En vrac

Publié le par Sébastien Almira

Aujourd'hui un article d'un genre nouveau : je vais parler de ce qui ne m'a pas plu dernièrement et sur quoi j'ai la flemme d'écrire plus que quelques lignes.


 

citoyen-park.jpg W.jpg loge.jpg titeuf13.jpg sans-attendre.jpg a-l-ombre.jpg

 

D'abord, dans la rentrée littéraire, au Seuil, j'attendais beaucoup de Citoyen Park de Charly Delwart que je gardais sous le coude depuis un moment, étant sûr de passer un bon moment avec. L'histoire ? Un gars hérite de son père d'une dictature, alors qu'il aurait voulu être une star de cinéma. Nouveau fan d'anticipation, je m'attendais à exulter à la lecture de ce pavé, et bien figurez-vous que j'ai arrêté au bout d'une vingtaine de pages. Oui, je sais, c'est pas beaucoup sur 500. Mais c'était tellement mal écrit qu'il m'était impossible de continuer. Les phrases commençant par un verbe, avec des problèmes de ponctuation, de syntaxe et de sens, je suis pas fan. Je veux bien que certains auteurs aiment expérimenter la langue française, mais il y a des limites : la compréhension et le plaisir de lecture.

 

Je passerai plus rapidement sur W ou le souvenir d'enfance de Georges Perec qui m'a profondément ennuyé et dont j'ai allègrement sauté des paragraphes entiers.

 

Côté BD, j'ai rien compris à la fin de La loge écarlate chez sarbacane dont l'intrigue avait éclipsé la laideur des dessins. Si quelqu'un peut m'éclairer, qu'il ou elle se fasse connaître !

 

Puis j'ai lu le nouveau Titeuf, qui grandit pas, qui est toujours aussi bête, mais qui fait quand même beaucoup moins rire. Parce que, moi, j'ai grandi ? Ou parce que Zep est fatigué ? Comme Céline Dion ?

 

Parce que j'ai écouté le nouvel album français de Céline Dion, proposé quasi intégralement (il manque le duo avec Johnny Hallyday) sur Deezer. Le Miracle est une jolie chanson, les autres n'arrivent pas à la cheville de ce qu'elle a déjà chanté. Goldman est bien loin et son absence de l'album est impressionnante : tout est kitsch, fade, maladroit, sans élégance, sans voix. Où sont passés Regarde-moi, Je sais pas, Destin, J'irai où tu iras, S'il suffisait d'aimer, Dans un autre monde, Sur le même bâteau, heu, en fait, toutes les chansons des albums D'eux et S'il suffisait d'aimer ?

Céline Dion est fatiguée, elle s'est pas foulée, mais c'est dans l'ère du temps.

 

Mylène Farmer non plus ne s'est pas foulée. Sa chanson A l'ombre... est à côté de la plaque. Texte réchauffé, mélodie qui casse pas des briques, visuel du single à chier (il faut euthanasier son designer Henry Neu qui s'efforce de faire de la merde depuis 2006, avec un pic de laideur pour l'album Bleu Noir en 2010) et, surtout, composition incompréhensible de médiocrité !

 

Voilà, sinon, hier soir, on a commandé des sushis, j'étais pas déçu.

Commenter cet article


Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog