Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Patates en Campagne

Publié le par Sébastien Almira

Il était une fois une contrée peuplée de patates. En fait, on nous prend un peu pour des cons parfois, alors les patates c'est parfaitement trouvé, et puis c'est un peu plus rigolo. Pour la seconde fois en presque trois ans de blog (oula, faut que je regarde exactement la date !), je vais déplacer mon propos de la culture à la politique. Mais il s'agit tout de même de création alors...

 

 

Patate-Land, nous sommes un petit groupe de Patates qui tente de survivre. Nous sommes six et avons toujours vécu ensemble. Je vous glisse une petite photo de nous !

1

Moi, je suis le chef. Parce que je suis le plus vieux, le plus sage et surtout, parce que je suis double-face. Enfin, quand je dis que je suis le chef, c'est pas que je décide de tout, que les autres m'obéissent, ou quoi. C'est juste que je suis le plus ancien et qu'on me demande souvent mon avis. Même les autres familles. Je dois avouer que c'est assez agréable de se sentir important, utile. Mais c'est parfois pesant. Il m'arrive d'avoir envie d'îles désertes. Fuir, sans regret, sans responsabilité. La liberté. Mais bon, je me ferais chier au bout d'un moment...

Je suis le premier à gauche sur notre photo de famille. Et mon autre côté, c'est celui-ci :

3.jpeg

Il y a aussi Hey ! Hey, il est toujours content. Ne croyez pas que je le trouve bennet, mais il faut dire ce qui est. Son vocabulaire se limite à crier "hey !" à chaque fois qu'il croise quelqu'un et à sourire bêtement, gentiment. C'est d'ailleurs pour ça qu'on l'a surnommé Hey !

2.jpeg

Le petit dernier, c'est le fils de Hey et de la petite à côté de moi sur la photo de famille, Zulma. Ouais, elle s'appelle Zulma parce qu'elle aime bien lire et qu'elle adore les éditions Zulma. Vous trouvez certainement ça débile, mais c'est son choix. Et j'estime que nos choix doivent être nos droits. Quand on l'a adoptée, elle a dit "J'aime lire, je veux m'appeler Zulma, comme la maison d'édition. C'est celle que je préfère, et vous êtes ma nouvelle maison, alors." Et elle respire la bonté. Toujours prête à aider son prochain, avec le sourire en plus. Et ça, c'est rare de nos jours...

8.jpeg

Voilà Embryon, leur fils. Pour l'instant, il parle pas. On verra bien.

4.jpegEt puis, il y a aussi Pan et La Morte. La pauvre, elle a la bouche cousue, et elle a tout le temps l'air triste. Elle nous fait de la peine. Mais on l'aime bien. Et puis quand on l'a trouvée, tout le monde se moquait d'elle, on l'a recueillie, on la nourrit pas (la faute à sa bouche cousue...) mais on prend soin d'elle.7.jpeg

Pan, lui, on se demande si il va pas tourner mal. Il joue souvent avec des armes. Et quand on réussit à les lui confisquer, il terrorise les passants et les courgettes. Il court dans la rue et saute à côté d'eux en criant "Pan !" On se demande ce qu'on va en faire...

L'autre fois, il a même essayé de tuer La Morte. Devant des gosses...

6.jpeg


Bon faut dire que le gouvernement n'arrange pas les choses. On vit dans un climat assez particulier depuis quelques temps. On n'a presque plus d'aides, on est sans cesse stigmatisés, on nous parle de violence, de sécurité, d'insécurité, et ça créé des tensions partout. C'est sûr, à force de nous parler de haine, de nous en montrer partout (même là où y'en a pas...), ben ils nous dressent les uns contre les autres. On le ressent bien. Mais surtout à l'extérieur. Jusqu'au jour où ça vous explose à la figure, au sein même de votre famille...


Mais on commence à en avoir assez, nous. On a peur. Pas des gens, on sait qu'ils sont instrumentalisés par le gouvernement, que c'est pas leur fautes. C'est des victimes. Bon c'est sûr, du coup on sait pas trop de quoi ils sont capables mais le vrai problème, c'est quand même cette milice, cette dictature qui se dit "République" et dont il faut se débarrasser à tout prix. Sinon, c'est nous qui finiront nus comme des vers, cernés par les forces de l'ordre. Et là, j'vous le dit, ça va faire mal. Aïe !

11.jpegIls vont nous manger tout cru, et on finira aux cimetières des Patates. Comme tous les dissidents déjà pris. Franco, Hitler, Mussolini, Staline, Bush, c'est fini merde ! On veut pas finir comme ça, nous... On est en république, pas en prison.

12.jpegIls jettent même les leurs ! Si ! Regardez, on en voit des Aïe ! Ils jettent tout ce qui leur plait pas assez. Ils gardent que le meilleur, le gratin ! La vermine, ils en veulent pas. Alors, même si, nous, on vivait plutôt tranquille dans notre coin, sans rien demander à personne, ben il faut bien le dire : maintenant, on se réveille et on s'insurge. Et pour ça, on  n'a pas besoin de Stéphane Hessel et de son bouquin de dix pages qui sert à rien.

Nous, on veut juste être libre. Comme avant. Alors, prenons le pouvoir ! Parce que la liberté ne s'achète pas, mais se prend.

 

10.jpeg

 


Texte, mise en scène et photographies de Sébastien Almira.

Toute reproduction et/ou utilisation est formellement interdite.

Commenter cet article

hendiadyn 22/04/2012 06:55


C'est plutôt poétique, finalement, les patates ;)


Bon dimanche d'élections !

Sébastien Almira 02/05/2012 19:01



Tu trouves aussi ?!


Merci en retard, mais je le prends pour dimanche prochain !