.jpg BD4 BD1 la-marche-du-crabe-3.jpg survie
1. Ernest et Rebecca, tome 4, Antonello Dalena et Guillaume Bianco

2. Batchalo, Michaël Le Galli et Arnaud Betend
3. Peter et Sally, tome 1, Bacaria et Lepithec
4. La marche du crabe, tome 3, Arthur de Pins
5. La survie de l'espèce, Paul Jorion et Grégory Maklès
la déception : La loge écarlate, Pierre Colin-Thibert et Stéphane Soularue
la bouse : Lou, tome 6, David Neel

CINÉMA

affiche-Le-Prenom-2011-1 odyssée de pi Millenium-de-Fincher-affiche starbuck ralph.jpg
1. Le prénom, Mathieu Delaporte et Alexandre de La Patellière (ici)
2. L'odyssée de Pi, Ang Lee (ici)
3. Millénium, David Fincher (ici)
4. Starbuck, Ken Scott (ici)
5. Les mondes de Ralph, Rich Moore
la déception : La dame de fer, Phyllida Lloyd (ici) / Main dans la main, Valérie Donzelli (ici)
la bouse : Cosmopolis, David Cronenberg (ici)
 


MUSIQUE

ponderosa1 Emeli_Sande_Our_Version_Of_Events_Re-release_Album_cover.jpg kylieAbbeyRoad2-451x451.jpg Mylene-Farmer-Monkey-Me Ellie-Goulding-Halcyon-album-cover-400x400.jpg
1. Pool Party, Ponderosa (ici)
2. Halcyon, Ellie Goulding
3. Abbey Road Cession, Kylie Minogue
4.
Our version of events, Emili Sandé
5. Monkey Me, Mylène Farmer (ici)
la déception : Roses, The cranberries / Cession Cubana, Zucchero
la bouse : Sans attendre, Céline Dion / les tacata, tacabro et compagnie


Et vous, qu'avez-vous adoré, detesté, cette année ?!

Voir les commentaires

Le meilleur de 2011, les voeux pour 2012, les remerciements, tout ça... (enfin !)

Publié le par Sébastien Almira

2011.jpg

 

En 2011 j'ai beaucoup lu et j'ai bien aimé beaucoup de livres, que ce soit des bandes dessinées ou des romans. Mais il n'y avait pas grand chose qui m'ait ébloui, du moins en romans et en musique. Je me souviens qu'en 2008, j'aurais été incapable de dresser la liste des trois ou cinq livres de l'année (Un homme accidentel de Philippe Besson, La tectonique des sentiments d'Eric-Emmanuel Schmitt, Les maîtres de Glenmarkie de Jean-Pierre Ohl, La Porte des Enfers de Laurent Gaudé, Une fille du feu d'Emmanuelle Bayamack-Tam, Une éducation libertine de Jean-Baptiste Del Amo, Daphné disparue de José Carlos Somoza, rien qu'en littérature adulte).

 

Je voulais attendre encore un peu avant de publier cet article. Attendre de lire les romans de la rentrée de septembre qui attendaient encore sur mes étagères (Une femme fuyant l'annonce de David Grossman, L'appât de José Carlos Somoza, Room d'Emma Donoghue, Scintillation de John Burnside, Un été sur la magnifique de Patrice Pluyette et Héritage de Nicholas Shakespeare). Mais il commence à se faire tard, janvier est terminé et je ne vous ai toujours pas souhaité une bonne année en vous livrant mes coups de cœur et coups de gueule de 2011.

Alors les voilà, sans Room, sans Une femme fuyant l'annonce, sans Scintillation. Mais avec L'appât. Et Dieu que j'ai bien fait de le lire avant ! C'est le seul roman adulte que j'ai vraiment adoré. Avant ce week-end, j'en publierai une critique, promis !

 

Merci à vous de passer aussi souvent sur le blog, chaque année plus nombreux. Visiblement, vous n'êtes pas trop tentés de laisser des commentaires (merci toutefois aux courageux !) alors je vous encourage à nouveau : les commentaires, les échanges font vivre le blog et les œuvres qui y sont présentées, alors n'hésitez pas, partagez votre avis !

Merci également aux éditeurs, libraires et sites internet qui me permettent de recevoir certains livres en service de presse. Que les lectures se révèlent bonnes ou pas, merci !

 

Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter une excellente année 2012 un peu en retard avec autant de bonheur que de découvertes littéraires, cinématographiques et musicales !

 

Je tiens également à préciser que je n'ai pas d'actions chez Actes Sud et Grasset.

 

Sébastien

BONNE-ANNEE-2012.jpg

 

 

 

LE MEILLEUR DE L'ANNEE 2011

N'oubliez pas de nous faire découvrir vos meilleurs et vos pires moments artisiques de l'année à votre tour !

 

somoza.jpgLivres adultes

1/ L'appât, José Carlos Somoza, Actes Sud (article)

2/ L'ampleur du saccage, Kaoutar Harchi, Actes Sud (article)

3/ Premier bilan après l'apocalypse, Frédéric Beigbeder, Grasset (article)
4/ Les imperfectionnistes, Tom Rachman, Grasset (article)
5/ J'apprends l'hébreu, Denis Lachaud, Actes Sud (article)

 

La déception : Moi, Pascal F., Pascal Fioretto (Chiflet & Cie)

La bouse de l'année : Du temps qu'on existait, Marien Defalvard (Grasset)

 

 

de-pins.jpgBandes dessinées

1/ La Marche du crabe, Arthur de Pins (tomes 1 & 2) (Soleil, Noctambule)

2/ Le très grand vide d'Alphonse Tabouret, Sibylline, Capucine et Jérôme d'Avian (Ankama)

3/ Zombillénium, Arthur de Pins (tomes 1 & 2) (Dargaud)

4/ Droit au but, Si tu vas à Rio, Garréra, Skiav, Agnello, Zampano (tome 8) (Hugo BD)

5/ Blast, Manu Larcenet (tomes 1 & 2) (Dargaud)

 

 

1Romans jeunesse

1/ La Déclaration, La Résistance, La Révélation, Gemma Malley, Naïve (article)

2/ L'invention d'Hugo Cabret, Brian Selznick, Bayard Jeunesse (article)

3/ Seuls dans la ville, Yves Grevet, Syros (article)
4/ Hunger Games, Suzanne Collins, Pocket Jeunesse (article)
5/ Oublie les mille et une nuits, Marc Varvello, Bayard Jeunesse (article)

 

 

aladdin-theatre-copie-1.jpgAlbums jeunesse

1/ Aladin, Niroot Puttapipat et Marie-Cécile Cassanhol (Gründ)

2/ Le bus de Rosa, Fabrizio Silei et Maurizio A. C. Quarello (Sarbacane)

3/ Vert secret, Max Ducos (Sarbacane)

4/ Le messager du clair de lune, Jean-marie Robillard et Marie Desbons (Le Buveur d'Encre)

5/ Perdu, Alice Brière-Hacquet (MeMo)

 

 

true gritCinéma

1/ True Grit des frères Cohen, avec Matt Damon et Jeff Bridges (article)

2/ Drive de Nicolas Winding Refn, avec Ryan Gosling

3/ Rango de Gore Verbinski (article)

4/ Intouchables d'Olivier Nakache et Eric Toledano, avec Omar Sy et François Cluzet (article)
5/ The artist de Michel Hazanavicius, avec Jean Dujardin et Berenice Bejo

 

La déception : Au delà de Clint Eastwood, avec Matt Damon et Cécile de France (article)

La bouse de l'année : Stone de John Curran (avec pourtant Robert de Niro, Edward Norton et Milla Jovovich) dispute la palme (d'or ?) à Tree of Life de Terrence malick (avec Brad Pitt, Sean Penn en touriste et l'insupportable voix off mystico-sensuelle) (article)

 

 

Hurts---Happiness--Official-Album-Cover-.jpgMusique

1/ Hapiness, Hurts

2/ Aphrodite Tour Les Folies, Kylie Minogue (2 CD + DVD) (article)

3/ 21, Adele

4/ Franky Knight, Émilie Simon

5/ le retour des Cranberries avec Roses (27 février)

La déception : Born this way, Lady Gaga

L'album qui m'a irrité toute l'année : Zaz, Zaz

 

précisions musicales :

L'album de Lady Gaga n'est pas si mauvais que ça, quelques titres sont même franchement géniaux (Marry the night notamment), mais quand je vois la quantité astronomique de plagiats déguisés en clins d'oeil, je ne peux décemment pas la classer parmi le meilleur de l'année.

Enfin, Zaz est la personnalité qui m'aura le plus irrité cette année, tout milieu artistique confondu ! Quoi que « Pep menez, pep traonienn, d'am c'halon zo kaer », ça m'a gonflé aussi...

Et pour bien commencer l'année, écoutez Show me the way des Cranberries, disponible en téléchargement légal et gratuit sur leur site officiel !

Voir les commentaires

Dieu dans l'Art (ou l'art de dénigrer dieu)

Publié le par Sébastien Almira

Marc Dubuisson, La Nostalgie de Dieu, livre 1, Diantre ! éditions, 16 € ***
Marc Dubuisson, Le Complexe de Dieu, livre 2, Diantre ! éditions, 16 € ***

nostalgie 1

Noir sur blanc dans le premier tome, blanc sur noir dans le second, Marc Dubuisson met Dieu en scène de façon tout à fait originale. Dans La Nostalgie de Dieu, un homme qui s'apprête à se suicider ne peut s'empêcher de monologuer avant de sauter. Une voix lui hurle « TA GUEULE ! ». Dieu a fait son entrée en scène. Avec un cynisme à la hauteur de sa grandeur, un flegme intarissable et un désintérêt total pour la race humaine, Dieu s'entretient avec l'homme qui, d'abord surpris de le rencontrer, en profite pour l'assaillir de questions et accusations en tout genre.
Dans le second tome, devenu faible et douteux à cause de son entrevue avec l'homme suicidaire, Dieu dialogue avec son psy. Coupé d'ateliers psychologiques nécessaires à la thérapie du patient, le livre balance une rencontre haute en couleurs, (bien qu'en noir et blanc) où le cynisme est roi. Les dessins peuvent paraître simplistes, mais il n'en fallait pas plus. Le lien entre la simplicité des dessins et le cynisme des mots est assez fort pour ne pas avoir besoin de couleurs, de mouvements, de techniques, de froufrous qui gâcheraient l'intérêt de la BD et le travail du créateur.

Allez ! Un p'tit dernier !
« - Vous, par exemple, si votre chat se fait rosser par un clébard, ça va vous faire de la peine. Par contre, quand 300 Péruviens se font laminer dans un tremblement de terre, ça vous empêche pas de finir votre rosbeef.
- La peine est différente, je l'admets...
- Alors voilà, imaginez que pour moi... la Terre est peuplée de Péruviens. »


Habemus Papam, de et avec Nanni Moretti, avec aussi Michel Piccoli, 1h40, 2011

habemus-papam.jpg
Reparti bredouille de Cannes, Habemus Papam a néanmoins récolté six prix aux Nastri d'Argento (prix de la presse italienne) : production, costumes, décors, photographie, sujet et meilleur film.

Après la mort du Pape, le Conclave se réunit pour élire le nouveau représentant de Dieu. Dans la salle, chacun pense aussi fort qu'il le peut "pas moi... pas moi !". Après un premier tour où les favoris sont tous à quasi égalité, on repart pour un tour. Et là, changement radical : Melville, qui ne s'était pas présenté, ne figurait pas parmi les favoris et n'avait pas même reccueilli une voix au premier tour, est élu. On lit l'hésitation et la peur l'envahir lorsque son som se fait entendre trop souvent, lorsqu'on commence à l'applaudir avant même d'avoir terminé le dépouillement, lorsqu'on lui demande de faire serment et lorsque, devant sa non-réponse, un cardinal se met à chanter pour l'encourager.
Il dit oui. Il le crie, même.
Mais lorsque vient le moment de se présenter aux balcons devant des millions de fidèles qui attendent depuis des heures, il ne peut pas. Il se met à hurler et fuit. D'abord ses responsabilités. Ensuite, le Vatican.

Et là, Nanni Moretti, déjà très bon lorsqu'il s'agissait de filmer l'arrivée des Cardinaux, devant une presse italienne corrompue et inutile, l'élection dans le Conclave, s'avère plein de second degrés pour parler d'un Pape qui fuit ses responsabilités, qui s'enfuit comme un enfant en manque de libertés. Entre séances chez le psy, repas à la bonne franquette, ballades dans Rome et pièces de théâtre, Melville (joué à merveille par Michel Piccoli) redécouvre la vie. Celle qu'il n'a pas eue. Celle qui lui manquait. Celle qui le faisait douter. Du côté du Vatican, personne ne peut sortir tant que le nouveau Pape n'est pas officiellement présenté au monde. Ils sont donc cloîtrés à l'intérieur, avec néanmoins une lueur de liberté, puisque le psychothérapeute athée (l'excellent Nanni Moretti !) appelé pour aider le Pape à vaincre ses peurs, est contraint de rester avec eux, maintenant qu'il a vu le visage du Pape.

Ce film est un vrai plaisir, intelligent, drôle, émouvant, sur un homme qui n'a pas vécu la vie qui lui convenait. Je remercie vivement Nanni Moretti de m'avoir offert ce plaisir, et de n'avoir pas tout gâché à la fin ! Je vous le recommande très chaudement s'il passe encore près de chez vous !


Jean-Louis Fournier, Satané Dieu ! , Le Livre de Poche, 5 € ****

Jean-Louis Fournier, prix Renaudot pour Où on va, Papa ? en 2008 (Stock), s'est spécialisé dans les courts livres d'humour. Avec Satané Dieu, il signe une fable drôlissime sur le rôle de Dieu et saint Pierre dans toutes les misères et autres emmerdements qui polluent le monde.

fournier.jpg

« Dieu a fini le monde, il a ses cent cinquante trimestres, il peut enfin prendre sa retraite.
Il loge maintenant avec saint Pierre au dernier étage d'une grande tour, près du ciel, au dessus des nuages et de ses locataires, les hommes.
Son logement est somptueux, meublé en style Louis XV et très confortable. Il a un salon de musique, un fumoir, une bibliothèque avec plein de livres en latin, un home cinéma, une piscine intérieure, une salle de sport et une grande terrasse avec plein d'arbres.
Mais Dieu s'ennuie.
[...]
- Vous voulez qu'on déménage ?
- Non, je veux rester près d'eux.
- Alors essayez de leur gâcher la vie. Au lieu de multiplier le pain et le poisson, multipliez-leur les ennuis.
- Vous avez raison. Je vais m'occuper d'eux. Mais est-ce que je vais réussir ?
- Vous avez bien réussi le paradis, il n'y a pas de raison que vous loupiez l'enfer. »
Voilà, tout est là. Dieu s'ennuie. Et pour combler ce grand vide, il décide de nous faire chier. Oui, oui, c'est lui qui est à l'origine de tout ce qui pollue nos sens. Les moustiques, c'est lui. Le trou dans la couche d'ozone, c'est lui. L'augmentation du prix du tabac, c'est toujours lui. TF1 aussi. Les pigeons aussi. Le cancer du poumon, c'est encore lui. Tout. Tout, je vous dis, tout est de lui ! Tout ce qui gâche notre vue, notre odorat, notre ouïe, c'est lui.
Je me répète, mais il faut bien que vous compreniez : TOUT EST DE SA FAUTE. Et Jean-Louis Fournier le conte à merveille. Il explique comment Dieu crée de la crasse avec un humour dévastateur.


Zazie, Le Dimanche (issue de l'album Za7ie)

Pour finir, voilà un très beau texte de Zazie, nul besoin de commenter. Simplement, lisez et/ou écoutez !

Lundi, j’étais seul au Monde
La Terre était ronde
Plongée dans les ténèbres
Froide et funèbre
Pour moi, c’était clair
Il fallait que soit la lumière
Lundi, pour tromper mon ennui
J’ai fait le jour et la nuit
La nuit


Mardi, je me rappelle
La lumière était belle
J’ai fait de la déco
Quelques vagues, mais pas trop
J’ai fait des bas et des hauts
Et des ombres au tableau
Mardi, j’ai fini le Ciel
Et c’est au Ciel que je vis
Que je vis


Après, je me souviens
Juste que c’était bien
J’ai semé la pluie
Mis la graine dans le fruit
Qu’elle soit féconde
Puisque cette Terre est ronde
Mercredi, oui, c’est bien le jour
Où j’ai fait l’amour
Je m’en souviens toujours


Oui mais le Dimanche
Qu’ai-je fait
Mais le Dimanche
Qu’ai-je fait 


Jeudi, je te l’ai dit
Tout ça n’est plus très clair
En manque de chaleur
J’étais accro à la lumière
Il a fallu que j’allume
Le soleil et la lune
Histoire de briller un peu
J’ai sorti le grand jeu
Le grand Je


Vendredi, je ne sais plus
Avant ma garde à vue
Quel crime ai-je commis
Si ce n’est toi, mon ami,
Il fallait qu’on m’arrête
Avant d’avoir fait l’animal
Pour m’empêcher de nuire
Car vendredi, j’étais en plein délire
En plein délire


C’était la fin de la semaine
La Terre pourtant était pleine
Mais qu’est-ce qui m’a pris ce jour-là
Te vouloir à l’image de moi
Je t’ai fait mâle, dominant
Couler l’arme et le sang
Samedi, que la Terre me pardonne
Si j’ai fait les hommes
Si j’ai fait les hommes


Oui mais le Dimanche
Qu’ai-je fait
Mais le Dimanche
Qu’ai-je fait 


J’ai fait un petit somme
Un serpent dans la pomme
Que je me pardonne
Si j’ai fait les hommes


Oh mon Dieu
Mon Je
Oh mon Dieu
Qu’ai-je fait
Oui mais le Dimanche
Qu’ai-je donc fait


Je n’avais pas droit au repos
J’avais pas fini le boulot
Je t’ai donné un cerveau
Sans te dire comment t’en servir
J’aurais pas du te prévenir
Que tu allais mourir
D’où le malaise
Le cœur me pèse
De cette erreur de genèse
De cette erreur de genèse


Prononcer le nom Dieu
Prononcer le non-Dieu

(Zazie / Philippe Paradis – Zazie)

Editions La Zizanie / P. Paradis (à compte d’auteur)


Alors, d'accord, ce n'est pas en lisant Marc Dubuisson et Jean-Louis Fournier, en regardant le cinéma de Nanni Moretti et en écoutant Zazie que vous en apprendrez beaucoup sur Dieu mais, en tout cas, vous passerez un très bon moment !

Voir les commentaires

Le meilleur de l'année 2010

Publié le par Sébastien Almira

 IMGP1092

Je ne vais pas me la jouer "Chers lecteurs bien aimés, je vous remercie du plus profond de mon coeur..." sur un ton pathétiquement important car ce ne serait pas moi. Vous avez découvert un ton toujours incisif mais plus délirant et excentrique. Et bien, ça, c'est moi. Non pas que je sois un vieil excentrique un peu folâtre sur les bords, loin de moi cette idée !

Alors laissez-moi vous remercier du plus profond de mon coeur d'avoir accroché ou simplement rendu visite à mon blog. J'espère que les articles qui arriveront tout au long de l'année vous intéresseront autant, voire plus que l'an passé, et toucheront un peu plus de monde (pourquoi ne pas rêver de doubler mes statistiques !).
Alors n'hésitez pas à me le faire savoir en commantant les articles qui vous auront plu comme ceux qui vous auront horripilé ! N'hésitez pas non à faire découvrir le blog Culturez-Vous à vos amis (notamment grâce à la page facebook), si tant est que vos amis aient des préoccupations aussi culturelles que vous !

2011, ce sera toujours beaucoup de critiques littéraires et quelques articles dits "de fond" (sur des sujets comme la librairie, l'écriture ou le marché du disque) et quelques attentats à la culture ; quelques critiques musicales même si ce n'est pas mon domaine parce que, quand même, j'aime ça, et quelques critiques de ciné, même si j'ai carrément du mal à en parler parce que, franchement, j'adore ça !

Mais 2011, ce sera aussi quelques interviews d'auteurs (ou autres). Et après avoir remodelé la colonne de droite en plusieurs catégories : Blogs littéraires, autres sites, sites éditeurs, sites librairies, articles à venir, derniers articles, catégories, archives et système de notation, j'ajouterai un nouvel encart. Chaque semaine, un ancien article sera mis en avant avec une photo et un lien pour ceux qui auraient raté des articles plus tout jeunes, mais quand même vachement bien !

Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter une excellente année 2011, pleine de joies et de découvertes littéraires, musicales et cinématographiques ! Et à vous dévoiler mon TOP 2010. Je sais, vous êtes au bord de l'overdose après mes articles Coups de Coeur de novembre-décembre, mais il s'agit là du vrai TOP 2010, comme celui 2009 à lire ici !


Cinéma :

gru affiche
1.
Moi, moche et méchant, de Pierre Coffin (DVD en février 2011) (critique)

2. Kick Ass, de Matthew Vaughn (critique)
3. 8th Wonderland, de Nicolas Alberny et Jean Mach (double DVD en mars 2011)
4. Toy Story 3, de Lee Unkrich (critique)
5. Avatar, de James Cameron

Ma déception : Kaboom, de Gregg Araki
Mon coup de gueule : Harry Potter et les reliques de la mort (partie 1), de David Yates


Musique :

dvd1
1.
Stade de France (double DVD) et N°5 on tour (double CD), de Mylène Farmer (double DVD) (critique)

2. Night Work, des Scissor Sisters (critique)
3. Recovery, d'Eminem
4. The Sellout, de Macy Gray
5. Za7ie, de Zazie (critique)

Ma déception : Comes around sundown, de Kings of Leon (critique)
Mon coup de gueule : Philippe Katerine, de Philippe Katerine (article)


Livres :

meto1
1.
Méto, d'Yves Grevet (trilogie, Syros) (critique)

2. Le cimetière de St Eugène, de Nadiay Galy (Albin Michel) (critique)
3. La princesse qui n'aimait pas les princes, d'Alice Brière-Haquet (Actes Sud Junior) (article)
4. Une forme de vie, d'Amélie Nothomb (Albin Michel) (critique)
5. Le dernier crâne de M. de Sade, de Jacques Chessex (Grasset)

Mes déceptions : Les assoiffées, de Bernard Quiriny (Seuil) (critique) et Concerto à la mémoire d'un ange, d'Eric-Emmanuel Schmitt (Albin Michel) (critique)
Mon coup de gueule : L'écuyer mirobolant, de Jérôme Garcin (Gallimard) (critique)


Et vous ? Quels ont été vos découvertes, vos coups de coeur, vos déceptions et vos coups de gueule ? Partagez-les avec nous afin de nous éviter d'acheter de la m**** en nous jetant plutôt sur des merveilles !

Voir les commentaires

Coups de cœur 2009

Publié le par Sébastien Almira

sapin2009-copie-1.jpg

 

 

Avant de passer à l'année en cours, terminons cette rétrospective avec quelques idées cadeaux supplémentaires. Cliquez sur les titres pour lire d'éventuelles critiques sur le blog.

  

 

zest-of-zazie.jpgEn 2009, côté musique, l'heure est à la compilation. La reine de la pop Madonna sort Celebration, un choix de 34 de ses plus grands tubes auxquels s'ajoutent Celebration et Revolver, ses deux nouvelles bombes electro. Manquent toutefois certains titres, comme American Life, Get together, Deeper and deeper ou encore Don't cry for me, Argentina.

Côté français, c'est Zazie qui propose son premier best of. Intitulé Zest Of, il compile tous ses singles de Sucré salé en 1992 à Flower power en 2007 en passant par Zen, Larsen, Tous des anges, À ma place (avec Axel Bauer), Rue de la paix, Rodéo ou encore Je suis un homme. Il n'y a que Danse avec les loops et Excuse-moi qui manquent à l'appel. Deux inédits les remplacent : Un peu beaucoup et FM Air (chanson best of originale), et des versions live inédites du Totem Tour (voué à ne jamais sortir en CD/DVD), dont le single J'étais là chanté en live avec Diam's.

Mylène Farmer présente son Tour 2009 en CD (il faudra attendre avril 2010 pour le DVD), y figurent notamment ses plus grands tubes : Libertine, Sans Contrefaçon, Pourvu qu'elles soient douces, Ainsi soit je, Désenchantée, XXL, Rêver, L'âme-stram-gram, Je te rends ton amour, Dégénération, Appelle mon numéro et C'est dans l'air.

 

the-xx.jpg2009 marquait également le retour des Black Eyed Peas (The E.N.D. : The Energy Never Die) avec une flopée de tubes (Boom Boom Pow, Rock that body, Missing you, Meet me halfway, I gotta feeling) ; de Diam's avec S.O.S., un album mêlant rap moyen et rap et variet' de haute voltige (Les enfants du désert, I am somebody, Peter Pan, Dans le noir, Rose du bitume, Sur la tête de ma mère) ; de Muse avec The Resistance, un album pop-rock-opéra magistral et une tournée triomphale à travers le monde entier ; de David Guetta avec One love où il convie Kelly Rowland, Chris Willis, Akon, Kid Cudi, Ne-Yo, les Black Eyed Peas et Estelle à partager l'affiche sur les tubes de l'année (When love takes over, Gettin'Over, Sexy Bitch, I gotta feeling, One love) ; et de Whitney Houston avec I look to you, album merveilleux sortant la diva de la disgrâce dans laquelle elle se vautrait depuis quelques années avant d'y retomber amèrement en entamant sa série de concerts hors de prix où elle fut incapable d'aligner deux mots sans fausse note.

 

Enfin, 2009 c'est la découverte d'un groupe magique, The XX. Entre pop, musique d'ambiance et rock, ils nous embarque dans un voyage hors des sens et du temps. S'il y a un album à acheter cette année, c'est celui-ci. Il est d'ailleurs disponible dans une nouvelle édition à 9,99 € chez tout disquaire ne se contentant pas d'avoir en stock les grosses machines !

 

 

Mary-et-Max-affiche.jpg2009, c'est énormément de films vus au cinéma. Je dresserai la liste de certains et je ne parlerai que des excellents.

Pour se distraire, Ponyo sur la falaise (le dernier Miyazaki), L'âge de glace 3, Coraline (par le réalisateur de L'étrange Noël de M. Jack), Les beaux gosses (de Ryad Sattouff), Neuilly sa mère (très drôle !), Arthur et la vengeance de Maltazar.

Il ne faudra en revanche surtout pas rater Inglourious Basterds de Quentin Tarantino, pimpante parodie des films de guerre avec Christoph Waltz, Diane Kruger et Mélanie Laurent, où un groupuscule de soldats juifs américains viennent semer la zizanie en Europe en tuant sauvagement du nazi. Culte !

Il ne faudra pas non plus rater Mary et Max, « un petit bijou d'animation » (Le Figaro), « une merveille » (Télérama). Déroutant, tendre, dépressif et drôle, c'est tout en contradiction que les deux héros, une Australienne de 8 ans et un Américain de 44 ans entretiennent une correspondance sur plus de vingt ans, pour le meilleur et pour le pire. Un chef d'œuvre d'animation pour adultes disponible dans un joli coffret DVD à double face.

Enfin, il ne faudra pas passer à côté de Gran Torino de Clint Eastwood, une grande claque de cinéma à se prendre en pleine face avec un plaisir déraisonnable.

 

 

la-fabrique.jpgAprès avoir plus longuement épilogué que d'accoutumée sur la musique et le cinéma, offrons la même place à la littérature !

En janvier, j'ai découvert Maurice G. Dantec. J'avais essayé Artefact il y a quelques années, sans succès, mais Comme le fantôme d'un jazzman dans la station Mir en déroute (Albin Michel) m'a permis de lire enfin un Dantec, et de l'apprécier. Entre polar et science-fiction, ce roman, contrairement à son titre, très court, est agréablement bien écrit, nous tient en haleine pour une course poursuite originale et une scène quasi incompréhensible dans l'espace qu'on pardonnera à l'auteur, tant le reste du roman est bon.

Muriel Spark me rappelait Jean-Pierre Ohl, pourtant plus récent, dans Complices et Comparses (Gallimard), excellent roman d'aventure et de suspense typiquement anglais. Stieg Larsson m'embarquait à mon tour dans l'aventure Millénium (Actes Sud), moi qui ne suis pourtant pas friand de polars.

Peb et Fex publiaient La fabrique, tome 1, une bande dessinée cynique sur le monde l'entreprise avec l'originalité que celle-ci se passe... chez les souris !

letrange-vie-de-nobody-owens.jpgCôté ado, je dévorais le premier tome de Scott Westerfield, Uglies, le second, Pretties, avant de me lasser du troisième, Specials, et de ne pas finir le quatrième, Extras. Je m'extasiais en revanche devant la prose et l'imagination de Neil Gaiman dans L'étrange vie de Nobody Owens (Albin Michel), l'un des meilleurs romans ados depuis des lustres.

Lors de la rentrée de septembre, c'est devant Alain Blottière (Le Tombeau de Tommy, Gallimard), Samuel Benchetrit (Le cœur en dehors, Grasset), David Foenkinos (La délicatesse, Gallimard), Pascal Fioretto (L'élégance du maigrichon, Chiflet et Cie), Stéphane Velut (Cadence, Christian Bourgois) et Sylvie Germain (Hors Champs, Albin Michel) que je m'inclinais.

 

 

TOP DU TOP :

- N°5 On Tour de Mylène Farmer et The XX en CD

- Mary et Max, Inglourious Basterds et Gran Torino en DVD

- L'étrange vie de Nobody Owens de Neil Gaiman, Le Tombeau de Tommy d'Alain Blottière

Voir les commentaires

Le meilleur de 2009 en musique, cinéma et littérature !

Publié le par Sébastien Almira

C'est parti ! Le début d'une nouvelle année signifie la fin d'une autre. C'est donc l'occasion de se souvenir et de faire partager ce qu'on a adoré ces douze derniers mois !
Pour la première fois, je vous demanderai de participer d'une nouvelle façon. Comme d'habitude, vous pouvez bien entendu donner votre avis sur mes coups de coeur mais, là, vous pourrez également donner les vôtres par commentaire.
Merci de votre participation, nombreuse je l'espère !

 Cinéma :

mary-et-max.jpg- Gran Torino, de Clint Eastwood (critique) *****
- Slumdog Millionaire, de Danny Boyle (
critique) *****
- Coraline, de Henry Sellik (
critique) ***
- Neuilly, sa mère !, de Gabriel Julien-Laferrière (
critique) ***
- Inglourious Basterds, de Quentin Tarantino (
critique) *****
- Ponyo sur la falaise, de Hayao Miyazaki ***
- Mary et Max, de Adam Elliot (DVD le 09 février) *****
- Arthur et la vengeance de Maltazar, de Luc Besson (DVD mi-2010) ****


 



Musique :
farmer.jpg- N°5 On Tour, de Mylène Farmer (
tournée et Stade de France) *****
- I look to you, de Whitney Houston (
critique) ***
- Celebration, de Madonna (Best Of) (
critique) ***
- SOS, de Diam's (
article) ****
- The Fame Monster, de Lady Gaga ***
- Music For Men, de Gossip ****


 

 


Littérature :
gaiman.jpg- Complices et comparses, de Muriel Sparks (Gallimard) ****
- L'étrange vie de Nobody Owens, de Neil Gaiman (Albin Michel Wizz) ****
- Le Tombeau de Tommy, d'Alain Blottière (Gallimard) (
critique) ****
- Le coeur en dehors, de Samuel Benchetrit (Grasset) (
critique) ****
- Hors Champs, de Sylvie Germain (Albin Michel) (
critique) ****
- La délicatesse, de David Foenkinos (Gallimard) (
critique) ****
- La Fabrique (BD, tome 1), de Peb et Feb (
critique) ****
- Cadence, de Stéphane Velut (Christian Bourgois) (
critique) ****


A vous !

Voir les commentaires