Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Stanley Milgram, I comme Icare, Zone Extrême et Cie.

Publié le par Sébastien Almira

Hier soir étaient diffusés un faux jeu télévisé et un débat sur France 2 qui font eux-mêmes débat. Le principe est simple : basé sur les expériences de Milgram, le but était d'en réaliser une nouvelle sur les effets et le pouvoir de la télé-réalité sur les candidats et le public.

 


icare.jpgPremièrement, rappelons-nous l'origine de l'expérience, à travers I comme Icare, le film d'Henri Vermeuil, avec yves Montand, sorti en 1979 qui reprend l'expérience de Stanley Milgram en référence. Un homme à qui l'on fait croire à une expérience scientifique sur les punitions censées avoir un rôle sur l'entraînement de la mémoire est chargé de langer des décharges électriques sur le prétendu sujet d'étude à chaque fois qu'il donne une mauvaise réponse. En fait de cobaye, il s'agit d'un comédien mis dans le secret qui fait semblant de recevoir les décharges. Le véritable but est de tester le questionneur quant à ses capacités à obéir à une autorité (en l'occurrence un professeur en médecine) même en cas extrême, puisque le médecin incite le questionneur à poursuivre les décharges même quand le faux patient dit souffrir le martyre.


Voir la scène dans I comme Icare

Partie 1 sur YouTube

Partie 2 sur YouTube

 


L'émission d'hier soir, Le jeu de la mort suivi du débat Le temps de cerveau disponible prétendait vouloir montrer les effets néfastes de la télé-réalité sur le public et les candidats. Mais le propos n'était pas vraiment le même. Il s'agissait d'un jeu télévisé où le questionneur envoyait des décharges de 20 à 440 volt à chaque fois qu'il donnait une mauvaise réponse. Arrivé au bout, le questionneur gagnait un million d'euros. Le réel sujet était donc : jusqu'où sommes-nous prêts à aller pour de l'argent ?

La réalisation était des plus mauvaises, le souffre-douleur caché dans un box argenté gémissait parfois d'une voix platement fausse des « j'en ai marre », des « aïe, ça fait mal ! » ou encore des « je veux arrêter, laissez-moi sortir » pas du tout convaincant après quoi il ne disait plus rien. On avait du mal à croire à ses plaintes et il suffisait à la présentatrice de dire « le jeu doit continuer » aux questionneurs voulant arrêter pour réussir à les convaincre. Mais le jeu a pris et les candidats-questionneurs ainsi que le public y ont cru. Le public scandant même des « Continue ! Continue ! » lorsque le chauffeur de salle leur intimait de le faire.

zonextreme.jpgCertains candidats ont décidé d'arrêter avant la fin, quitte à perdre tout l'argent, mais ils n'étaient pas si nombreux et prenaient leur décision bien tardivement. La plupart actionnait vite fait bien fait la manette en disant « désolé, ça va faire mal ! », certains éclatant même de rire à la première plainte de leur souffre-douleur, un homme uniquement présent pour se prendre des décharges électriques afin qu'un candidat qui lui est inconnu gagne un million d'euro. Mais aucun ne trouve la situation étrange. Aucun ne s'offusque réellement, même celle qui disait refuser de le faire avant d'entrer sur le plateau. Elle qui trouvait ce jeu scandaleux y a participé sans plus rien dire.

Poussés sans grande argumentation (autre que le million d'euros), on se rend compte que la majorité des participants n'ont pas hésité à envoyer des décharges électriques de plusieurs centaines de volt, sur un inconnu.

Dans ce contexte-là, difficile d'étudier le pouvoir de la télé-réalité, ni même de la télévision, puisque l'argent en jeu a certainement été la meilleure raison de poursuivre le jeu pour les participants. Pourquoi vendre cette nouvelle expérience comme une étude critique de la télé-réalité quand il ne s'agit que d'argent ? Soit l'argent n'aurait pas dû entrer en compte, soit l'émission n'aurait pas dû être vendue comme telle, mais plutôt comme une étude critique sur le pouvoir de l'argent sur le commun des mortels, qu'il s'agisse de télévision ou non.

En tout cas, le résultat est affligeant. Ce ne sont pas réellement ces candidats qui sont le plus à blâmer (du moins, pas seulement eux), mais nous tous de laisser des émissions de télévision des plus violentes nous endormir puis nous détruire le cerveau à petit feu. Nous tous de nous laisser faire, de ne pas réagir, ou trop peu souvent et d'en arriver à électrocuter un inconnu devant un public consentant pour gagner de l'argent, même s'il s'agit d'un million d'euros. Nous tous d'être complices de ces concepts ahurissants et abrutissants qui consument les cerveaux de nos chers bambins. Nous tous de n'être que du temps de cerveau disponible. Merci M. Le Lay.


À suivre, une critique d'Acide Sulfurique d'Amélie Nothomb, pamphlet contre la tété-réalité.

Commenter cet article

audre 10/06/2011 10:39


téléctrochoc
ce teste à été réalisé pour la première fois dans les années 1960-80, en bref, il y a un bout de temps, pour comprendre l'excuse bidon des soldats allemands "on suivait les ordres"
un acteur sur la "chaise électrique" qui mimait l'électrocution, un vrai type au commande qui ne connaissait pas le trucage. Cela passait pour une expérience. Beaucoup sont restés jusqu'à avoir
asséné la plus haute décharge à l'acteur. et ceux qui sont partis disent avoir ressentit un sentiment de culpabilité, à l'idée d'avoir désobéi aux ordres
Résultat, 63% de la population obéi à un ordre, même mettant la vie d'autrui en danger, et sont considérés à ce titre, comme des criminels potentiel.
Pas très gaie...


Boucher Vincent 31/03/2010 10:12


Comme tu l'as dit dans l'article, je trouve dommage que l'argent soit rentrée en ligne de compte. Pour moi, la seule utilité qu'aurait pu avoir cette émission (encore aurait-il fallu que le jeu
d'acteur soit bon et les conditions de déroulement appropriées à ce type d'expérience) était de réaliser l'expérience de Milgram à l'identique afin de comparer l'évolution des mentalités et le
respect plus ou moins accru à une autorité... L'argent, évidemment, fausse toutes les réactions que les français ont pu voir sur le écran...


Sébastien Almira 04/04/2010 16:23



je ne trouve pas dommage que l'argent soit rentré en compte, parce que c'est très intéressant de voir ce que l'on est capable de faire (ou pas) pour de l'argent.


ce qui est dommage, c'est de ne pas l'avoir vendu comme tel, et de s'être servi de l'expérience milgram pour vendre leur émission.


cela dit, je ne peux que te rejoindre sur le jeu (lamentable) des acteurs (enfin, de la fausse animatrice et du faux souffre-douleur).



begue 28/03/2010 12:22


analyse critique des résultats de la zone extrême

http://www.le-cercle-psy.fr/milgram-revient-en-france-_sh_25153